FREDERICTON (CNB) – Des modifications à la Loi sur les véhicules à moteur visant à interdire l'utilisation de téléphones cellulaires conventionnels et certains autres appareils au volant ont été déposées à l'Assemblée législative, aujourd'hui.

« L'envoi de messages textes et les conversations sur téléphone cellulaire au volant constitue des formes de comportements dangereux qui sont devenus trop répandus », a affirmé le ministre de la Sécurité publique et solliciteur général, Robert Trevors. « En effet, des études ont révélé que la distraction au volant est responsable d'un pourcentage important des collisions. En déposant ce projet de loi, notre gouvernement fait passer le message que la distraction au volant est inacceptable. »

Les mesures législatives interdiront l'utilisation et la manipulation des appareils suivants au volant :

●    téléphones cellulaires conventionnels, sauf lorsqu'ils sont utilisés de façon mains libres;
●    appareils d'envoi de messages textes; et
●    appareils de divertissement portatifs.

Le projet de loi interdit également la programmation manuelle et la manipulation d'un système de positionnement global (GPS) en conduisant un véhicule.

De plus, il sera interdit de placer des écrans de visualisation qui ressemblent à des téléviseurs, des écrans d'ordinateur et des lecteurs de DVD portatifs dans le champ de vision du conducteur d'un véhicule à moteur.

Les membres du personnel des services de police, d'incendie et d'ambulance seront exemptés de ces restrictions dans l'exercice de leurs fonctions. Les radioamateurs pourront se servir d'émetteurs-récepteurs pour les opérations de recherche et de sauvetage.

Les mesures législatives permettront aux conducteurs de se servir d'un appareil de communication au volant pour signaler une urgence aux autorités pertinentes, par exemple pour composer le 911.

Les conducteurs de véhicules à moteur ordinaires et de véhicules utilitaires pourront se servir d'émetteurs-récepteurs à des fins commerciales.

Les conducteurs qui enfreignent les dispositions législatives accumuleront trois points d'inaptitude et se verront imposer une amende de 172,50 $.

« Le ministère de la Sécurité publique a mené des consultations exhaustives pour s'assurer de mettre en place des dispositions législatives qui pourront être appliquées par les services de police et qui encourageront les gens à conduire avec prudence et de façon attentive, a souligné M. Trevors. Le projet de loi est le fruit de ces consultations. Je tiens à remercier tous les intervenants qui y ont pris part. »

Les modifications à la loi entreraient en vigueur au début de 2011 à la suite d'une campagne d'éducation et de sensibilisation du public.