FREDERICTON (GNB) – La médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, la Dre Eilish Cleary, a rendu publiques les recommandations concernant l'exploitation du gaz de schiste dans la province.

« En ma qualité de médecin-hygiéniste en chef, j'offre les présentes recommandations à notre gouvernement en vue de le conseiller sur les mesures qui, je pense, devraient être mises en place afin de protéger la santé de la population néo-brunswickoise advenant la décision de procéder à l'exploitation du gaz de schiste dans la province, a déclaré la Dre Cleary. J'offre également des conseils sur l'utilisation judicieuse des avantages économiques qui pourraient améliorer la santé de la population. »

Ce travail est fondé sur l'expérience d'autres administrations, d'un examen de la documentation scientifique et des opinions de divers professionnels de la santé publique et environnementale du Canada et des États-Unis. Ce document vise à fournir également de l'information aux nombreuses autres personnes qui ont un rôle à jouer dans la protection de la santé publique.

Les recommandations sont regroupées sous les cinq catégories suivantes :

●    protection de la santé et du bien-être de la collectivité lorsqu'il est question de changements de l'environnement social;
●    protection de la santé lorsqu'il est question de changements des environnements social et physique;
●    protection de la santé lorsqu'il est question de changements de l'environnement physique;
●    protection des générations futures; et
●    mise en œuvre et surveillance.

« Nous devons continuer à investir dans ce qui contribue vraiment à la santé des gens, a affirmé la Dre Cleary. Pour y arriver, la collectivité tout entière devra mettre la main à la pâte, dans un effort dirigé et appuyé par une approche gouvernementale. »

La Dre Cleary a indiqué que la formulation de ces recommandations faisait partie intégrante de son rôle.

« Ma première préoccupation est la santé des gens de la province, a-t-elle dit. Il est important que la Santé publique participe à chaque étape du développement de cette industrie. »

Le rapport intégral est disponible sur le site Web du ministère de la Santé.