Cyanobactéries
(algues bleues)

Les cyanobactéries (algues bleues) constituent un élément naturel et essentiel de notre environnement et de nos écosystèmes aquatiques. On les trouve dans de nombreux étangs, lacs, rivières et terres humides du Nouveau-Brunswick. Les cyanobactéries ne sont pas toutes dangereuses, mais quelques-unes peuvent produire des toxines, qui peuvent nuire à la santé des humains et des animaux.

Apprenez à connaître les cyanobactéries

Les cyanobactéries (algues bleues) sont des bactéries de taille similaire aux algues communes et obtiennent leur énergie du soleil (par photosynthèse). Les cyanobactéries sont les premières formes de vie connues sur Terre. Lorsqu'elles ont été découvertes, elles ressemblaient à des algues et peuvent parfois sembler bleu-vert. C'est pour cette raison que le terme « algue bleue » était utilisé. 

Elles font partie naturellement de notre environnement et de nos écosystèmes aquatiques. On les trouve dans de nombreux étangs, lacs, rivières et terres humides du Nouveau-Brunswick. Les proliférations se produisent généralement lorsque les températures se réchauffent, en général à la fin du printemps et au début de l’été, parfois rapidement  ou du jour au lendemain. Elles ne sont pas visibles normalement, mais dans certaines conditions (eau chaude, lente, peu profonde et beaucoup de lumière du soleil) et lorsqu’il y a beaucoup de nourriture (des nutriments tels que le phosphore et l’azote), elles peuvent croître rapidement et s’agglutiner pour former des fleurs d’eau ou des tapis benthiques.

Certains types de cyanobactéries peuvent produire des toxines nocives pour les humains et les animaux. Par conséquent, des avis de santé publique peuvent être émis. Ces avis aident les utilisateurs d’eaux récréatives à prendre des décisions éclairées quant à l’utilisation de l’eau dans la zone touchée. Ils permettent également de rappeler aux utilisateurs de vérifier l’eau à la recherche de fleurs d’eau, d’écume et de tapis benthiques, qui posent le plus de risques. Comme les conditions peuvent changer en quelques heures, il est important de connaître les conditions locales de l’eau. Les gens devraient toujours vérifier l’eau et scruter la rive avant de s’adonner à des activités aquatiques récréatives comme la natation, la marche dans l’eau, le canot et la planche à pagaie, etc. Évitez de vous baigner dans les zones où des fleurs d’eau ou des tapis benthiques sont visibles.


Infographies


Types de proliférations de cyanobactéries

Au Nouveau-Brunswick, il existe deux types de proliférations de cyanobactéries à surveiller :

Fleurs d’eau

Lorsque la nourriture (nutriments comme le phosphore et l’azote) abonde dans l’eau, les cyanobactéries peuvent croître très rapidement et s’agglutiner pour former une fleur d’eau. Une fleur d’eau ressemble à de l’écume en surface ou à un tapis d’algues et est souvent de couleur bleu-vert. Les fleurs d’eau peuvent également sembler rouges, brunes ou vertes. Certaines fleurs d’eau ressemblent à des filets de peinture sur l’eau, tandis que d’autres peuvent ne pas avoir d’effet sur l’apparence de l’eau. Lorsqu’elles sont fraîches, elles ont une odeur de gazon fraîchement coupé; les plus vieilles sentent mauvais, parfois comme des ordures.

Les fleurs d’eau se produisent généralement lorsqu’il commence à faire chaud à l’extérieur, généralement à la fin du printemps et au début de l’été.

Les fleurs d’eau formées par des cyanobactéries peuvent apparaître rapidement ou du jour au lendemain. Lorsqu’il y a du vent, les proliférations de cyanobactéries peuvent s’accumuler près de la rive.

Les fleurs d’eau peuvent également être en suspension à différentes profondeurs, ce qui peut les rendre plus difficiles à voir. Elles peuvent flotter dans l’eau et se déplacer là où il y a plus de nourriture (nutriments) et de lumière. Par conséquent, même si une fleur d’eau ne flotte pas à la surface, cela ne veut pas dire qu’il n’y en a pas.

Bien que les proliférations de cyanobactéries ne soient pas toutes nocives pour la santé humaine, certaines peuvent produire des toxines. La toxine la plus courante en Amérique du Nord est la microcystine, qui peut causer des irritations de la peau, des yeux et de la gorge et des maladies plus graves si elle est consommée.

Tapis benthiques

Les tapis benthiques sont un élément naturel et essentiel de notre écosystème qui pousse au fond des rivières et des lacs. Ces tapis peuvent croître rapidement lorsque l’eau est chaude, que les débits sont stables et que la nourriture (nutriments) est abondante. Les tapis benthiques ressemblent à des amas de végétaux qui peuvent être noirs, bruns ou vert foncé dans l’eau. Sur la rive, ils peuvent être bruns ou gris lorsqu’ils sont secs. Les animaux sont attirés par leur odeur. Les tapis peuvent contenir un mélange d’algues et de cyanobactéries.

Les tapis benthiques peuvent se détacher du fond d’un lac ou d’une rivière et s’échouer le long de la rive, les rendant accessibles aux animaux de compagnie et aux enfants. Ils peuvent également être fixés à des roches ou à des plantes aquatiques ou flotter dans l’eau ou le long de la surface.

Les enfants ne devraient pas jouer avec les tapis benthiques, et les animaux de compagnie devraient être tenus à l’écart des tapis ou des plantes qui flottent près de la rive ou qui ont pu s’échouer le long de la rive.

Les chiens peuvent être attirés par l’odeur des tapis benthiques et peuvent vouloir les manger. Les chiens ne doivent pas manger de végétation ou de tapis benthiques flottants le long des rives des lacs ou des rivières, car ils peuvent être mortels.


Informez-vous et soyez en sécurité

Les cyanobactéries peuvent produire des toxines qui peuvent causer des irritations de la peau, des yeux et de la gorge. Des effets plus graves, comme des maladies gastro-intestinales, peuvent se produire si des toxines sont absorbées.

Être actif et profiter du plein air a de nombreux avantages pour votre bien-être physique et mental. Santé publique Nouveau-Brunswick vous encourage à être actifs et à profiter du plein air, mais à demeurer vigilants et à prendre des précautions. Il y a toujours des précautions à prendre pour se protéger quand on profite des eaux récréatives.

Santé publique Nouveau-Brunswick conseille de faire ce qui suit :

  • Surveillez les enfants et les animaux de compagnie près des eaux récréatives en tout temps. Ils peuvent risquer davantage de tomber malades.
  • Vérifiez toujours l’eau et évitez de vous baigner dans les zones où il y a des fleurs d’eau, de l’écume ou des tapis benthiques.
  • N’entrez pas dans l’eau si vous avez des coupures ou des plaies ouvertes.
  • Lavez-vous toujours les mains avant de manger.
  • N’utilisez pas d’eau provenant de zones où il y a des proliférations de cyanobactéries pour laver, boire ou cuisiner. Faire bouillir l’eau n’éliminera pas les toxines. Obtenez toujours de l’eau potable d’une source propre et salubre.
  • Les poissons capturés dans des eaux où des cyanobactéries prolifèrent devraient être éviscérés et bien rincés avec de l’eau potable propre avant d’être cuits et consommés.
  • Même en l’absence de prolifération de cyanobactéries, il est recommandé de prendre sa douche avec de l’eau propre après avoir été dans des eaux récréatives.

Les toxines peuvent parfois rester dans l’eau pendant plusieurs semaines après que les fleurs d’eau ne sont plus visibles. À titre de précaution, il est recommandé d’éviter l’utilisation récréative de l’eau dans les zones où des fleurs d’eau ont été vues ou dont la présence est soupçonnée.

Si vous commencez à ressentir des symptômes ou des effets sur la santé, vous devriez consulter un fournisseur de soins de santé.


Comment signaler un cas présumé de prolifération de cyanobactéries

Le ministère de l’Environnement et des Gouvernements locaux joue un rôle dans la gestion et la protection des eaux du Nouveau-Brunswick. Il a élaboré un protocole pour traiter de façon uniforme les cas de prolifération de cyanobactéries. Si vous croyez avoir observé une prolifération de cyanobactéries, veuillez la signaler en appelant le bureau régional concerné du ministère de l’Environnement et des Gouvernements locaux.

Afin d’aider le personnel du Ministère à répondre à vos préoccupations, il serait utile que vous fournissiez les renseignements suivants :

  • Le nom et l’endroit du plan d’eau touché.
  • Le type de plan d’eau (lac, ruisseau ou étang).
  • La couleur de la fleur d’eau ou du tapis benthique? Des photos seraient utiles, si possible.
  • S’agit-il d’une écume jaune à la surface de l’eau (il s’agirait alors vraisemblablement d’un dépôt de pollen)?
  • Les fleurs d’eau ne sont-elles qu’en surface ou semblent-elles présentes dans l’ensemble de la colonne d’eau?
  • La fleur d’eau semble-t-elle se produire seulement le long de la rive?
  • La durée du problème.
  • Tout autre renseignement supplémentaire.

 


Avis sur les cyanobactéries

Une fois qu’un avis est affiché, il restera indéfiniment sur la liste. Même si, chaque été, le plan d’eau visé ne présente pas nécessairement de proliférations de cyanobactéries, il restera sur la liste pour que les visiteurs puissent savoir qu’elles pourraient se reproduire puisque le plan d’eau a déjà connu des proliférations de cyanobactéries. Un échantillonnage futur du plan d’eau ne sera pas effectué pour annuler les avis en raison de l’imprévisibilité des proliférations de cyanobactéries.

Santé publique Nouveau-Brunswick encourage le public à être actif et à profiter du grand air, mais il faut savoir que les proliférations de cyanobactéries peuvent être imprévisibles. Les avis aident les utilisateurs des eaux récréatives à prendre des décisions éclairées quant à l’utilisation de l’eau dans le secteur touché. Nous encourageons tout le monde à être plus conscient de la formation de fleurs d’eau et d’écume très visibles, ainsi que des tapis benthiques qui se sont échoués sur le rivage, qui posent le plus de risques.

En plus des avis affichés sur ce site Web, des panneaux d’avis sanitaires seront mis en place pour indiquer que des fleurs d’eau ont été observées dans le plan d’eau touché.


Prévention des cyanobactéries

Même si les nutriments naturellement présents dans les plans d’eau sont nécessaires à la vie végétale et animale, un excès de phosphore et d’azote peut causer des problèmes en perturbant l’équilibre naturel du lac. De tels problèmes surgissent ou sont amplifiés lorsque des eaux pluviales, des eaux de ruissellement de milieux agricoles, des effluents industriels, des effluents d’eaux usées, des eaux de fosses septiques défectueuses et des engrais de gazon aboutissent dans le lac.

Nous pouvons tous contribuer à la prévention de la prolifération de cyanobactéries en empêchant la pénétration de quantités excessives de nutriments dans l’eau. Pour ce faire, nous pouvons :

  • éviter d’enlever de la végétation en bordure des cours d’eau et favoriser la croissance d’espèces végétales naturelles.
  • éviter d’utiliser des engrais ou des herbicides, en particulier près d’un cours d’eau.
  • veiller au bon entretien des fosses septiques et des champs d’épuration et s’assurer qu’ils sont placés loin de la rive.
  • utiliser uniquement des produits d’entretien ménager et de soins personnels sans phosphate.

 


Recherche

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick (GNB) soutient divers projets de recherche sur les cyanobactéries par l’intermédiaire du Fonds en fiducie pour l’environnement. Ces projets de recherche sont menés dans la rivière Saint-Jean ainsi que dans des lacs de la province. Les projets nous aideront à mieux comprendre la distribution des algues des cyanobactéries et de leurs toxines dans nos eaux récréatives.

Ces projets de recherche utilisent toutes sortes de méthodes ou d’outils pour déterminer si les cyanobactéries ou leurs toxines sont présentes dans l’eau. Ces méthodes et outils comprennent :

  • L’identification des cyanobactéries et la numération des cellules de cyanobactéries au moyen de microscopes.
  • Analyse de l’eau pour détecter la présence de toxines, comme les microcystines.
  • Analyse de l’eau pour déceler la présence de gènes de cyanobactéries responsables de la production de certaines toxines de cyanobactéries. La présence du gène (une unité d’ADN) responsable de la production de toxines peut être le signe ou non de la présence de toxines.

Ressources

Liens

Canada: Recommandations au sujet de la qualité des eaux utilisées à des fins récréatives au Canada

Recommandations concernant les facteurs pouvant interférer avec la salubrité des eaux récréatives sur le plan de la santé humaine.

Environment Canada: L'eau et l'environnement

Quantité d'eau, qualité de l'eau douce, assainissement de nos lacs et rivières, science de l'eau, indicateurs de durabilité, qualité de l'eau marine, protection de l'eau.

Panneaux d’information

Depuis 2022, le GNB travaille avec des partenaires clés pour installer des panneaux d’information près de plans d’eau utilisés à des fins récréatives au Nouveau-Brunswick. Ces panneaux n’indiquent pas nécessairement que des proliférations de cyanobactéries ont été observées dans le plan d’eau. Ils informent le public sur les différents types de fleurs d’eau au Nouveau-Brunswick, présentent des photos pour aider à reconnaître les proliférations de cyanobactéries et indiquent les précautions à prendre pour aider le public à rester en sécurité tout en s’adonnant à des activités aquatiques récréatives.

Vidéos

Infographies

Documents