FREDERICTON (GNB) – Des modifications ont été proposées à la Loi sur les services à la petite enfance en vue de renforcer la sécurité des enfants qui fréquentent un établissement de garderie éducative agréé.

Les modifications visent à clarifier les exigences en matière de permis, notamment l’aptitude des employés et les vérifications de casier judiciaire pour tous les employés qui sont en contact avec les enfants; protéger les enfants en donnant au ministre le pouvoir explicite de retirer immédiatement un permis d’exploitation afin de protéger la santé et la sécurité des enfants; et assurer des mesures de protection opérationnelle pour le renouvellement de permis afin d’éviter que des familles ne soient aux prises avec une interruption de services en raison de délais associés au processus.

« S’assurer que nos enfants puissent avoir des services dans un environnement sain, sécuritaire et inclusif n’a rien de facultatif, c’est une nécessité absolue », a déclaré le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, Dominic Cardy. « Les modifications proposées ont pour but d’aborder les problèmes et les défis qui ont été identifiés depuis la proclamation de la loi une première fois, et de permettre d’offrir des services de qualité supérieure aux familles du Nouveau-Brunswick. »

La Loi sur les services à la petite enfance a été promulguée en février 2018.

« Les modifications qui sont proposées ont été élaborées de la manière dont des modifications devraient être conçues, c’est-à-dire en tenant compte de l’expérience en matière d’exploitation et des pratiques exemplaires, a indiqué M. Cardy. Adopter des mesures pour corriger des lacunes dans la loi actuelle permettra d’optimiser l’application de la loi et de la rendre plus conforme à sa raison d’être et à ses objectifs. »

Le projet de loi comprend des modifications qui confère au ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance l’autorité d’échanger des renseignements concernant la création d’un registre en ligne pour aider à mettre en contact les parents à la recherche d’un service de garderie et les exploitants qui ont des places, ainsi que des modifications visant à s’assurer que tous les établissements offrent aux enfants et aux familles un milieu inclusif.