Gouvernement du Nouveau-Brunswick

La Santé publique collabore avec le ministère de l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches, l’Agence de la santé publique du Canada et d’autres experts pour surveiller la présence de la tique à pattes noires. Les données de surveillance provinciale des tiques offrent de l’information sur les espèces de tiques, les pathogènes, et contribuent à déterminer où les populations de tiques à pattes noires sont établies ou pourraient s’établir. 

La vie des tiques à pattes noires se décompose en quatre étapes : œuf, tique immature (larve et nymphe) et tique adulte. Les œufs éclosent et donnent une larve, qui a besoin de consommer du sang pour passer à l’étape suivante. Les larves non alimentées sont très petites (0,15 mm de long) et de couleur claire. Les nymphes non alimentées sont très petites (0,15 mm de long) et de couleur claire. Les tiques adultes non alimentées mesurent environ 3 à 5 mm de long et sont de couleur rouge vif ou brun foncé. Les femelles adultes deviennent plus pâles lorsqu’elles commencent à s’alimenter et peuvent mesurer jusqu’à 10 mm de long après alimentation.

Au stade adulte, la tique américaine du chien (Dermacentor variabilis) est plus grosse que la tique Ixodes dont elle se distingue par des marques blanches caractéristiques. Les tiques immatures se nourrissent sur des petits rongeurs, mais on retrouve souvent les tiques adultes sur des humains, des chiens et d’autres animaux domestiques. Cette espèce n’est pas un vecteur de la maladie de Lyme. 

La tique du wapiti ou tique d’hiver (Dermacentor albipictus) se trouve sur les orignaux et les chevreuils et à l’occasion sur les chevaux, les vaches, les chiens et les humains. On peut rencontrer un grand nombre de larves minuscules à l’automne, en particulier dans l’habitat de l’orignal. Cette espèce n’est pas un vecteur de la maladie de Lyme.

Onze espèces de tiques ont été trouvées au Nouveau-Brunswick entre 2013 et 2017 dans des cas où aucun déplacement à l’extérieur de la province n’a été signalé. Ces espèces sont Amblyomma americanum, Dermacentor albipictus, Dermacentor variabilis, Haemaphysalis leporispalustris, Ixodes angustus, Ixodes cookie, Ixodes marxi, Ixodes muris, Ixodes scapularis, et Rhipicephalus sanguineus. Trois espèces supplémentaires ont été soumises, cependant, des déplacements à l’extérieur de la province avaient été signalés. Ces espèces étaient les tiques Amblyomma multipunctum, Dermacentor andersoni, et Haemaphysalis aciculifer.
 


Plus de 5 000 tiques ont été soumises dans le cadre du programme provincial de surveillance des tiques entre 2013 et 2017. En moyenne, 81 % des soumissions étaient des tiques à pattes noires (Ixodes scapularis); 10 % étaient des tiques de la marmotte (Ixodes cookie) et 2 % représentaient d’autres espèces de tiques Ixodes, 4 % étaient des tiques américaines du chien (Dermacentor variabilis), 1 % des tiques du wapiti ou tiques d’hiver (Dermacentor albipictus); et 2 % représentaient d’autres espèces de tiques.

tick-pie

Plus 3 500 tiques à pattes noires (Ixodes scapularis) ont été analysées entre 2013 et 2017 dans des cas où aucun déplacement à l’extérieur de la province n’était signalé. En moyenne, 13 % des soumissions de tiques à pattes noires affichent des résultats positifs pour la maladie de Lyme (Borrelia burgdorferi) et 1,7 % pour l’anaplasmose (Anaplasma phagocytophilum); et en moyenne, 0,4 % des soumissions de tiques à pattes noires affichent des résultats positifs pour la maladie de Lyme et l’anaplasmose. En moyenne, 0,1 % des tiques à pattes noires soumises sont porteuses de babébiose (Babesia).