FREDERICTON (GNB) – La déclaration suivante a été émise par la présidente de la Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick, Claire Roussel-Sullivan, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale, le dimanche 21 mars :

Cette année, la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale sera célébrée sous le thème Les jeunes se lèvent contre le racisme. Il s’agit d’un choix judicieux, puisque nos jeunes leaders ont démontré qu'ils peuvent s’organiser rapidement et exiger des actions concrètes pour contrer le racisme et les inégalités sociales.

Depuis la proclamation de cette journée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1966, notre société a fait des progrès pour changer les attitudes et mettre le principe fondamental de l’égalité en dignité et en droit au-dessus de toute autre considération. Cependant, la discrimination raciale et ethnique continue de se manifester chaque jour, entravant toute chance de prospérité pour des millions de personnes dans le monde entier.

Le racisme et l'intolérance prennent diverses formes – que ce soit de refuser aux gens la possibilité de profiter pleinement de l’abondance de leur terre d’accueil ou d’inciter à la haine raciale – et elles sont susceptibles de détruire des vies et de briser des communautés.

Nous devons fournir notre part d’efforts, et la récente annonce d’un projet de recherche sur le racisme systémique contre les Noirs est certainement un pas dans la bonne direction. Cependant, il est essentiel que nous élargissions nos connaissances menant à une véritable conscientisation des réalités du racisme et de la discrimination systémiques dans notre province. Il est également primordial que nous nous inspirions davantage des instruments internationaux relatifs aux droits de la personne pour mettre en place des solutions durables.

Depuis de nombreuses années, le Nouveau-Brunswick vit un changement sociodémographique marqué, alors que les minorités raciales et ethniques constituent une proportion croissante de notre population. Entre 2006 et 2016, le pourcentage de la population représentée par les minorités ethniques dans notre province est passé de 1,9 pour cent à 3,4 pour cent. Il est important de reconnaître le formidable travail accompli par les organismes multiculturels pour aider les nouveaux arrivants à s'établir chez nous et leur faire découvrir leur terre d’adoption.

Nous avons tous un rôle à jouer pour nous assurer que nos traditions – qu’elles soient d’ici ou d’ailleurs – continuent de contribuer à l’épanouissement et à la diversité de notre province. Nous entrons dans une ère où ce sera une force indéniable. Toute la population du Nouveau-Brunswick doit être en mesure de se trouver un emploi et un logement approprié, et de recevoir des services de santé, des services éducatifs et autres sans discrimination ni harcèlement.

Aujourd’hui, j'invite tous les gens du Nouveau-Brunswick à célébrer la diversité ethnoculturelle de notre province et à continuer d’exiger des efforts concertés dans notre lutte contre le racisme et la discrimination.