Gouvernement du Nouveau-Brunswick

La composition de la Commission des droits de la personne est double: elle est constituée des membres de la Commission, qui se compose de la Présidente et des membres qui sont nommés par la lieutenante-gouverneure en conseil; et des agents de la Commission chargés de l'administration quotidienne et du fonctionnement de la Commission.

Les agents de la Commission sont responsables du volet de la sensibilisation et de l'éducation, ainsi que pour la réception, l'enquête et la médiation des plaintes de discrimination. Ils préparent également des rapports sur les plaintes pour une présentation lors des réunions de la Commission qui ont lieu plusieurs fois par an.  Le directeur de la Commission agit également comme secrétaire de la Commission au cours de ces réunions.

La Commission elle-même ne procède pas à des audiences sur les plaintes de discrimination, mais détermine, avec la recommandation du personnel, si une plainte doit être rejetée ou devrait être renvoyée pour une audience devant la Commission du travail et de l'emploi, qui est un tribunal indépendant.

Les membres de la Commission des droits de la personne sont nommés au moyen de concours publics pour lesquels la sélection est fondée sur le mérite. Les vacances sont annoncées sur le site Web des organismes, conseils et commissions.

 

 

Dorothy Thériault

Début
DorothyTheriault

Madame Thériault est originaire de Memramcook.  Elle a obtenu son diplôme d’études secondaires de l’École Régionale de Memramcook et un diplôme d’étude commerciale bilingue au Collège Notre-Dame d’Acadie en 1969. Elle a aussi suivi des cours post secondaires en administration des affaires et en ressources humaines à l’Université de Moncton.

Après une carrière de 28 ans à Assomption-Vie où elle a occupé différents postes, Madame Thériault décide de devenir gérante du Centre d’accès communautaire de Memramcook pour onze années jusqu’à sa retraite en 2011.  Parallèlement à ses fonctions de gérante, elle agissait comme présidente du Réseau provincial des Centres d’accès communautaires.

Dorothy s’est toujours impliquée dans sa communauté comme membre de Conseils d’administration ou d’organismes sociaux : le Cercle des Dames d’Acadie de Memramcook dont elle est la présidente, le comité de finances de la Paroisse St-Thomas, la campagne locale de l’Arbre de l’espoir et le comité du 150e anniversaire du Collège St-Joseph.  Elle a aussi été bénévole au Jeux de la Francophonie, aux Jeux de l’Acadie, au Club de Golf de Memramcook et à l’Association du Hockey mineur de Memramcook.

Quelques distinctions lui ont été décernées en reconnaissance de sa contribution à sa communauté dont un certificat de mérite du Gouvernement du Canada en 1988, un certificat des jeux de la Francophonie en 1999 et le prix Gemma Pelletier Caron de la Fédération des Dames d’Acadie en 2003. Notes biographiques en date du 15 avril 2016.

 

Kimberley Douglass

Début
KimberlyDouglass

Kimberley Douglass, une enseignante à la retraite, a commencé sa carrière en enseignant les mathématiques et les sciences au Ghana, en Afrique occidentale, pour ensuite enseigner pendant 32 ans dans des écoles en milieu rural et urbain dans les Maritimes. Elle détient un baccalauréat en sciences de l’Université Dalhousie et un baccalauréat en éducation de l’Université du Nouveau-Brunswick.

Au cours de sa carrière d’enseignante, elle a siégé au Comité des relations employés-employeur de la Fédération des enseignants du Nouveau-Brunswick; au comité de mise en candidature du New Brunswick Teachers’ Association; à titre d’agente de griefs, administratrice suppléante et présidente du conseil du cercle 1826 de la NBTA; à titre de présidente du Conseil des écoles secondaires et du Conseil de mathématique de la NBTA; à titre de présidente du Comité de liaison, cercle 1809 de la NBTA; et à titre de présidente des comités de liaison avec les écoles et des conditions de travail de l’école secondaire Leo Hayes, et du comité des conditions de travail de l’école secondaire Stanley. Elle a travaillé avec des enseignants stagiaires et elle a collaboré à une variété d’activités et de clubs d’élèves. Elle a également fait du bénévolat pour CUSO Nouveau-Brunswick, le Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes (FAEJ), Liberty Lane de Fredericton et le comité d’accès de la Bibliothèque communautaire de Stanley.

Après sa retraite, Kimberly a travaillé pendant deux ans à Grace House, la maison d’hébergement d’urgence pour femmes de Fredericton, dont un an à titre de directrice adjointe. Elle a été nommée au Conseil d’éducation de district, District scolaire anglophone – Ouest, dont elle est vice-présidente. Elle est bénévole auprès du Centre pour les victimes d’agression sexuelle de Fredericton, de Dix Mille Villages de Fredericton et de la charge pastorale de Stanley, Église Unie du Canada.Notes biographiques en date du 15 avril 2016

Début
Jean-ClaudePelletier

Après avoir complété un baccalauréat ès art en éducation physique à Edmundston et une maîtrise en orientation à l’Université de Moncton, M. Pelletier a été directeur Service du personnel et de l’éducation et directeur des Ressources humaines de l’Hôpital régional d’Edmundston de 1976 à 1992. Suite à la refonte du système de santé provincial, il a occupé le poste de Directeur général adjoint - Ressources humaines au sein de la Corporation hospitalière de la région quatre jusqu’en 2002. De plus, M. Pelletier a agi à titre de personne-ressource au conseil d’administration de la Régie régionale de la santé quatre de 1992 à 2008 et auparavant, à l’Hôpital régional d’Edmundston de 1987 à 1992.

Il a par la suite été vice-président aux Ressources humaines pour la Régie régionale de la santé quatre de 2002 à 2008. Depuis ce temps, M. Pelletier a occupé divers rôles au sein du système de santé : il a été Directeur général par intérim de l’Hôpital Georges L. Dumont de Moncton, Directeur général par intérim de l’Hôpital régional Chaleur de Bathurst et Directeur des Ressources humaines par intérim de la Régie régionale de santé Vitalité à Edmundston.

M. Pelletier a également été le Président du Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick de 2011 à 2017.  

Au fil des ans, M. Pelletier a aussi été membre de différents comités provinciaux de négociation et de relations de travail et a agi comme négociateur principal d’une entente collective pour les employés de la ville de St-Léonard. Il est toujours membre du Conseil d’administration du régime de pension des employés de soutien des hôpitaux de la province du Nouveau-Brunswick.  Le sport occupe une grande place au sein des loisirs de M. Pelletier; il a entraîné plusieurs équipes de hockey mineur et senior, et a entraîné une équipe de balle-molle senior pendant huit ans. Notes biographiques en date du 3 mai 2018

Début
PatriciaThomas-Arsenault

Patricia est une épouse et mère de 2 enfants et 5 petits enfants. Suite à l’obtention de son Baccalauréat en science infirmière, elle agi à titre d'infirmière gestionnaire pour le Service de traitements des dépendances de Moncton en plus d'être membre du Comité de prévention au suicide de la région du Grand Moncton et coordinatrice du Centre Antipoison.  Elle a présidé le Cercle des dames d'Acadie de Dieppe et l’organisation Échec au crime du Grand Moncton. Elle a également été élue conseillère générale en mai 2016 à la municipalité de Dieppe.  Elle représente la Ville de Dieppe au Comité permanent du conseil sur les stratégies et politiques, au Conseil d'administration- Services des bénévoles de la GRC, à la Commission de la Bibliothèque de Dieppe, au Population Growth and Retention Committee, à l’Union des municipalités du N.-B.(UMNB) et au Protective Services Committee (UMNB). Notes biographiques en date du 23 juillet 2019.

Début
CharlesFerris

Charles Ferris a une vaste expérience dans le domaine des droits de la personne et des droits civils au Nouveau-Brunswick. Diplômé en histoire (B.A., M.A., 1974) et en droit (LL.B., 1973) de l’Université du Nouveau-Brunswick, il est devenu conseiller juridique au Bureau de l’ombudsman du Nouveau-Brunswick (1973-1994) et à la Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick (1995-2003). À ce titre, M. Ferris a représenté la Commission devant plusieurs tribunaux des droits de la personne et dans plusieurs instances judiciaires, y compris ceux qui ont mené à l’intégration de la Semaine de la fierté gaie dans la vie urbaine de Fredericton et de l’exclusion de l’auteur prolifique antisémite, Malcom Ross, de façon permanente de son poste d’enseignement dans les écoles publiques. Son travail comprenait aussi de vastes initiatives de réforme du droit dans son rapport des droits de la personne de 1990 intitulé Pour faire du monde notre famille : Rapport et recommandations sur les droits de la personne au Nouveau-Brunswick. Depuis sa retraite en 2003, M. Ferris est resté un bénévole actif dans les églises et la collectivité, notamment son poste de chancelier à l’Anglican Ecclesiastical Province of Eastern Canada et celui de conseiller réviseur des nominations judiciaires provinciales. Notes biographiques en date du 23 juillet 2019.

Début
AnnieGuitard

Annie Guitard est originaire de Balmoral et est une mère d’un petit garçon. Graduée en travail social de l’Université de Moncton en 2013 et présentement, étudiante en droit à l’Université de Moncton, elle obtiendra son juris doctor en juin 2021.

Elle a travaillé au sein du Ministère de la Santé en tant que défenseure des malades psychiatriques pendant cinq ans avant de faire un retour aux études. Ce travail lui a permis de faire avancer les droits légaux, humains et civils des individus en placement non volontaire. Par ailleurs, elle eut la chance d’informer les individus hospitalisés en placement non volontaire, les familles, le personnel des hôpitaux et les collectivités des droits légaux et civils de ses individus ainsi que fournir un moyen de résoudre les plaintes de ses individus.

En 2019, elle fut coordonnatrice générale du réseau national d’étudiants Pro Bono en plus d’y avoir fait du bénévolat pour l’année 2018. Elle a également siégé au sein du comité d’examen de l’Association des travailleurs sociaux du N-B et elle possède des expériences de stages en protection de l’enfance, au Développement social, et en stabilisation légale, au Centre Hospitalier Restigouche. En 2013, elle a entrepris son mémoire de fin d’études sur « les mesures de contrôles en milieu psychiatrique » d’où l’isolement, la marginalisation, la stigmatisation et le pouvoir médical furent abordés.

Son but ultime à la suite de sa formation en droit : aider les individus marginalisés à naviguer le système judiciaire, les représenter lors de litiges et à faciliter l’accès pour tous, de façon égalitaire, à la justice. À son avis, offrir à la communauté est d’une importance cruciale. Notes biographiques en date du 25 mars 2020

Début
ShelleyDumouchel

Shelley Dumouchel a été admise au Barreau du Nouveau-Brunswick en 1994 après avoir obtenu son baccalauréat en droit et son baccalauréat ès arts de l’Université du Nouveau-Brunswick.

De 1994 à 2008, elle a travaillé comme avocate associée à Oromocto et à Fredericton où elle a acquis une grande expérience dans les domaines du droit de la famille, du droit des assurances, du dommage corporel, de l’immobilier et des testaments et successions. De 2008 à 2011, Shelley était la conseillère juridique principale du Bureau du curateur public du Nouveau-Brunswick. En 2011, elle est retournée à la pratique privée et dirige son propre cabinet depuis.

Native de Perth-Andover, au Nouveau-Brunswick, Shelley vit avec sa famille à Fredericton. En plus d’élever une famille et de pratiquer le droit, Shelley est l’un des membres fondateurs de la clinique d’aide juridique d’Oromocto, présidente suppléante de la Commission de recours de la santé mentale, arbitre en vertu de la Loi sur la réglementation des alcools et membre de la Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick. Notes biographiques en date du 25 mars 2020.