Renseignements sur la façon dont le Nouveau-Brunswick se conformera à la nouvelle normalité

  


 

L’état d’urgence déclaré en réponse à la COVID-19 et vous

Le gouvernement a pris des mesures pour protéger la santé et le bien-être des gens du Nouveau-Brunswick pendant la pandémie de COVID-19. Cela a mené à la proclamation de l’état d’urgence et à un arrêté d’urgence limitant de nombreuses activités ordinaires en cette période exceptionnelle.

L’arrêté obligatoire décrit les règles et les conditions visant à réduire la propagation du virus responsable de la COVID-19. Tous, y compris les particuliers, les employeurs et les entrepreneurs, doivent respecter l’arrêté pour assurer la santé du public.

 


 

Feuille de route pour la COVID-19 et le rétablissement de l’économie au Nouveau-Brunswick

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a présenté les niveaux d’alerte détaillés du Nouveau-Brunswick en réponse à la COVID-19 tout en assurant le maintien du bien-être économique et social de la province. Les progrès au cours de toutes les phases seront suivis de près afin de garantir la santé et la sécurité de la population et de prévenir une résurgence de la transmission de la COVID-19 dans la province.

Tout au long des phases de rétablissement, alors que nous progressons vers une « nouvelle normalité » pour le Nouveau-Brunswick, il est essentiel que nous adhérions à ces mesures pour aider à protéger nos collectivités et nos proches.

Les niveaux d’alerte et les mesures connexes sont déterminés par le gouvernement du Nouveau-Brunswick avec les conseils et les consignes de la médecin-hygiéniste en chef. Ces mesures peuvent être mises à jour régulièrement selon les nouvelles connaissances scientifiques ou l’efficacité des mesures de contrôle précédentes au Canada ou dans d’autres pays.

Différentes régions de la province peuvent se trouver à des niveaux d’alerte précédents à un moment donné.

Toutes les entreprises ayant le droit d’être en activité dans toute phase, sauf la phase VERTE, doivent avoir un plan opérationnel en réponse à la COVID-19 qui cadre avec les conseils de Santé publique et de Travail sécuritaire pour s’assurer de protéger les citoyens, les clients et les employés en tout temps. 

• Plan de préparation et de réponse à la pandémie de COVID-19 pour l’automne 2020

 


 

orange_zone1_zone5

Phase d’alerte actuelle de la santé publique

Dernière mise à jour : le 9 octobre 2020


Les zones 2, 3, 4, 6, 7 sont dans la phase jaune. Les zones 1 et 5 sont dans la phase orange à minuit.

Phase jaune – Pendant cette période, les mesures sanitaires et les recommandations de la Santé publique doivent continuer à être respectées.

Phase orange – Pendant cette période, les mesures sanitaires et les recommandations de la Santé publique doivent continuer à être respectées.

Renseignements sur ce que cela signifiera pour vous.

Les renseignements à l’intention des voyageurs internationaux et interprovinciaux se trouvent ici.


Masques obligatoires dans les lieux publics intérieurs

Le port du masque est maintenant obligatoire dans la plupart des espaces intérieurs, notamment :

  • les lieux publics où le public et les employés interagissent (commerces de détail, centres commerciaux, centres de services, lieux de culte, restaurants et bars sauf lorsque l’on mange, etc.) et les rassemblements intérieurs organisés dans des lieux publics (mariages, funérailles, etc.);
  • les espaces communs comme les halls, les ascenseurs et les corridors, et les espaces publics partagés, y compris les espaces de travail au sein du secteur privé et de l’appareil gouvernemental; et
  • les transports en commun.

Le port continu du masque est toujours requis dans les espaces avec places assises lorsque la distance physique est réduite à un mètre.

Les politiques sur le port du masque qui sont déjà en vigueur continuent de s’appliquer dans les hôpitaux, les établissements de soins de santé, les écoles publiques et les centres de la petite enfance.

Tel qu’approuvé par le Groupe de travail sur la pandémie, les enfants âgés de moins de deux ans sont exemptés de porter un masque, ainsi que les personnes qui ont un problème de santé qui les empêche de porter un masque.

 

Changements apportés aux restrictions de voyage concernant une communauté frontalière du Québec

L’entente de jumelage qui permettait aux résidents de la Première Nation de Listuguj et de Pointe-à-la-Croix, au Québec, de traverser la frontière pour des excursions d’une journée pour des raisons non essentielles est suspendue.

Au point d’entrée à Campbellton, les résidents de la Première Nation de Listuguj et de Pointe-à-la-Croix, au Québec, seront autorisés à entrer dans la province pour se procurer des produits alimentaires, des médicaments sur ordonnance ainsi que des biens et services essentiels qui ne sont pas disponibles dans leur propre communauté, comme c’était le cas avant l’entente de jumelage.

Les déplacements seront encore autorisés pour le travail, pour des rendez-vous médicaux, pour respecter les conditions d’une entente sur la garde d’enfants, et pour les services de garde d’enfants.

Les élèves de la maternelle à la huitième année peuvent encore traverser la frontière pour aller à l’école. Les élèves du secondaire seront autorisés à entrer dans la province le vendredi 9 octobre, mais des mesures seront prises pour offrir un apprentissage à distance aux élèves du secondaire à compter du mardi 13 octobre.

 


 

Phases et déclencheurs de la santé publique

Les phases relatives à la santé publique permettent aux gens de voir les types de restrictions qui pourraient devoir être mises en place afin de protéger les gens du Nouveau-Brunswick de la COVID-19, et de planifier en conséquence. Cela comprend la mise en place de limites en ce qui a trait aux contacts humains, ainsi qu’aux voyages et aux activités commerciales. Selon des évaluations complètes des risques menées par Santé publique, des mesures de restriction régionales ou provinciales peuvent être mise en place.

Les niveaux d’alerte nous indiquent quelles mesures de santé publique doivent être prises. Jusqu’à ce qu’un vaccin soit disponible, les mesures de santé publique communautaires devraient être suivies afin de contribuer à arrêter la propagation de la COVID-19.

Le plan progressif permettra aux experts de la santé de surveiller et d’analyser les répercussions relatives à la levée des restrictions. Les restrictions qui ont été levées peuvent être rétablies rapidement à n’importe quel moment en vue de protéger la santé publique. Des restrictions peuvent être mises en place en raison de circonstances provinciales, régionales ou locales comme des éclosions communautaires non reliées ou des cas dont la source d’infection ne peut être trouvée.

Les évaluations des risques sont déclenchées si l’une des situations suivantes se présente :

a) Le retour en arrière d’une phase serait évalué : lorsqu’un critère dans deux des trois colonnes est satisfait.

b) Le retour à la phase rouge serait évalué : lorsqu’un ou plusieurs critères dans chacune des trois colonnes sont satisfaits; OU par la présence de plus d’un critère dans toute colonne donnée, en plus d’un critère de plus de toute autre colonne.
  

Épidémiologie

  • Le nombre de cas double en moins de six jours (ce critère ne s’applique pas si le nombre de cas est toujours faible).
  • On a dépisté plus de trois chaînes de cas de transmission communautaires non reliées en moins de six jours.
  • Des éclosions dans les milieux très vulnérables où il y a un risque de transmission à la collectivité.

Santé publique

  • Au moins 10 % des contacts d’un cas ne peuvent être joints par Santé publique dans un délai de 24 heures.
  • Santé publique ne peut pas joindre et surveiller activement les contacts étroits d’un cas ou n’arrive pas à le faire rapidement dans un délai de 48 heures.
  • Des établissements insuffisants pour les personnes infectées par la COVID-19 qui ne sont pas hospitalisées, auxquelles il n’est pas possible de fournir des soins en toute sécurité (les populations vulnérables, les milieux qui comptent des personnes vulnérables, lesquels ne se prêtent pas à l’auto-isolement).
  • Le public cesse de respecter les directives et les recommandations de Santé publique (p. ex. distanciation physique, port du masque).

Soins de santé

  • Il est impossible de doubler le nombre de patients soignés dans les unités de soins intensifs par rapport au nombre actuel (entre autres, il n’y a pas suffisamment de personnel pour le faire).
  • Le système de santé ne peut plus procéder au dépistage et effectuer de tests en ce qui concerne le nombre requis de patients symptomatiques en temps opportun.
  • Il reste du stock d’équipement de protection individuelle pour moins de quatre semaines pour le double du nombre de cas actuel.
  • Il n’y a pas suffisamment de masques pour tous les patients qui veulent recevoir des soins, notamment si le nombre de cas devait doubler.
  • Il y a plus de cas de COVID-19 qui sont admis à l’hôpital qu’il y en a qui obtiennent leur congé pendant trois jours consécutifs.
  • Il n’y a pas de capacité de base dans les services de santé généraux, y compris en élargissant les services de télémédecine pour les cas de COVID-19 et les soins habituels.
  • Les établissements de soins de santé ne peuvent plus structurer leurs installations de manière à minimiser les risques d’exposition au triage et dans toutes les autres aires.
  • Il y a une augmentation du nombre de cas d’infection chez les travailleurs de la santé pendant six jours consécutifs (ce qui a une incidence sur l’effectif et indique que les pratiques de prévention et de contrôle des infections sont inadéquates).

 


 


Phase rouge

 

Mesures de contrôles strictes en place pour aplatir la courbe et réduire la propagation du virus le plus rapidement possible. La COVID-19 n’est plus contrôlée.

Les services offerts sont limités à ceux qui sont essentiels, et des mesures de santé publique obligatoires sont en place, comme la distanciation physique, la fermeture d’entreprises et des restrictions sur les déplacements.

Évaluation des risques

  • Il y a trois chaînes de transmission communautaire non liées dans un délai de 6 jours.
  • Le système de santé est dépassé.
  • Les mesures de santé publique ne sont plus efficaces.
  • Les éclosions et les nouveaux regroupements ne peuvent plus être contrôlés par des tests, la recherche des contacts et les mesures d’isolement.

Les activités suivantes sont autorisées sous réserve des directives générales relatives à la COVID-19 de la Santé publique et de Travail sécuritaire NB :

  • Lavage fréquent des mains, nettoyage des surfaces et distanciation physique (2 mètres)
  • La bulle formée d’un seul ménage plus les soignants professionnels ou les aidants naturels et les membres de la famille immédiate (parents, enfants, frères et sœurs et grands-parents).
  • Les rassemblements en plein air de 5 personnes ou moins avec distanciation physique. La distanciation physique est exigée dans tous les autres milieux.
  • Les services religieux en plein air (en voiture) seulement.
  • Le port d’un masque en tissu est obligatoire.
  • Les procédures médicales non urgentes et les chirurgies électives sont reportées.
  • Les restrictions strictes sur les visiteurs dans les établissements de santé et de soins de longue durée et des milieux semblables comptant des personnes vulnérables.
  • Les fournisseurs de soins primaires et les professionnels de la santé réglementés peuvent être en activité en allant en mode virtuel dans la mesure du possible.
  • Les professionnels de la santé non réglementés et les services personnels sont fermés.     
  • Les garderies restent ouvertes en suivant les conseils appropriés.
  • L’école de la M à la 12e année est offerte en mode virtuel seulement. Les enseignants et les employés dans les écoles enseigneront en mode virtuel à partir de leurs salles de classe.
  • Les établissements d’enseignement postsecondaire peuvent continuer d’offrir des programmes pratiques en personne, mais seulement être en activité en mode virtuel là où ce n’est pas possible.
  • Les établissements d’aliments et de boissons pourront seulement offrir un service au volant, à emporter et par livraison.
  • Les gymnases et les installations de conditionnement physique sont fermés, y compris les autres entreprises sportives ou récréatives comportant un contact étroit semblable.
  • Les espaces publics comme les casinos, les centres de divertissement, les salles de bingo, les salles de jeux électroniques et les grandes salles de spectacle en direct sont fermés.
  • Les autres entreprises et services publics, y compris les magasins de détail, peuvent fonctionner selon un plan opérationnel en réponse à la COVID-19.
  • Une exigence stricte en matière d’isolement pour les visiteurs asymptomatiques de l’extérieur de la province si la COVID-19 n’est pas contrôlée dans la province voisine.

 


 


Phase orange

 

Trouver le juste équilibre entre la réouverture d’entreprises et la reprise d’activités, et la prévention d’une résurgence de la transmission. Un risque élevé que la COVID-19 ne soit plus contrôlée.

Évaluation des risques

  • Les cas associés aux voyages et les nouvelles chaînes de transmission communautaire accélèrent.
  • Le système de santé est encore capable de faire face à la situation, mais est sous pression.
  • La conformité avec les mesures de santé publique diminue.
  • Les éclosions peuvent encore être contrôlées par des mesures de santé publique.

Les activités suivantes sont autorisées sous réserve des directives générales relatives à la COVID-19 de la Santé publique et de Travail sécuritaire NB :

  • La bulle formée de deux ménages plus les soignants professionnels ou les aidants naturels et les membres de la famille immédiate (parents, enfants, frères et sœurs et grands-parents).
  • Rassemblements en plein air de 10 personnes ou moins avec distanciation physique. La distanciation physique est exigée dans tous les autres milieux.
  • Les observances religieuses, les funérailles, les célébrations de la vie, les cérémonies de mariage, les réceptions et les rassemblements sociaux intérieurs de plus de 10 personnes sont interdits.
  • Le port du masque en tissu demeure obligatoire dans les espaces publics, à l’intérieur comme à l’extérieur.
  • Les procédures médicales non urgentes et les chirurgies électives sont autorisées.
  • Les restrictions strictes sur les visiteurs sont maintenues dans les milieux vulnérables.
  • Les fournisseurs de soins primaires et les professionnels de la santé réglementés peuvent être en activité en allant en mode virtuel dans la mesure du possible.
  • Les professionnels de la santé non réglementés sont autorisés, les services comportant un contact personnel étroit (les barbiers, coiffeurs et spas) restent fermés.         
  • Les garderies et les écoles de la M à la 12e année sont ouvertes en suivant les conseils appropriés, et le seront en mode virtuel pour les populations à risque. Les camps de jour sont autorisés.
  • Les établissements d’éducation postsecondaire peuvent être en activité.
  • Les activités récréatives en plein air sont permises, y compris les terrains de camping et les sentiers de VTT ou de motoneige. Aucun sport organisé.
  • Les gymnases et les installations de conditionnement physique restent fermés, y compris les autres entreprises sportives ou récréatives comportant un contact étroit semblable.
  • Les espaces publics comme les casinos, les centres de divertissement, les salles de bingo, les salles de jeux électroniques et les grandes salles de spectacle en direct sont fermés.
  • Toutes les autres entreprises, y compris les établissements d’aliments et de boissons et les magasins de détail, peuvent être en activité selon un plan opérationnel en réponse à la COVID-19. La tenue d’un registre pour les salles avec sièges est une exigence.
  • Une exigence stricte en matière d’isolement pour les visiteurs asymptomatiques de l’extérieur de la province si la COVID-19 n’est pas contrôlée dans la province voisine.

 


 


Phase jaune
  

 

Réouverture d’autres entreprises et activités après avoir démontré qu’il est possible de contrôler la transmission. La COVID-19 est contrôlée, mais il existe toujours un risque de transmission communautaire.

Évaluation des risques

  • Les cas sporadiques liés aux voyages et les éclosions isolées surviennent.
  • Les cas individuels et les éclosions peuvent être contrôlés par des tests, la recherche des contacts et l’auto-isolement.

Les activités suivantes sont autorisées sous réserve des directives générales relatives à la COVID-19 de Santé publique et de Travail sécuritaire NB :

  • Les personnes peuvent reprendre contact en personne avec les amis proches et la famille élargie. On devrait limiter les groupes et suivre les conseils en matière de santé publique.
  • Maintenir les rassemblements à l’intérieur ou à l’extérieur non contrôlés avec une distanciation physique à 50 personnes ou moins.
  • Les limites sur le nombre d’occupants dans les milieux contrôlés à l’intérieur et à l’extérieur demeurent à un niveau qui permet la distanciation physique. La tenue d’un registre de participants est exigée pour faciliter la recherche des contacts.
  • Le port du masque en tissu demeure obligatoire dans les espaces publics lorsque la distanciation publique n’est pas possible.       
  • Les restrictions sur les visiteurs sont assouplies avec l’utilisation d’équipement de protection individuelle.
  • Tous les types d’entreprises et d’activités ont le droit d’être en activité selon un plan opérationnel en réponse à la COVID-19. La tenue d’un registre pour les salles avec sièges est une exigence.
  • Toutes les installations éducatives et tous les camps sont ouverts conformément aux conseils appropriés en matière de santé publique et le mode virtuel sera utilisé pour les groupes à risque.
  • Éliminer l’exigence en matière d’auto-isolement pour les visiteurs asymptomatiques si la COVID-19 est contrôlée dans la province voisine.

L’occupation de toute installation doit être basée sur la capacité à maintenir une distance physique entre les personnes qui ne sont pas des amis proches et des membres d’une famille.

Les lieux contrôlés dans lesquels des places sont offertes pour manger, boire, socialiser, célébrer, faire une cérémonie ou se divertir doivent tenir un registre des noms et des coordonnées de toutes les personnes qui y assistent. Il en va de même pour toute personne qui accueille, organise ou autorise des rassemblements de plus de 50 personnes. Gardez ces renseignements dans un endroit sûr qui n’est pas à la vue du public. De plus amples renseignements sont disponibles dans le document Collecte de renseignements en vertu de l'arrêté obligatoire lié à la COVID-19.

De cette façon, la Santé publique pourra procéder rapidement à une recherche ciblée des contacts si un cas de Covid-19 est associé à l’établissement.  

 


 


Phase verte

 

Une fois qu'un vaccin et une immunité collective ou un traitement clinique efficace sont disponibles, ou que nous en savons plus sur la façon de protéger les gens contre le virus.

Cette transition vers la nouvelle normalité comprend la réouverture de toutes les entreprises et la reprise de toutes les activités, avec des pratiques plus rigoureuses en matière de santé et de sécurité qui continueront de faire partie de la vie quotidienne. Toutes les conditions sont retirées, à l’exception de l’obligation, pour les personnes malades, de porter un masque en tissu ou autre chose pour se couvrir le visage en public.

 


 

Foire aux questions

 

Prévention et protection :

Le port du masque est obligatoire dans la plupart des espaces intérieurs, notamment :

  • les lieux publics où le public et les employés interagissent (commerces de détail, centres commerciaux, centres de services, lieux de culte, restaurants et bars sauf lorsque l’on mange, etc.) et les rassemblements intérieurs organisés dans des lieux publics (mariages, funérailles, etc.);
  • les espaces communs comme les halls, les ascenseurs et les corridors, et les espaces publics partagés, y compris les espaces de travail au sein du secteur privé et de l’appareil gouvernemental; et
  • les transports en commun.

Le port continu du masque est toujours requis dans les espaces avec places assises lorsque la distance physique est réduite à un mètre.

Les politiques sur le port du masque qui sont déjà en vigueur continuent de s’appliquer dans les hôpitaux, les établissements de soins de santé, les écoles publiques et les centres de la petite enfance.

Tel qu’approuvé par le Groupe de travail sur la pandémie, les enfants âgés de moins de deux ans sont exemptés de porter un masque, ainsi que les personnes qui ont un problème de santé qui les empêche de porter un masque.

Pour en savoir plus sur la bonne façon de mettre et de retirer votre masque, consultez notre fiche d’information ici

Les personnes qui ne peuvent pas trouver ou acheter un masque peuvent porter en public des masques fabriqués de matériaux courants, comme des bandanas ou des t-shirts de coton, qui sont maintenus en place à l’aide d’élastiques, d’attaches à cheveux, de cordons ou de bandes de tissu. Cliquez ici pour obtenir des instructions sur la façon de fabriquer un couvre-visage cousu ou non cousu.

Les maladies peuvent affaiblir n’importe qui, mais certaines personnes sont plus à risque de complications graves en raison de problèmes médicaux sous-jacents et de leur âge. Si vous êtes à risque d’avoir des complications, vous pouvez prendre des mesures pour réduire votre risque de contracter la COVID-19.

Les personnes qui font partie des catégories suivantes doivent faire preuve d’une grande prudence lorsqu’elles sortent dans la collectivité.

  • Personnes souffrant de problèmes médicaux, y compris :
      • Maladie cardiaque
      • Hypertension ou pression artérielle élevée
      • Maladie pulmonaire
      • Diabète
      • Cancer
  • Personnes dont le système immunitaire est affaibli par une maladie ou un traitement médical, comme la chimiothérapie
  • Personnes âgées

Santé publique recommande ce qui suit pour vous aider à réduire le risque de contracter la COVID-19 :

  • Si possible, ne quittez votre domicile que lorsque c’est absolument nécessaire. Essayez de trouver des moyens sécuritaires d’accéder aux biens ou aux services dont vous avez besoin.
  • Évitez tout contact avec les autres.
  • Si le contact ne peut pas être évité, prenez les précautions suivantes :
      • Gardez au moins deux mètres entre vous et l’autre personne.
      • Saluez d’un signe amical de la main au lieu d’une poignée de main.
      • Gardez les interactions brèves.
      • Suivez les mesures de santé publique exigées par les entreprises que vous visitez.
      • Lavez-vous fréquemment les mains avec de l’eau et du savon pendant au moins 20 secondes ou, à défaut, utilisez un désinfectant pour les mains à base d’alcool contenant au moins 60 % d’alcool.
      • Ayez toujours sur vous un désinfectant pour les mains à base d’alcool lorsque vous êtes à l’extérieur de votre domicile.
      • Évitez de vous toucher la bouche, le nez ou les yeux, et de toucher votre nourriture avec vos mains.
      • Évitez de toucher les surfaces fréquemment utilisées comme les poignées de porte, les rampes et les boutons d’ascenseur dans les lieux publics.
      • Si vous devez toucher des surfaces dans un lieu public, utilisez un mouchoir en papier ou votre manche pour vous couvrir la main.
      • Évitez les foules et les rassemblements publics.

Santé publique va continuer d’offrir à la population du Nouveau-Brunswick des tests de dépistage de la COVID-19 durant toutes les phases de notre rétablissement. Toute personne qui présente au moins deux des symptômes suivants (même s’ils sont légers) devrait s’auto-isoler immédiatement et appeler Télé-Soins 811 pour obtenir d’autres directives :

  • Une fièvre 
  • Une nouvelle toux ou une toux chronique qui s’aggrave
  • Un mal de gorge
  • Un écoulement nasal
  • Un mal de tête
  • Une fatigue nouvellement apparue
  • De nouvelles douleurs musculaires
  • De la diarrhée
  • La perte du sens du goût
  • La perte du sens de l’odorat
  • Chez les enfants, des taches violacées sur les doigts ou les orteils

On peut s’attendre à voir des mesures plus rigoureuses de dépistage aléatoire au cours des prochaines semaines.

 

Conseils généraux :

La bulle de votre ménage peut s’étendre aux membres de la famille et aux proches amis. Continuez à garder vos rassemblements les plus petits possibles, en particulier si un membre de votre famille est vulnérable ou si vous avez un enfant qui fréquente une garderie. Les grands rassemblements sont déconseillés.

 

Les amis proches sont les personnes que vous considérez comme faisant partie de votre cercle social habituel.

 

Oui. Cependant, les nouveau-nés ne sont pas complètement immunisés et des précautions doivent donc être prises pour les protéger. Cela comprend les mêmes mesures que celles qui sont appliquées pour la COVID-19 : lavage des mains, étiquette respiratoire et ne pas rendre visite en cas de maladie.

Si un membre du groupe souffre d’une maladie chronique ou est en mauvaise santé, cela leur fera courir un plus grand risque.

Vous devez toujours savoir avec qui vous avez été en contact au cours des deux semaines précédentes. Il s’agit des personnes avec qui la Santé publique devra communiquer si vous recevez un diagnostic de COVID-19.

Oui, dans la phase jaune vous pouvez vous rassembler avec quelques amis et membres de votre famille, mais faites-le de manière aussi petite que possible, particulièrement si un membre de votre famille est vulnérable ou si un de vos enfants fréquente une garderie. Les grands rassemblements sont déconseillés.

Conformément aux directives de la Santé publique, on encourage les Néo-Brunswickois à se rassembler seulement si les mesures de la Santé publique peuvent être respectées de manière adéquate. Par exemple :

  • Pratiquer une bonne hygiène des mains.
  • Adopter une bonne étiquette respiratoire (se couvrir la bouche avec un mouchoir ou son coude quand on tousse).
  • Nettoyer fréquemment les surfaces.
  • La distanciation physique reste une mesure importante de réduction de la propagation de la COVID-19 – même si la distanciation physique n’est pas requise avec les membres de la famille et aux amis proches, c’est une bonne pratique de précaution à adopter lorsque possible.

Si vous ou un membre de votre groupe présentez des symptômes de la COVID-19, veuillez rester à la maison et appeler Télé-Soins 8-1-1 pour obtenir d’autres consignes. Demandez-vous si un membre du groupe souffre d'une maladie chronique qui l'expose à un risque accru ou si une personne a des contacts étroits avec quelqu'un qui est vulnérable.

 

S’ils le peuvent, les établissements de soins de longue durée peuvent permettre les visites à l’extérieur et à l’intérieur avec des mesures de contrôle.

 

Les patients en soins palliatifs peuvent accueillir deux visiteurs pour leur offrir réconfort et soutien. Les deux personnes choisies seront les seuls visiteurs autorisés, et un seul visiteur sera autorisé à la fois.

Si un visiteur a besoin d’une personne de soutien pour voir le patient (p. ex. : conjoint âgé frêle ou personne handicapée), cette personne de soutien deviendra le deuxième visiteur choisi. Dans des cas exceptionnels, la personne de soutien pourra visiter le patient en même temps que l’autre visiteur, pourvu qu’elle respecte les consignes de distanciation sociale dans l’établissement. Aucun changement ne pourra être apporté au choix des deux visiteurs.

 

Les restrictions concernant les visiteurs sont coordonnées par chaque régie régionale de la santé et sont réexaminées régulièrement. Pour obtenir les restrictions et les lignes directrices les plus récentes, consultez le Réseau de santé Horizon ou le Réseau de santé Vitalité.

 

Les régies régionales de la santé effectueront à nouveau les chirurgies non urgentes, les procédures diagnostiques et les services de santé. Cela se fera de manière progressive afin d’assurer la sécurité des patients et du personnel.

Les patients seront avertis et obtiendront un rendez-vous pour un dépistage, durant lequel ils seront testés pour la COVID-19. Immédiatement après le test, ils seront invités à s’isoler pendant trois jours avant l’intervention chirurgicale planifiée.

 

Les grands rassemblements comme les festivals, les foires et les concerts sont interdits jusqu’au 31 décembre 2020, sous réserve de modification.

 

La déclaration de l’état d’urgence indique que tous les permis, licences, certificats et immatriculations délivrés par le gouvernement du Nouveau-Brunswick et qui étaient valides le 16 mars 2020 le demeureront jusqu’au 30 juin 2020 à moins qu’ils ne soient suspendus par un tribunal ou une autre autorité compétente en vertu d’une loi de la province. Cela inclut les vignettes d’inspection. Toutefois, si un garagiste et un client choisissent de procéder quand même à une inspection, il faut que des stocks de vignettes soient disponibles à cette fin. Aucune inspection ne doit être effectuée si le poste de vérification n’a pas de vignettes d’inspection sur place. Des vignettes d’inspection seront fournies aux postes de vérification afin de s’assurer qu’ils ont les fournitures nécessaires.

 

L’utilisation des centres communautaires n’est pas interdite par l’arrêté obligatoire sur la COVID-19, tant que cela est fait d’une façon qui vous permet de maintenir une distance d’au moins deux mètres des autres. Cela s’appliquerait à l’ensemble des activités, programmes et services offerts par le centre. 

Il est rappelé à tous de respecter les directives et les conseils contenus dans l’arrêté et fournis par la médecin-hygiéniste en chef et Travail sécuritaire NB. Cela comprend l’établissement d’un plan opérationnel COVID-19 qui traite, entre autres, de la distanciation physique, du nettoyage et de la désinfection, de l’hygiène respiratoire et des mains, ainsi que du contrôle préalable pour déceler les symptômes. Il revient à chaque établissement d’enseignement de s’assurer d’avoir un plan qui expose comment il prendra en charge le fonctionnement sécuritaire de son établissement.

Si les propriétaires ou les exploitants ne sont pas en mesure de mener leurs activités en vertu de l’arrêté, ils ne doivent pas ouvrir leurs locaux pendant l’état d’urgence. 

 

L’exploitation sécuritaire du service d’autobus, y compris la détermination de la capacité, sera régie par l’établissement d’un plan opérationnel en réponse à la COVID-19 basé sur les conseils et les directives de la Santé publique et de Travail sécuritaire NB. Nous encourageons les municipalités à communiquer avec Travail sécuritaire NB afin d’obtenir de l’aide pour l’élaboration de leur plan. 

Le plan opérationnel abordera des éléments tels que la distanciation physique, y compris un nombre approprié de passagers dans l’autobus, le nettoyage et la désinfection, l’hygiène des mains et l’hygiène respiratoire ainsi que le contrôle préalable des symptômes. Il est important de mettre en œuvre les mesures de santé publique appropriées pour prévenir et réduire la propagation de la COVID-19 parmi les employés, les clients et le public. 

Veuillez noter que les règles sur les rassemblements s’appliquent seulement aux propriétaires et aux occupants de terrains (rassemblements à l’extérieur) ou aux propriétaires et aux occupants de bâtiments (rassemblements à l’intérieur).

 

Les critères pour l’entrée au Canada relèvent de la compétence fédérale, et toute question concernant le transport d’animaux doit être adressée au gouvernement du Canada. Veuillez noter que l’Agence des services frontaliers du Canada a établi une ligne d’information sur la COVID-19 (1-800-461-9999) pour toute question sur les déplacements transfrontaliers. Il est également possible de consulter le Service d’information sur la frontière.

Pour ce qui est des voyages à l’intérieur du Canada, il importe de souligner que les personnes qui traversent les frontières interprovinciales peuvent poser des risques importants pour la santé en arrivant au Nouveau-Brunswick. L’entrée au Nouveau-Brunswick pour adopter un animal de compagnie n’est pas permise à l’heure actuelle.

Si des bénévoles du Nouveau-Brunswick livrent les animaux en Nouvelle-Écosse ou à l’Île-du-Prince-Édouard, l’arrêté obligatoire leur permet d’entrer de nouveau au Nouveau-Brunswick, mais les résidents sont tenus de suivre les conseils de la médecin-hygiéniste en chef, y compris l’auto-isolement pendant 14 jours dès leur retour. Toutefois, l’isolement obligatoire pourrait être évité en utilisant un moyen de transport commercial (par exemple en embauchant un chauffeur commercial pour livrer les animaux).

Les voyages à l’intérieur du Nouveau-Brunswick sont autorisés à condition que l’organisme respecte les directives de l’arrêté concernant la distanciation physique, la prévention des rassemblements et les responsabilités particulières des propriétaires d’entreprise et des fournisseurs de services.

Les entreprises et les organismes sans but lucratif doivent suivre les mesures de contrôle et les directives de la Santé publique et de Travail sécuritaire NB. Il est important que ces cadres mettent en œuvre les mesures de santé publique appropriées pour prévenir et réduire la propagation de la COVID-19 parmi les employés, les bénévoles et le public. 

Cela comprend l’établissement d’un plan opérationnel COVID-19 qui traite, entre autres, de la distanciation physique, du nettoyage et de la désinfection, de l’hygiène respiratoire et des mains, ainsi que du contrôle préalable pour déceler les symptômes. Il revient à chaque organisme de s’assurer d’avoir un plan qui expose comment il prendra en charge l’exploitation sécuritaire de son établissement et de ses activités, notamment la prestation du transport.  

Sachez que toutes les provinces ont leurs propres restrictions de voyage; toute personne doit donc se renseigner au préalable avant de voyager. 

 

 

Travailleurs et entreprises :

     

Santé publique et Travail sécuritaire NB ont rédigé des documents d’orientation et des modèles pour aider les entreprises à se préparer à la réouverture. Les entreprises qui répondent aux exigences doivent avoir une copie du Guide pour le plan opérationnel en réponse à la COVID-19 sur place, car un inspecteur de Santé publique, de Travail sécuritaire NB ou un représentant du ministère de la Sécurité publique peut se présenter à l’improviste et demander à le voir.

 

Oui. Vous les trouverez sur la page des ressources du site sur la COVID-19 du GNB.

 

Les services de TravailNB ont récemment été relancés pour offrir un soutien virtuel aux chercheurs d’emploi et aux employeurs de la province. Des membres du personnel sont maintenant prêts à offrir un soutien par téléphone et des services virtuels aux employeurs et aux chercheurs d’emploi du Nouveau-Brunswick.

Dans le cadre de ces services virtuels, JumelageEmploiNB a été lancé afin de jumeler les employeurs et les chercheurs d’emploi. Ce service aidera à combler les pénuries de travailleurs dans les secteurs clés comme la pêche et l’agriculture, qui découlent de l’incapacité des travailleurs étrangers temporaires de traverser la frontière pour venir travailler dans la province cet été. Nous avons besoin de travailleurs du Nouveau-Brunswick pour pourvoir ces postes. En occupant un de ces postes, vous aiderez votre collectivité et l’économie de notre province.

Le site emploisNB.ca est également mis à jour quotidiennement, et de nombreuses possibilités sont offertes.

 

Il y a beaucoup d’emplois dans les secteurs de la pêche et de l’agriculture. Visitez JumelageEmploiNB pour explorer ces possibilités. Le site emploisNB.ca est également mis à jour quotidiennement, et de nombreuses possibilités y sont offertes. Vous pouvez également communiquer avec TravailNB pour obtenir de l’aide.

 

Nous travaillons étroitement avec les universités pour trouver des solutions le plus rapidement possible et déterminer quels employeurs sont toujours en mesure d’offrir des emplois aux étudiants, notamment de nouvelles possibilités d’emploi virtuelles.

Nous collaborons également avec les bureaux régionaux de Travail sécuritaire NB, en partenariat avec Opportunités NB, pour recenser les secteurs clés, jugés essentiels ou névralgiques, qui peuvent offrir des possibilités d’emploi tout en gérant la crise de la COVID-19. Nous encourageons tous les étudiants à continuer à consulter www.emploisNB.ca, car de nouvelles possibilités d’emploi sont affichées chaque jour.

Le gouvernement fédéral offre des mesures de soutien à l’intention des étudiants postsecondaires. Les étudiants peuvent être admissibles à la nouvelle aide, la Prestation canadienne d’urgence (PCU). Il faut confirmer l’admissibilité auprès du gouvernement du Canada.

Les étudiants peuvent aussi être admissibles à la Prestation canadienne d'urgence pour les étudiants (PCUE), qui offre un versement mensuel de 1 250 $ de mai à août. Les étudiants qui sont actuellement inscrits à un collège ou une université, qui comptent commencer leurs études dans un tel établissement en septembre ou qui ont reçu leur diplôme collégial ou universitaire en décembre 2019 peuvent y être admissibles. Les étudiants qui travaillent et gagnent moins de 1 000 $ par mois pourront présenter une demande.

 

Une liste des mesures de soutien offertes par le gouvernement provincial et le gouvernement fédéral est affichée en ligne.

 

Les marchés agricoles sont autorisés à ouvrir leurs portes s’ils peuvent faire respecter les mesures de distanciation physique et mettre en œuvre les autres recommandations de la médecin-hygiéniste en chef.

Les marchés agricoles sont un élément essentiel de notre chaîne d’approvisionnement alimentaire, et nous apprécions le travail qu’ils accomplissent afin de fournir des aliments locaux, sains et salubres aux gens du Nouveau-Brunswick en ces temps difficiles 

Les marchés agricoles doivent élaborer un plan opérationnel relatif à la COVID-19. De plus, chaque marchand doit aussi élaborer un plan opérationnel individuel. De plus amples renseignements sur l’élaboration des plans opérationnels sont disponibles en ligne.

 

L’arrêté obligatoire révisé autorise les entreprises et les fournisseurs de formation privés à reprendre leurs activités. Toutefois, les options d’enseignement virtuel devraient être maintenues dans la mesure du possible.

Les entreprises et fournisseurs de formation et les établissements d’enseignement qui admettent le personnel et les étudiants doivent suivre les mesures de contrôle et les directives de la Santé publique et de Travail sécuritaire NB. Il est important à ces endroits de mettre en œuvre les mesures de santé publique appropriées pour prévenir et réduire la propagation de la COVID-19 parmi les employés, les étudiants et le public.

Cela comprend l’établissement d’un plan opérationnel COVID-19 qui traite, entre autres, de la distanciation physique, du nettoyage et de la désinfection, de l’hygiène respiratoire et des mains, ainsi que du contrôle préalable pour déceler les symptômes. Il revient à chaque établissement d’enseignement de s’assurer d’avoir un plan qui expose comment il prendra en charge le fonctionnement sécuritaire de son établissement. 

Le volet de conduite de la formation est la continuité du lieu de travail. Il est donc soumis aux exigences du plan opérationnel et aux conseils de Travail sécuritaire NB. Cela comprend le port d’équipement de protection lorsque leur lieu de travail ne peut assurer une distance minimale de deux mètres entre les personnes.

 

Si les animaux sont déjà arrivés au Nouveau-Brunswick, les déplacements dans la province sont autorisés à condition que le fournisseur de services suive les directives de l’arrêté obligatoire sur la distanciation physique, l’interdiction de rassemblements et les responsabilités spécifiques aux propriétaires d’entreprise ou fournisseurs de services.

L’arrêté obligatoire autorise le retour dans la province à la suite d’un voyage interprovincial (p. ex. livraison de chiens à l’Î.-P.-É. ou en N.-É.), mais les résidents doivent suivre les conseils de la médecin-hygiéniste en chef, notamment l’auto-isolement pendant 14 jours après leur retour au Nouveau-Brunswick. Veuillez noter que le transport commercial entre les provinces est permis et que les conducteurs n’ont pas à s’isoler lors de leur retour.

Si le fournisseur de services envisage de traverser la frontière internationale du Maine vers le Nouveau-Brunswick, il devra se soumettre à la Loi sur la mise en quarantaine (Canada) et à toutes ses dispositions. 

Les entreprises et les organismes sans but lucratif doivent suivre les mesures de contrôle et les directives de la Santé publique et de Travail sécuritaire NB. Il est important que ces cadres mettent en œuvre les mesures de santé publique appropriées pour prévenir et réduire la propagation de la COVID-19 parmi les employés, les bénévoles et le public. 

Cela comprend l’établissement d’un plan opérationnel COVID-19 qui traite, entre autres, de la distanciation physique, du nettoyage et de la désinfection, de l’hygiène respiratoire et des mains, ainsi que du contrôle préalable pour déceler les symptômes. Il revient à chaque organisme de s’assurer d’avoir un plan qui expose comment il prendra en charge l’exploitation sécuritaire de son établissement et de ses activités, notamment la prestation du transport.