Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Le ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance (MEDPE) est déterminé à faire en sorte que les milieux scolaires soient non seulement sains et sans danger, mais offrent également des conditions de travail et d’apprentissage optimales.

En réponse à la pandémie de COVID-19, la province a mis en place un groupe de travail sur la ventilation – composé de représentants de Santé publique, de Travail sécuritaire NB, du MEDPE et du ministère des Transports et de l’Infrastructure (MTI) – dans le but d’examiner les conclusions scientifiques et les recommandations récentes de Santé Canada et d’autres sources expertes en la matière.

Le groupe de travail a élaboré un guide visant à aider les districts scolaires dans leurs efforts pour promouvoir une circulation saine de l’air dans les écoles. Ce document est révisé et mis à jour régulièrement.

La province a également entrepris un examen des 294 écoles afin de déterminer celles qui ne disposent pas d’un système de ventilation mécanique intégré.

Selon les districts scolaires, 60 d’entre elles ne possèdent actuellement pas un tel système.

Des évaluations ont été menées dans les écoles afin de connaître la portée et le coût que représenterait l’ajout de systèmes de ventilations dans ces bâtiments.

En outre, deux cabinets de consultants ont été engagés pour mesurer les niveaux de dioxyde de carbone dans certaines salles de ces 60 écoles

 

Résultats de l’analyse de la qualité de l’air 

L’analyse de la qualité de l’air s’est effectuée dans des conditions plus propices à l’accumulation de CO2 dans les écoles, à savoir la saison de chauffage hivernale (2020-2021) dans des classes occupées.

Tous les résultats de l’analyse figuraient dans la fourchette de sécurité des niveaux de CO2; ils ne soulevaient aucune préoccupation en matière de santé et de sécurité.

Conformément aux recommandations de Travail sécuritaire NB, la santé et la sécurité des occupants ne courent aucun risque tant que les niveaux de CO2 restent inférieurs à 5 000 parties par million (ppm) sur une période moyenne pondérée de huit heures ou à 30 000 ppm sur une période moyenne pondérée de 15 minutes.

Parmi les 60 écoles, 47 présentaient des résultats indiquant que dans certaines classes, les niveaux de CO2 dépassaient 1 500 ppm, ce qui ne comporte aucun danger mais n’est pas optimal pour l’apprentissage. Ces résultats suivaient souvent des périodes d’activité intense sans aération dans la classe au cours de la journée.

Les districts scolaires ont reçu tous les résultats; ils ont pris des mesures au cas par cas pour faire baisser les niveaux de CO2 et répondre au mieux à la configuration spécifique des espaces dans les écoles.

La solution est parfois aussi simple que de veiller à faire circuler l’air plus souvent. Par exemple, en installant des ventilateurs d’extraction, en ouvrant les portes et les fenêtres ou en laissant les élèves circuler plus librement dans l’école au cours de la journée

 

Ajout de systèmes de ventilation dans les écoles

Le gouvernement met en œuvre un programme pluriannuel visant à installer des systèmes de ventilation mécanique intégrés dans les écoles qui n’en possèdent pas.

Les projets et les exigences budgétaires sont actuellement à l’étude auprès du MEDPE et du MTI selon une liste de priorités. Les premiers systèmes de ventilation devraient être installés en 2022.

Le nombre de projets mis en œuvre chaque année dépendra d’une variété de facteurs, notamment la disponibilité des fonds.

Depuis 2015, le gouvernement a investi plus de 30 millions de dollars dans des projets de ventilation dans les écoles.

 

Analyses fondées sur les données pour évaluer des projets majeurs

Les districts scolaires et le MEDPE travaillent de concert pour veiller à ce que les établissements scolaires offrent un milieu de travail et d’apprentissage sûr et favorable.

Dans un souci de transparence, le MEDPE a recours à une analyse impartiale et fondée sur les données pour évaluer de grands projets d’infrastructure scolaire demandés par les districts scolaires.

Chaque année, on utilise le processus d'analyse multidimensionnelle quadruple bilan pour des projets de plus d’un million de dollars, notamment des projets de rénovations dans des écoles et de nouveaux projets de construction.

L’entretien et les petites réparations dans les écoles incombent aux districts scolaires.

En cas d’urgence, comme une panne de chauffage ou des dégâts à la toiture en raison de conditions météorologiques, le MEDPE et les districts scolaires collaborent pour régler le problème et minimiser les répercussions sur l’apprentissage des élèves dans les plus brefs délais.