FREDERICTON (GNB) – Le gouvernement provincial facilite l’accès à certains services aux personnes qui devraient normalement se rendre dans une clinique sans rendez-vous ou à l’urgence.

À compter du 1er octobre, le gouvernement couvrira les frais des pharmaciens pour renouveler des ordonnances pour les personnes qui n’ont pas de fournisseurs de soins de santé primaires ou pour celles qui sont dans une situation urgente et qui ne peuvent pas avoir accès à leur fournisseur de soins de santé.

De plus, le gouvernement couvrira les frais des pharmaciens pour évaluer et prescrire des médicaments pour des infections des voies urinaires non compliquées pour les personnes âgées de 16 à 64 ans qui ont déjà reçu un diagnostic d’infection des voies urinaires non compliquée.

Ces dépenses seront couvertes pour les gens du Nouveau-Brunswick qui ont une carte d’assurance-maladie valide et qui ne demeurent pas dans un foyer de soins.

« Financer ces services au moyen des fonds publics nous permettra d’alléger les temps d’attente pour les gens du Nouveau-Brunswick ainsi que certaines pressions exercées sur les autres fournisseurs de soins au sein de notre système de santé », a déclaré la ministre de la Santé, Dorothy Shephard. « Permettre à nos professionnels de la santé de mettre entièrement à profit leurs compétences et leur formation, en particulier dans un modèle financé par l’État, est une utilisation optimale des ressources humaines de la province, et cela contribue à améliorer l’accès aux soins de santé pour tous. »

Les pharmaciens sont autorisés à fournir ces services depuis 2014, mais les patients devaient payer des frais puisque ces services n’étaient pas couverts par le système public de santé.

Tous les patients devront encore débourser les frais ordinaires d’exécution d’ordonnances des pharmacies ainsi que le coût des médicaments sur ordonnance. Cependant, ceux qui possèdent une assurance-médicaments pourront soumettre une demande de remboursement à leur assureur.

« En appuyant une plus grande gamme de services en pharmacie couverts par l’État, le gouvernement provincial adopte une mesure tangible et positive pour améliorer l’accès aux soins de santé primaires », a affirmé le président de l’Association des pharmaciens du Nouveau-Brunswick, Andrew Drover. « Les pharmaciens en font davantage pour les patients depuis quelques années déjà, mais la pandémie de COVID-19 a réellement permis de comprendre à quel point ils sont essentiels pour notre système de santé, et de mettre en lumière la façon dont ils peuvent aider à alléger le fardeau des médecins de familles et des urgences, tout en facilitant l’accès des patients aux soins de santé dont ils ont besoin. »