MONCTON (GNB) – Les gouvernements provincial et fédéral ont signé une entente bilatérale, d’une valeur de plus de sept millions de dollars, dans le cadre du nouveau Fonds d’urgence pour le traitement, mis en place par le gouvernement fédéral.

« La crise des opioïdes qui touche présentement de nombreuses régions au pays préoccupe notre gouvernement », a déclaré le ministre de la Santé, Benoît Bourque. « Nous sommes heureux de nous allier au gouvernement fédéral alors que nous travaillons à augmenter l’accès au traitement pour contrer les méfaits associés à la consommation problématique d’opioïdes et aux surdoses dans la province. »

« La crise des opioïdes touche des personnes de tous les horizons partout au pays », a affirmé la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor. « Chaque vie perdue est un avenir écourté et cela a des conséquences dévastatrices pour des familles et des collectivités. Le gouvernement du Canada est intervenu afin de contrer la crise en augmentant les mesures liées à la réduction des méfaits, à l’application de la loi et à la prévention, ainsi qu’en s’attaquant au problème de la stigmatisation. Nous poursuivons, aujourd’hui, nos efforts en investissant pour améliorer l’accès à des services de traitement essentiels pour les Canadiens ayant une consommation problématique de substances au Nouveau-Brunswick. »

Dans le cadre de l’entente, le gouvernement provincial investira 4,3 millions de dollars et le gouvernement fédéral investira 2,8 millions de dollars en vue d’améliorer ou d’accroître l’accès à :

  • des services de traitement de qualité, y compris des services de gestion du sevrage et des traitements en milieu communautaire;
  • des thérapies de remplacement des opioïdes; et
  • des approches de traitement novatrices au moyen d’un service de traitement de jour intensif.