SAINT JOHN (GNB) – Développer une chaîne d’approvisionnement de petits réacteurs modulaires avancés et former une main-d’œuvre qualifiée pour cette industrie au Nouveau-Brunswick ont été les grands thèmes d’un événement qui a eu lieu mardi. Le rassemblement à Saint John a été organisé par Énergie NB, ARC Canada et Moltex Energy, avec l’appui de différents partenaires de l’industrie.

« Notre gouvernement a fait de l’innovation énergétique un secteur prioritaire, et l’intérêt suscité par l’événement ainsi que l’importance des personnes présentes démontrent sa valeur », a déclaré la ministre responsable du Développement économique et des Petites Entreprises et ministre responsable d’Opportunités NB, Arlene Dunn. « Étant donné l’intérêt croissant envers les petits réacteurs modulaires avancés – la prochaine génération de technologie nucléaire –, l’événement de mardi a servi de tremplin au Nouveau-Brunswick pour poursuivre ses efforts en vue de répondre aux besoins de l’industrie et de maximiser les possibilités économiques pour les entreprises et les gens de la province. »

Dans le résumé de l’étude de faisabilité de la mise au point et du déploiement de petits réacteurs modulaires au Canada, on estime que les avantages économiques nationaux découlant des unités de démonstration au Nouveau-Brunswick avant 2035 pourraient signifier :

  • 21 870 années-personnes en emplois directs et indirects;
  • une incidence positive sur le PIB, directe et indirecte, de 2,15 milliards $; et
  • une augmentation des recettes gouvernementales de 198 millions $.

Le même document indique que, jusqu’en 2060, une flotte d’unités, installées au Canada et à l’étranger, pourrait engendrer les avantages suivants :

  • 537 000 années-personnes en emplois directs et indirects;
  • une incidence positive sur le PIB, directe et indirecte, de 59 milliards $; et
  • une augmentation des recettes gouvernementales de 5,2 milliards $.

« L’avenir de l’énergie au Canada atlantique est sans carbone, et l’écosystème entier des petits réacteurs modulaires a le potentiel de fournir des avantages environnementaux et économiques », a déclaré la ministre fédérale des Langues officielles, Ginette Petitpas Taylor, qui est également ministre responsable de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique. « Nous sommes déterminés à collaborer avec nos partenaires gouvernementaux, le milieu universitaire, l’industrie et les groupes autochtones pour saisir ces occasions en vue d’avoir un secteur prospère et un avenir énergétique propre. »

Énergie NB travaille avec ARC Canada et Moltex Energy pour faire évoluer la technologie des réacteurs de quatrième génération dans le but de les utiliser au Nouveau-Brunswick.