opioid_main_image-f


Depuis quelques années, une épidémie d’opioïdes déferle sur l’Amérique du Nord, entraînant une crise de santé publique. Bien que les opioïdes soient prescrits de façon légitime par les médecins pour contrôler la douleur, certaines personnes peuvent rapidement développer une dépendance à ceux-ci.

De plus, les opioïdes illicites, notamment le dangereux fentanyl, sont souvent achetés sur le marché noir. Trop de Canadiens ont vu un être cher devenir dépendant aux opioïdes prescrits ou illicites, souvent avec des effets dévastateurs. Environ 11 Canadiens meurent chaque jour d’incidents liés aux opioïdes.

Le Nouveau-Brunswick n’est pas à l’abri de cette tendance. Les opioïdes comme l’oxycodone, le Dilaudid et la morphine sont prescrits par des médecins dans la province, et les opioïdes synthétiques et illégaux peuvent être obtenus sur le marché noir ou ajoutés à d’autres drogues illicites.

Pris tels que prescrits, les opioïdes peuvent aider à gérer la douleur ou à traiter des conditions chroniques de manière sécuritaire – mais il est essentiel que les gens du Nouveau-Brunswick comprennent les risques que présente la consommation d’opioïdes sous toutes ses formes. 
   

 

« Les opioïdes sont censés soulager la douleur, mais ils peuvent également la causer. N’importe qui dans notre famille peut vous le dire. Après son accident de vélo, mon mari est tombé dans une dépendance aux opioïdes. C’est une maladie. Nous avons trouvé l’aide dont nous avions besoin, et vous le pouvez aussi. »

 

N’importe qui peut développer une dépendance aux opioïdes, peu importe le milieu, mais il existe une stigmatisation associée à la dépendance aux opioïdes qui mène à un sentiment de honte et à l’isolation. Cette réalité décourage souvent les personnes ayant un problème d’opioïdes de demander de l’aide, que ce soit auprès de leur famille ou de professionnels de la santé.

Nous devons mettre fin à la stigmatisation associée à la dépendance aux opioïdes. La stigmatisation empêche les personnes de se confier à leurs amis et à leur famille au sujet de leur problème lié à l’usage d’opioïdes, ce qui signifie qu’elles continueront de consommer seules. Consommer des opioïdes lorsqu’on est seul augmente le risque de décès par surdose. La dépendance aux drogues n’est pas un échec moral ou un défaut – La dépendance aux opioïdes est une maladie chronique récurrent.

Nous devons avoir des conversations ouvertes et honnêtes au sujet de la dépendance aux opioïdes au Nouveau-Brunswick, et nous devons rappeler aux gens qu’ils peuvent obtenir de l’aide. Cela signifie que nous devons tous – des professionnels de la santé aux parents, en passant par les médias – prendre en considération le langage que nous utilisons pour parler de consommation de drogues et nous assurer que nous faisons preuve d’empathie et de respect envers les personnes qui combattent une dépendance.
   

Les opioïdes comme la morphine sont utilisés depuis de nombreuses d’années pour traiter la douleur. Ils limitent la réaction du corps à la douleur et, dans de nombreux cas, ils produisent une sensation d’euphorie. Bien que certains opioïdes soient faits directement à partir de plantes de pavot, la plupart sont fabriqués en laboratoires par des scientifiques qui imitent la structure chimique de la plante. Cela comprend le fentanyl, un analgésique opioïde responsable de nombreux décès qui ont eu lieu durant la crise des opioïdes au Canada.

Le fentanyl est semblable à la morphine, mais il peut être de 50 à 100 fois plus puissant. Le fentanyl prescrit par les médecins peut prendre la forme de timbres transdermiques, d’injections ou de comprimés. Le fentanyl illégal est couramment distribué sous forme de poudre ou ajouté à des drogues illicites courantes comme la cocaïne, l’héroïne ou la MDMA (aussi connue sous le nom d’ecstasy ou molly). La disponibilité et la puissance du fentanyl mènent à des milliers de surdoses chaque année au Canada seulement.

Vous pouvez télécharger plusieurs affiches et une brochure qui mettent en lumière les risques associés à la dépendance aux opioïdes. Imprimez-les et distribuez-les dans votre milieu de travail, votre centre communautaire ou au sein de votre organisme à but non lucratif afin que les gens comprennent les risques et qu’ils sachent que de l’aide est disponible. N’importe qui peut développer une dépendance aux opioïdes. Nous devons donc apprendre comment dépister la dépendance et aider ceux qui en souffrent.

Vous pouvez également obtenir des renseignements au sujet de la dépendance aux opioïdes sur les sites Web suivants :