SHEDIAC (GNB) – Le Bureau du médecin-hygiéniste en chef met à jour le protocole de surveillance de la qualité des eaux récréatives à la plage Parlee pour la saison de baignade à venir. Le nouveau protocole continuera de satisfaire aux recommandations fédérales pour la qualité de l’eau. Il adoptera aussi les leçons apprises dans le cadre des analyses d’eau quotidiennes des deux derniers étés.

Parmi les changements au protocole, il y a l’adoption d’un système automatisé qui affichera les résultats des analyses de la qualité de l’eau en ligne, et l’ajout d’une exigence qui stipule que les avis d’interdiction de baignade soient émis lorsque les résultats des analyses sont mauvais plutôt qu’ils soient émis uniquement en raison d’une chute de pluie.

« La protection de la santé et de la sécurité du public demeure notre priorité absolue », a déclaré la médecin-hygiéniste en chef, la Dre Jennifer Russell. « Nous voulons fournir au public des renseignements exacts, ce qui lui permettra de prendre des décisions éclairées avant d’utiliser les cours d’eau récréatifs. Il est clair, d’après les données que nous avons maintenant, qu’il n’y a pas de lien évident entre les précipitations de pluie et la qualité de l’eau à la plage Parlee. Nous procédons donc à la mise à jour du protocole en fonction de ces données. »

Le gouvernement provincial a instauré un nouveau protocole de surveillance de la qualité de l’eau à la plage Parlee, en 2017, conformément aux Recommandations au sujet de la qualité des eaux utilisées à des fins récréatives au Canada. L’eau à la plage Parlee est analysée à cinq sites chaque jour durant la saison de baignade, et les résultats sont disponibles en ligne.

Le protocole instauré en 2017 continuait d’utiliser les précipitations de pluie comme indicateur de la qualité de l’eau, une pratique qui était en place depuis 2001. Cependant, les données des deux dernières années démontrent que les précipitations abondantes de pluie ne sont pas un indicateur fiable de niveaux bactériologiques élevés. Des 28 avis affichés à la plage par mesure préventive après une chute de pluie en 2017 et 2018, seuls quatre étaient associés à des niveaux bactériologiques dépassant les valeurs énoncées dans les recommandations.

Parmi les échantillons d’eau prélevés à la plage l’année dernière, 98 pour cent ont respecté les valeurs fixées par les recommandations pour les zones de baignade. Tout dépassement d’une valeur énoncée dans les recommandations était temporaire, la qualité de l’eau étant rapidement redevenue normale, a indiqué la Dre Russell.

« Il y a des précautions que l’on peut prendre tous les jours, peu importe les avis, pour se protéger contre les risques possibles associés aux eaux récréatives, y compris les rivières, les lacs et les plages, a dit la Dre Russell. Lorsque vous vous baignez, il est recommandé de ne pas avaler l’eau dans la mesure du possible; de ne pas exposer de coupures, de blessures ou de plaies ouvertes; d’utiliser les douches pour se rincer en sortant de l’eau; et, bien entendu, de se laver les mains avant de manger. »

L’automatisation du site Web vise à présenter les renseignements au public plus rapidement tout en assurant l’utilisation efficace du personnel et des ressources du gouvernement.

Le parc provincial de la plage Parlee et le Yacht Club de la baie de Shediac ont reçu, le mois dernier, la désignation Pavillon bleu, attribuée par Environmental Defence, un organisme de bienfaisance national voué à la protection de l’environnement et de la santé humaine. Il s’agit du troisième site dans la province à obtenir cette désignation. La plage Aboiteau, à Cap-Pelé, a notamment reçu cette certification écologique internationale l’an dernier.

De plus amples renseignements sont disponibles en ligne.