FREDERICTON (GNB) – Le Réseau du cancer du Nouveau-Brunswick a publié son quatrième rapport sur le cancer, qui approfondit l’information déjà publiée.

Le cancer au Nouveau-Brunswick 2007-2013 contient de nouveaux renseignements, notamment des données sur la prévalence du cancer, la survie au cancer par stade, ainsi que la distribution géographique des quatre cancers les plus courants au Nouveau-Brunswick. Il contient également des renseignements sur l’incidence, la mortalité, les tendances, les taux de survie et les prévisions en ce qui a trait au cancer.

« Les renseignements présentés dans ce rapport sont d’une valeur inestimable pour orienter les stratégies de prévention du cancer et de lutte contre le cancer », a déclaré le Dr Eshwar Kumar, un conseiller médical pour le réseau. « La surveillance du cancer joue un rôle clé dans la réduction du fardeau lié à cette maladie dévastatrice au Nouveau-Brunswick. »

Le rapport fournit des renseignements au public, aux professionnels des soins de santé, aux chercheurs, aux administrateurs et aux décideurs. En plus d’être utile pour l’élaboration de politiques, le rapport a pour objet de cerner les besoins éventuels en matière de recherche.

« Au cours d’une vie, le cancer touchera vraisemblablement chaque famille du Nouveau-Brunswick », a affirmé le Dr Réjean Savoie, un autre conseiller médical pour le réseau. « Le cancer continue d’avoir de grandes répercussions dans la province, mais nous sommes heureux que cette mise à jour puisse nous aider à prendre des décisions éclairées qui aideront notre système de santé à répondre de façon appropriée. »

Quelques conclusions du rapport :

•     De 2007 à 2013, 4588 nouveaux cas de cancer et 1833 décès liés au cancer ont été signalés, en moyenne, par année.

•     Les quatre cancers les plus courants (cancer de la prostate, du sein, du poumon et cancer colorectal) ont représenté la majorité (56 pour cent) des nouveaux cas de cancer diagnostiqués.

•     Le cancer du poumon représentait la première cause de décès attribuables au cancer chez les hommes et les femmes, en plus d’avoir été à l’origine de plus de décès que le cancer de la prostate, le cancer du sein et le cancer colorectal confondus.

•     Malgré une augmentation du nombre de nouveaux cas, les taux de mortalité et de survie globaux de certains cancers se sont améliorés par rapport à la dernière période de rapport, soit de 2002 à 2006 (pour les cancers de l’estomac, du poumon et de la prostate chez les hommes et pour les cancers du sein et du col utérin chez les femmes). Le réseau espère que ces tendances se maintiendront, grâce à des percées dans le traitement du cancer et la mise sur pied de programmes de dépistage du cancer pour diagnostiquer et traiter les cancers à un stade précoce, lorsque les traitements sont plus efficaces.

•     Un enregistrement exact et en temps opportun du cancer aura un rôle encore plus important à l’avenir, car on prévoit que le nombre de nouveaux cas de cancer au Nouveau-Brunswick augmentera, principalement en raison du vieillissement de la population. Le nombre annuel de nouveaux cas de cancer invasif devrait atteindre plus de 7000, en 2030, si les tendances actuelles se maintiennent.

Le Réseau du cancer du Nouveau-Brunswick est une division du ministère de la Santé. Il est responsable de l’élaboration et de la mise en œuvre de stratégies provinciales fondées sur des données probantes relativement à tous les éléments de soins contre le cancer, y compris la prévention, le dépistage, le traitement, les soins de suivi, les soins palliatifs, l’éducation et la recherche.

La version intégrale du rapport est disponible en ligne.