Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Le 24 mars, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a annoncé aide pour soutenir les entreprises de la province. Cette aide soutiendra notre économie, gardera notre main-d’œuvre au travail et aidera nos entreprises à poursuivre leurs activités. Cette aide s’ajoute au soutien financier existant mis en place par nos partenaires fédéraux et les établissements financiers pour surmonter précisément les répercussions liées à la COVID-19. Le gouvernement provincial continuera à surveiller les effets économiques et à réagir de façon proactive aux besoins de nos entreprises et de nos employeurs. Ce que nous faisons :

Renonciation de pénalités de retard sur l’impôt foncier :

  • Les entreprises doivent payer l’impôt foncier au plus tard le 31 mai. Cependant les pénalités de retard seront examinées au cas par cas pour voir s’il est possible d’y renoncer en cas de difficultés financières, comme devoir fermer une entreprise à cause de la COVID-19.

Report de paiement sur le capital et les intérêts pour les prêts existants :

  • Comme mesure immédiate, le gouvernement du Nouveau-Brunswick reportera jusqu’à six mois, au cas par cas, le remboursement des prêts et des intérêts sur les prêts provinciaux existants.
  • Cette mesure donnera un répit immédiat aux entreprises qui ont des difficultés en raison de la COVID-19.
  • Cette aide est offerte au cas pas cas à toute entreprise ayant un prêt avec un ministère du gouvernement du Nouveau-Brunswick. Le report peut être demandé en communiquant avec le ministère qui a accordé le prêt.

Soutien aux petites entreprises

  • Pour soutenir nos petites entreprises, le gouvernement du Nouveau-Brunswick fournira un fonds de roulement pour appuyer les petites entreprises. Les prêts aideront les entreprises à relever les défis associés à COVID-19.
  • Les prêts pourront atteindre un maximum de 100 000 $.
  • Opportunités Nouveau-Brunswick (ONB) travaillera avec un partenaire de confiance pour gérer le processus de demande.
  • Plus d’information sera donnée sur le processus de demande au cours des prochains jours.  

Injection de fonds de roulement cruciaux pour les moyens et grands employeurs :

  • Opportunités Nouveau-Brunswick fournira aide aux moyens et grands employeurs.
  • ONB fournira aussi, sur demande, des fonds de roulement de plus de 100 000 $ pour aider les grands employeurs à gérer les répercussions de la COVID-19 sur leurs activités.
  • Les grands employeurs pourront faire leur demande d’aide directement auprès d’Opportunités Nouveau-Brunswick.

Travail sécuritaire NB a annoncé que les cotisations des employeurs qui s’appliquent aux salaires des mois de mars, d’avril et de mai seront reportées pendant trois mois, sans imposer d’intérêts.

 

Le gouvernement du Canada a annoncé des mesures pour aider les Canadiennes et les Canadiens et les entreprises qui sont en proie à des difficultés en raison de l’éclosion de la COVID-19. L’aide aux entreprises comprend notamment des subventions salariales temporaires afin d’éviter les mises à pied, une certaine flexibilité en matière de déclarations fiscales et des augmentations de crédit pour les petites, moyennes et grandes entreprises canadiennes. Vous trouverez un complément d’information en ligne.

Pour éviter les mises à pied :

Pour avoir accès au crédit :

Appui envers la liquidité du marché financier

Souplesse accrue

Les agences de développement régional du Canada, y compris l’Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA), ont également annoncé que de l’aide est disponible pour les petites et moyennes entreprises touchées par les changements soudains dans l’économie. Les entreprises peuvent communiquer avec l’APECA au 1-800-561-4030.

Travail sécuritaire NB a annoncé que le paiement des cotisations pour les salaires de mars, avril, et mai serait reporté pendant trois mois, sans intérêts. Des renseignements supplémentaires sont disponibles en ligne.

Les entreprises qui ont besoin de soutien en matière de liquidité du marché financier peuvent également communiquer avec le ministère des Finances du Canada au 1-613-369-3710, ou par courriel à fin.financepublic-financepublique.fin@canada.ca.

Les entreprises peuvent communiquer avec :

  • Exportation et développement Canada : renseignements généraux 1-800-229-0575.
  • Banque de développement du Canada : renseignements généraux 1-877-232-2269; info@bdc.ca.

Un plan de continuité des opérations décrit les procédures et les instructions qu'une organisation peut suivre en cas d'urgence. Planifier à l'avance vous permet d'être proactif et de réfléchir à la façon dont votre entreprise réagira.

Un certain nombre de guides sont disponibles, notamment:

Le climat des affaires d'aujourd'hui permet à de nombreuses entreprises d'être connectées à l'échelle mondiale, ce qui signifie que les événements actuels et les problèmes qui se produisent dans le monde pourraient avoir un impact direct sur les opérations au Canada.
Le Service des délégués commerciaux du gouvernement du Canada possède un réseau de plus de 1 000 experts dans 160 villes du monde entier qui aident les entreprises canadiennes à faire du commerce, à croître et à réussir. Les délégués commerciaux peuvent vous fournir des informations et des conseils spécifiques au marché pour vous aider à atténuer les impacts de COVID-19.

LIENS :

Partout au Canada, des entreprises et des organisations travaillent à préparer et à soutenir les propriétaires d'entreprise et les entrepreneurs afin de réduire les risques posés par COVID-19.

Pour plus d'informations et de ressources, consulter les liens ci-dessous:


Chambre de commerce du Canada:

Fédération canadienne de l'entreprise indépendante:

La Banque de développement du Canada (BDC)

L’information sur l’assurance-emploi, les programmes de main-d’œuvre pour les lieux de travail réglementés par le gouvernement fédéral, les programmes de travail partagé, etc. se trouve en ligne.

Non. La COVID-19 est un événement imprévu et, par conséquent, les employeurs ne sont pas tenus de fournir cet avis.

Les renseignements sur l’assurance-emploi relativement au coronavirus se trouvent ici

Vous trouverez l’information sur la façon dont les propriétaires d’entreprises seront soutenus ici.

Pour aider à réduire la propagation des maladies transmissibles et des virus, y compris COVID-19, les lieux de travail devraient avoir un plan de prévention et de contrôle des infections, qui peut comprendre :

Encourager vos employés à NE PAS aller travailler s'ils ne se sentent pas bien (par exemple, toux, éternuements, fièvre, écoulement nasal, etc.).

Réviser vos politiques sur les congés de maladie afin d’encourager vos employés à rester à la maison lorsqu'ils sont malades pour réduire la transmission à d'autres collègues et clients.

Fournir des installations de lavage des mains propres et des nettoyants pour les mains à base d'alcool à plusieurs endroits dans le bâtiment (par exemple, entrées, salles de réunion, salles de pause, etc.).

Utiliser des techniques d'éloignement social pour mener autant d'affaires que possible, y compris la conférence téléphonique / vidéo et permettre aux employés de travailler à domicile ou de travailler à des heures flexibles pour éviter les heures de pointe des transports en commun ou l'encombrement sur le lieu de travail.

LIENS :

Les employés ont le droit de refuser de travailler dans certaines circonstances. Pour des conseils au sujet de toute question concernant le refus de travailler, veuillez communiquer avec Travail sécuritaire NB au 1-800-999-9775, ou visitez le Droit de refuser de travailler pendant une pandémie.

Lorsque les travailleurs bénéficient d’une exemption de la médecin-hygiéniste en chef en ce qui concerne l’exigence des 14 jours d’auto-isolement, cette exemption continue, y compris si elle a été accordée avant l’émission de l’ordonnance du 19 mars. (Par exemple, cette exemption couvre les camionneurs qui transportent des produits entre le Canada et les États-Unis, s’ils suivent les directives du MHC pour réduire les risques lors de leurs déplacements.) Il n’y a pas d’exemption pour les personnes qui choisissent de faire des allers-retours aux États-Unis pour magasiner.

Une exception à la demande d'auto-isolement pendant 14 jours devrait être accordée aux travailleurs qui sont essentiels à la circulation des biens et des personnes. Par exemple, cette exemption s'appliquerait à:

  • des travailleurs en bonne santé dans le secteur du commerce et des transports qui sont nécessaires à la circulation des biens et des personnes à travers la frontière, tels que les chauffeurs de camion et l'équipage à bord de tout avion, train ou bateau maritime traversant la frontière;
  • les personnes en bonne santé qui doivent traverser la frontière pour aller travailler, y compris les prestataires de soins de santé et les travailleurs des infrastructures essentielles;
  • et les résidents du Nouveau-Brunswick qui traversent la frontière américaine quotidiennement pour le travail.

À NOTER :

  1. Les travailleurs de ces secteurs devraient pratiquer l’éloignement social (maintenir une distance de 2 mètres des autres), s'auto-surveiller et s'isoler s'ils présentent des symptômes et appeler immédiatement Télé-Soins (8-1-1) pour obtenir des conseils;
  2. Les travailleurs qui doivent se rendre au travail aux États-Unis devraient se rendre directement à leur lieu de travail, puis retourner à leur domicile au Nouveau-Brunswick. Il est recommandé que les employeurs de ces secteurs effectuent une surveillance quotidienne active de leur personnel pour détecter les symptômes du COVID-19 (c'est-à-dire vérifier la toux, la fièvre ou l'essoufflement);
  3. Il est conseillé aux travailleurs d'éviter les personnes âgées et celles dont le système immunitaire est affaibli ou avec conditions médicales sous-jacentes qui sont plus à risque de développer une maladie grave.

Le médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick a fourni des conseils aux organismes communautaires et aux planificateurs d’événements sur les rassemblements de masse.

Un plan de continuité des opérations décrit les procédures et les instructions qu'une organisation peut suivre en cas d'urgence. Planifier à l'avance vous permet d'être proactif et de réfléchir à la façon dont votre entreprise réagira.

Un certain nombre de guides sont disponibles, notamment:

Le feuillet de renseignement Nettoyage et désinfection liés à la COVID-19 donne des directives pour préparer un désinfectant ayant la concentration maximale recommandée. Si vous recevez une confirmation qu’une personne a la COVID-19, vous devriez nettoyer toutes les surfaces de contact connues ou soupçonnées en utilisant cette même concentration. N’oubliez pas qu’il est important de nettoyer et de désinfecter régulièrement les surfaces souvent touchées, que vous sachiez ou non qu’une personne a reçu un diagnostic positif à la COVID-19.

Ouvrez les portes et les fenêtres pour améliorer la circulation de l’air. Les équipes de nettoyage devraient porter des gants et laver leurs mains immédiatement après avoir enlevé leur équipement de protection.

Les catégories d’entreprise qui doivent cesser leurs activités sont précisées dans la Proclamation de l'état d'urgence et ordonnance obligatoire émise le 25 mars 2020. Ces types d’entreprises et d’organisations sont décrits dans la proclamation – ils fournissent des services destinés au public, avec des exceptions définies. Les entreprises obligées de cesser d’admettre des clients sont autorisées à faire des ventes en ligne ou par téléphone et à arranger la livraison ou le ramassage des achats.

Non. Ces entreprises ne sont pas autorisées à mener des activités destinées au public. Cependant, elles peuvent vendre leurs produits en ligne ou par téléphone, et organiser la livraison ou le ramassage des achats. Les concessionnaires automobiles ne sont pas tenus de cesser leurs activités de garage ou de centre de services. Les activités de vente en ligne et par téléphone, ainsi que le ramassage et la livraison sont autorisés. Les salles d’exposition ne doivent pas accueillir de clients et doivent rester fermées au public, et les essais de véhicules doivent cesser.

Les exemptions sont décrites dans la Proclamation de l'état d'urgence et ordonnance obligatoire émise le 25 mars 2020. Elles visent notamment les magasins qui vendent principalement de la nourriture, des médicaments, du carburant, des fournitures de bureau, de la quincaillerie, du matériel de construction ou des pièces de véhicules; les fournisseurs de services de réparation automobile, de technologie de l’information ou de technologie de télécommunications; les bureaux de poste; les institutions financières et de prêt; les fournisseurs de nourriture pour animaux et poisson; et les points de vente de la Société et les points de vente privés d'Alcool NB et de Cannabis NB.

Ces entreprises sont encouragées à inviter autant de clients que possible à faire leurs commandes en ligne ou par téléphone, et à organiser le ramassage ou la livraison.

Oui. Ces établissements peuvent rester ouverts. Ils doivent par contre réduire leurs services de restauration et ne proposer que la vente à emporter et les livraisons, fermer leurs piscines, spas et saunas, et appliquer toutes les recommandations de distanciation sociale et d’hygiène de la médecin-hygiéniste en chef. Tous les propriétaires et gestionnaires de tous les lieux de travail réduiront leurs activités aux services essentiels et prendront toutes les mesures raisonnables nécessaires pour empêcher les personnes présentant des symptômes de la COVID-19 de pénétrer sur les lieux de travail, conformément aux consignes de la médecin-hygiéniste en chef ou de Travail sécuritaire NB.

Non. Les ventes à domicile sont interdites.

 

Oui. Cependant, elles doivent réduire leurs activités de vente en personne et appliquer toutes les recommandations de distanciation sociale et d’hygiène de la médecin-hygiéniste en chef. Tous les propriétaires et gestionnaires de tous les lieux de travail réduiront leurs activités aux services essentiels et prendront toutes les mesures raisonnables nécessaires pour empêcher les personnes présentant des symptômes de la COVID-19 de pénétrer sur les lieux de travail, conformément aux consignes de la médecin-hygiéniste en chef ou de Travail sécuritaire NB.

Oui. Cependant, elles doivent réduire leurs activités de vente en personne et appliquer toutes les recommandations de distanciation sociale et d’hygiène de la médecin-hygiéniste en chef. Elles sont encouragées à passer autant de commandes que possible en ligne ou par téléphone, et à organiser le ramassage ou la livraison. Tous les propriétaires et gestionnaires de tous les lieux de travail réduiront leurs activités aux services essentiels et prendront toutes les mesures raisonnables nécessaires pour empêcher les personnes présentant des symptômes de la COVID-19 de pénétrer sur les lieux de travail, conformément aux consignes de la médecin-hygiéniste en chef ou de Travail sécuritaire NB.

Oui. Cependant, ils doivent réduire leurs activités de vente en personne et appliquer toutes les recommandations de distanciation sociale et d’hygiène de la médecin-hygiéniste en chef. Tous les propriétaires et gestionnaires de tous les lieux de travail réduiront leurs activités aux services essentiels et prendront toutes les mesures raisonnables nécessaires pour empêcher les personnes présentant des symptômes de la COVID-19 de pénétrer sur les lieux de travail, conformément aux consignes de la médecin-hygiéniste en chef ou de Travail sécuritaire NB.

Oui. Cependant, elles doivent appliquer toutes les recommandations de distanciation sociale et d’hygiène de la médecin-hygiéniste en chef, dans la mesure du possible pour les taxis. Tous les propriétaires et gestionnaires de tous les lieux de travail réduiront leurs activités aux services essentiels et prendront toutes les mesures raisonnables nécessaires pour empêcher les personnes présentant des symptômes de la COVID-19 de pénétrer sur les lieux de travail, conformément aux consignes de la médecin-hygiéniste en chef ou de Travail sécuritaire NB.

Oui. Cependant, elles doivent appliquer toutes les recommandations de distanciation sociale et d’hygiène de la médecin-hygiéniste en chef. Tous les propriétaires et gestionnaires de tous les lieux de travail réduiront leurs activités aux services essentiels et prendront toutes les mesures raisonnables nécessaires pour empêcher les personnes présentant des symptômes de la COVID-19 de pénétrer sur les lieux de travail, conformément aux consignes de la médecin-hygiéniste en chef ou de Travail sécuritaire NB.

Oui. Cependant, elles doivent appliquer toutes les recommandations de distanciation sociale et d’hygiène de la médecin-hygiéniste en chef. Tous les propriétaires et gestionnaires de tous les lieux de travail réduiront leurs activités aux services essentiels et prendront toutes les mesures raisonnables nécessaires pour empêcher les personnes présentant des symptômes de la COVID-19 de pénétrer sur les lieux de travail, conformément aux consignes de la médecin-hygiéniste en chef ou de Travail sécuritaire NB.

Oui. Cependant, ils doivent réduire leurs activités de vente en personne et appliquer toutes les recommandations de distanciation sociale et d’hygiène de la médecin-hygiéniste en chef. Ils sont encouragés à passer autant de commandes que possible en ligne ou par téléphone, et à organiser le ramassage ou la livraison. Tous les propriétaires et gestionnaires de tous les lieux de travail réduiront leurs activités aux services essentiels et prendront toutes les mesures raisonnables nécessaires pour empêcher les personnes présentant des symptômes de la COVID-19 de pénétrer sur les lieux de travail, conformément aux consignes de la médecin-hygiéniste en chef ou de Travail sécuritaire NB.

Oui. Cependant, ils doivent réduire leurs activités de vente en personne et appliquer toutes les recommandations de distanciation sociale et d’hygiène de la médecin-hygiéniste en chef. Tous les propriétaires et gestionnaires de tous les lieux de travail réduiront leurs activités aux services essentiels et prendront toutes les mesures raisonnables nécessaires pour empêcher les personnes présentant des symptômes de la COVID-19 de pénétrer sur les lieux de travail, conformément aux consignes de la médecin-hygiéniste en chef ou de Travail sécuritaire NB.

Oui. Cependant, elles doivent réduire leurs activités de vente en personne et appliquer toutes les recommandations de distanciation sociale et d’hygiène de la médecin-hygiéniste en chef. Tous les propriétaires et gestionnaires de tous les lieux de travail réduiront leurs activités aux services essentiels et prendront toutes les mesures raisonnables nécessaires pour empêcher les personnes présentant des symptômes de la COVID-19 de pénétrer sur les lieux de travail, conformément aux consignes de la médecin-hygiéniste en chef ou de Travail sécuritaire NB.

Oui. Cependant, elles doivent réduire leurs activités de vente en personne et appliquer toutes les recommandations de distanciation sociale et d’hygiène de la médecin-hygiéniste en chef. Tous les propriétaires et gestionnaires de tous les lieux de travail réduiront leurs activités aux services essentiels et prendront toutes les mesures raisonnables nécessaires pour empêcher les personnes présentant des symptômes de la COVID-19 de pénétrer sur les lieux de travail, conformément aux consignes de la médecin-hygiéniste en chef ou de Travail sécuritaire NB.

Oui. Cependant, elles doivent réduire leurs activités de vente en personne et appliquer toutes les recommandations de distanciation sociale et d’hygiène de la médecin-hygiéniste en chef. Tous les propriétaires et gestionnaires de tous les lieux de travail réduiront leurs activités aux services essentiels et prendront toutes les mesures raisonnables nécessaires pour empêcher les personnes présentant des symptômes de la COVID-19 de pénétrer sur les lieux de travail, conformément aux consignes de la médecin-hygiéniste en chef ou de Travail sécuritaire NB.

Oui. Cependant, elles doivent réduire leurs activités de vente en personne et appliquer toutes les recommandations de distanciation sociale et d’hygiène de la médecin-hygiéniste en chef. Tous les propriétaires et gestionnaires de tous les lieux de travail réduiront leurs activités aux services essentiels et prendront toutes les mesures raisonnables nécessaires pour empêcher les personnes présentant des symptômes de la COVID-19 de pénétrer sur les lieux de travail, conformément aux consignes de la médecin-hygiéniste en chef ou de Travail sécuritaire NB.

Dans la mesure où le marché fermier offre des produits d’épicerie et des repas à emporter, il peut poursuivre ses activités à condition d’appliquer la distanciation sociale et de respecter les autres exigences de la médecin-hygiéniste en chef. Les vendeurs qui n’offrent pas de tels articles doivent cesser leurs activités. 

Les secteurs qui relèvent du ministère de l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches produisent des aliments, ce qui est un service essentiel, et ils ne sont donc pas tenus de cesser leurs activités en vertu de l’ordonnance d’état d’urgence. Les employés de ce secteur essentiel ainsi que les entreprises qui appuient la chaîne d’approvisionnement alimentaire seraient exemptés des restrictions aux frontières interprovinciales afin d’assurer le maintien des services et de continuer à transporter les articles de première nécessité au-delà des frontières provinciales sans y faire obstacle. Toutes les entreprises doivent réduire leurs activités de vente en personne et appliquer toutes les recommandations de distanciation sociale et d’hygiène de la médecin-hygiéniste en chef. Les propriétaires et gestionnaires de tous les lieux de travail réduiront leurs activités aux fonctions essentielles, et ils prendront toutes les mesures raisonnables nécessaires pour éviter que des personnes présentant des symptômes de la COVID-19 entrent dans le lieu de travail, conformément aux recommandations émises par la médecin-hygiéniste en chef ou Travail sécuritaire NB.