FREDERICTON (GNB) – La lieutenante-gouverneure, Jocelyne Roy Vienneau, a remis, aujourd’hui, le Prix des droits de la personne du Nouveau-Brunswick 2017 au Conseil multiculturel du Nouveau-Brunswick lors d’une cérémonie tenue à la Résidence du gouverneur, à Fredericton. L’activité a permis de souligner la Journée des droits de la personne du Nouveau-Brunswick, ainsi que le 50e anniversaire de la Loi sur les droits de la personne du Nouveau-Brunswick, qui a été adoptée en 1967.

« Le conseil a reçu ce prix pour le travail exceptionnel qu’il accomplit depuis des décennies en vue de promouvoir les droits de la personne, la diversité et l’inclusion dans les communautés de l’ensemble du Nouveau-Brunswick », a déclaré la présidente de la Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick, Nathalie Chiasson. « Plus récemment, le conseil a joué un rôle de premier plan et il a participé activement à l’accueil et à l’établissement des réfugiés syriens. Le travail du conseil et de ses agences membres a été déterminant. Ils ont offerts des programmes, des services de coordination et des possibilités qui ont aidé directement des centaines de familles syriennes à commencer une nouvelle vie au Nouveau-Brunswick. »

« C’est tout un honneur de recevoir le Prix des droits de la personne du Nouveau-Brunswick, en particulier à l’occasion du 50e anniversaire de la Commission des droits de la personne », a affirmé le président du conseil, Mike Timani. « Le Nouveau-Brunswick et le Canada ont réalisé des progrès considérables depuis l’établissement du Conseil multiculturel du Nouveau-Brunswick en 1983, mais il est plus important que jamais de promouvoir la diversité, l’inclusion et les droits de la personne. Notre province et notre pays peuvent seulement prospérer si tous nos résidents – ceux qui sont nés ici et les néo-Canadiens également – peuvent réaliser leur plein potentiel et vivre à l’abri des préjugés et de la discrimination. »

Le conseil a été actif sur les fronts local, provincial et national au cours des années et il a joué un rôle dans l’élaboration de la Loi sur le multiculturalisme canadien en 1988. Le conseil travaille avec 16 associations multiculturelles locales au quatre coins du Nouveau-Brunswick. Il représente d’une seule voix unifiée le secteur multiculturel de la province et il voit également à coordonner et à appuyer des projets à l’échelle de la province.

La Journée des droits de la personne du Nouveau-Brunswick est observée le 15 septembre chaque année pour commémorer l’évolution, la reconnaissance et la protection des droits de la personne dans la province. Depuis 1967, la commission est chargée d’appliquer la Loi sur les droits de la personne. Elle voit également à l’évolution de la loi en recommandant des modifications qui reflètent les changements dans la société.

« Nous vivons dans une province et un pays qui ont tous deux établi la norme pour la liberté, l’inclusion et la diversité, a dit Mme Chiasson. Nous avons tellement de raisons d’être fiers, aujourd’hui et tout au long de notre histoire, mais nous ne pouvons pas simplement tirer plaisir d’une telle fierté. Nous devons en apprendre davantage au sujet des défis et des possibilités qui nous attendent. Nous devons participer activement à l’évolution continue des droits de la personne. »

Le prix est représenté par une sculpture de noyer et d’érable. Les noms des récipiendaires sont gravés sur la base du prix, qui figure dans une exposition permanente, ouverte au public, à la Résidence du gouverneur. Le prix a été créé par la commission en 1988 en vue de souligner le 40e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Chaque année, la commission attribue le prix à une personne ou à un groupe du Nouveau-Brunswick qui s’est démarqué par ses efforts, ses réalisations et son leadership exceptionnels, à titre bénévole, dans la promotion des droits de la personne. Les mises en candidature sont sollicitées auprès d’un vaste éventail de groupes.