FREDERICTON (GNB) – Le gouvernement provincial a embauché un spécialiste en santé mentale reconnu à l’échelle nationale afin d’examiner les questions soulevées par le rapport de l’ombud, qui a été publié aujourd’hui, et d’orienter les changements opérationnels en cours nécessaires à l’amélioration des soins aux patients et à la sécurité des membres du personnel du Centre hospitalier Restigouche.

« Le rapport indique un besoin urgent d’amélioration », a déclaré le ministre de la Santé, Ted Flemming. « Une réponse officielle à ce rapport sera présentée dans les 90 jours, comme le demande l’ombud. Mais dans un premier temps, à la suite d’une recommandation particulière de l’ombud, le ministère de la Santé a embauché l’un des experts en santé mentale les plus qualifiés au pays. »

George Weber, ancien président et chef de la direction des Services de santé Royal Ottawa, examinera les questions soulevées dans le rapport de l’ombud avec le Réseau de santé Vitalité et présentera un rapport au ministère.

« Le traitement de patients décrit dans ces rapports d’incidents est inacceptable et ne sera pas toléré dans un établissement de soins de santé au Nouveau-Brunswick, a affirmé M. Flemming. Nous travaillerons ensemble pour nous assurer que les patients obtiennent les soins dont ils ont besoin. »

En réponse au rapport, le Réseau de santé Vitalité a indiqué que certaines modifications ont déjà été mises en place à la suite de son propre examen. Parmi les modifications apportées, la régie a :

  • Amélioré le processus lié aux interventions « code blanc ». Ces dernières sont effectuées lorsqu’un patient démontre un comportement agressif ou tente de se blesser ou de blesser autrui. Le nombre de codes blancs a baissé de plus de 50 pour cent, et le contact physique au cours de ces interventions a également diminué.
  • Amélioré les processus associés aux évaluations psychiatriques médico-légales. Cela a réduit de 50 pour cent la durée des séjours dans l’établissement et a éliminé les problèmes liés à l’engorgement de l’unité médico-légale.
  • Amélioré les ratios relatifs au personnel. Une analyse récente a montré que l’établissement dispose d’effectifs suffisants pour assurer la sécurité des patients et du personnel.

« Bien que des mesures aient été prises par la régie régionale de la santé et par l’établissement, grâce au travail présenté aujourd’hui par le Bureau de l’ombud, nous savons qu’il reste beaucoup à faire », a dit M. Flemming.

Le ministère examine actuellement en détail le rapport et les recommandations de l’ombud.

M. Flemming a indiqué que le ministère de la Santé et le Réseau de santé Vitalité continueront à coopérer et à faire preuve de transparence au cours de l’enquête menée par l’ombud.