FREDERICTON (GNB) – Dans son dernier rapport à l’Assemblée législative, la vérificatrice générale, Kim MacPherson, a relevé des préoccupations concernant l’indécision du gouvernement provincial au sujet de l’édifice du Centenaire situé au centre-ville de Fredericton, un grand édifice de bureaux qui est en grande partie inoccupé et dont la vie utile est révolue.

L’édifice du Centenaire a ouvert ses portes en 1967, ce qui a permis de centraliser un nombre de fonctions du gouvernement et de ministères à proximité de l’Assemblée législative.

Au cours des 10 dernières années, plusieurs plans, analyses et analyses de rentabilisation ont été produits au sujet de l’édifice du Centenaire, mais aucun n’a été pleinement mis en œuvre.

« Âgé de près d’un demi-siècle et dépassant largement sa durée de vie utile, l’avenir de l’édifice du Centenaire continue d’être indécis, a déclaré Mme MacPherson. Au lieu de suivre un plan à long terme, le gouvernement s’est concentré sur des décisions à court terme. »

L’édifice du Centenaire se détériore et ne respecte pas les codes du bâtiment en vigueur. Plusieurs de ses systèmes mécaniques essentiels n’ont jamais été mis à jour depuis l’ouverture de l’édifice. De plus, aucun travail ne peut être entrepris à moins que l’édifice soit complètement évacué, car la remise à neuf comprendrait l’enlèvement d’amiante. Le coût de la remise à neuf de l’édifice du Centenaire est estimé à 60 millions de dollars.

Le rapport de la vérificatrice générale révèle qu’en 2015, l’édifice du Centenaire affichait un taux d’occupation de 32 pour cent.

« Exploiter un grand édifice de bureaux dont seulement le tiers est occupé n’est pas efficient. L’indécision du gouvernement pendant neuf années a coûté des millions de dollars aux contribuables, a affirmé Mme MacPherson. À mon avis, une décision de remettre à neuf ou de démolir l’édifice est attendue depuis trop longtemps. »

La vérificatrice générale a formulé un certain nombre de recommandations au ministère des Transports et de l’Infrastructure au sujet de l’édifice du Centenaire pour améliorer la planification à long terme, dont :

  • soumettre au gouvernement une analyse mise à jour des coûts des options potentielles pour le bâtiment, y compris l’option de ne rien faire;
  • appliquer un moratoire sur les modifications, aménagements ainsi que sur de nouveaux occupants dans l’édifice du Centenaire jusqu’à ce qu’une décision soit prise sur l’avenir de l’édifice; et
  • mettre en œuvre immédiatement l’option que le gouvernement aura choisie pour le bâtiment.

Le chapitre portant sur l’édifice du Centenaire se trouve dans le volume IV du Rapport de la vérificatrice générale de 2015, qui contient deux rapports de performance. Le volume III, aussi publié aujourd’hui, porte sur des points découlant de l’audit annuel des états financiers de la province et des organismes de la Couronne. Ces volumes et des sommaires d’une page pour certains chapitres peuvent être consultés en ligne.