BATHURST (GNB) – Le gouvernement provincial investira jusqu’à 10 millions de dollars en 2015-2016 dans la construction d’une annexe de cinq étages à l’Hôpital régional Chaleur. L’investissement s’inscrit dans le cadre de travaux entrepris à l’hôpital.

« Investir dans notre infrastructure permet de créer des emplois et d’améliorer la qualité de vie des gens du Nouveau-Brunswick », a déclaré le premier ministre, Brian Gallant. « L’investissement continu de notre gouvernement dans l’Hôpital régional Chaleur améliorera notre système de soins de santé et générera de l’activité économique grâce à la réalisation de ce projet d’infrastructure stratégique. »

L’annexe sera rattachée à la façade ouest de l’hôpital. Cette phase de construction comprendra les travaux de fondation, de structure et la mise en place des murs extérieurs. Le début de la construction de l’annexe est prévu pour octobre, et les travaux devraient créer 213 emplois.

L’année dernière, le gouvernement provincial a investi 2,5 millions de dollars dans la planification et la conception architecturales en vue d’un ajout important à l’Hôpital régional Chaleur, qui permettra de régler le manque d’espace, principalement dans les unités de soins aux patients.

L’ensemble du projet de rénovation et de construction de 217 millions de dollars, qui sera achevé d’ici décembre 2023, devrait créer un total de 2126 emplois directs et indirects durant la période de construction.

« Cet investissement stimulera la croissance économique dans la région Chaleur et créera des emplois », a affirmé le ministre de l’Environnement et des Gouvernements locaux, Brian Kenny. « Les travaux et l’agrandissement à l’Hôpital régional Chaleur sont en phase avec nos priorités, qui sont de créer des emplois et de faire du Nouveau-Brunswick le meilleur endroit où élever une famille. »

M. Kenny parlait au nom du ministre de la Santé, Victor Boudreau.

« Lorsqu’elles seront achevées, ces nouvelles installations permettront d’offrir des soins de santés de manière plus efficace et d’améliorer le bien-être des patients qui y reçoivent des soins », a dit le président du conseil d’administration du Réseau de santé Vitalité, Paul Couturier. « De plus, nos employés se retrouveront dans un milieu de travail qui est amélioré et adapté aux normes d’aujourd’hui. »