Phase d’alerte COVID-19

Les niveaux d’alerte nous indiquent quelles mesures de santé publique doivent être prises. Jusqu’à ce qu’un vaccin soit disponible, les mesures de santé publique communautaires devraient être suivies afin de contribuer à arrêter la propagation de la COVID-19.

Phase d’alerte actuelle de la santé publique

Confinement

Cette phase d’alerte n’est en vigueur dans aucune zone en ce moment.

Rouge

Cette phase d’alerte n’est en vigueur dans aucune zone en ce moment.

Orange

Cette phase d’alerte n’est en vigueur dans aucune zone en ce moment.

Jaune

La zone 1 (région de Moncton)

La zone 2 (région de Saint John)

La zone 3 (région de Fredericton)

La zone 4 (région d’Edmundston)

La zone 5 (région de Campbellton)

La zone 6 (région d’Acadie-Bathurst)

La zone 7 (région de Miramichi)

Verte

La province passera à la deuxième étape du retour à la phase verte en vertu du plan de rétablissement relatif à la COVID-19, dès minuit ce soir le 16 juin 2021

En route vers la phase verte au Nouveau-Brunswick

Cette phase d’alerte n’est en vigueur dans aucune zone en ce moment.

Dernière mise à jour : le 15 juin 2021

case_map_usethisone

Dans toutes les zones :


 


 

Phases et déclencheurs de la santé publique

Le plan progressif permettra aux experts de la santé de surveiller et d’évaluer l’impact de la levée des restrictions. À tout moment, les restrictions qui ont été levées peuvent être rétablies rapidement pour protéger la santé du public. Des restrictions peuvent être mises en place en fonction des situations provinciales, régionales ou locales, comme des éclosions communautaires non reliées ou des cas qui ne peuvent pas être retracés. Si nécessaire, une zone peut se déplacer de plus d'une phase d'alerte à la fois (par exemple, la phase d'alerte jaune au la phase d'alerte rouge ou la phase d'alerte jaune au confinement).

Les évaluations des risques sont déclenchées si l’une des situations suivantes se présente :

a) Le retour en arrière d’une phase serait évalué : lorsqu’un critère dans deux des trois colonnes est satisfait.

b) Le retour à la phase rouge serait évalué : lorsqu’un ou plusieurs critères dans chacune des trois colonnes sont satisfaits; OU par la présence de plus d’un critère dans toute colonne donnée, en plus d’un critère de plus de toute autre colonne.

Le passage en phase de confinement serait évalué quand : une recommandation de passer en confinement peut être faite par l’équipe d’évaluation des mesures liées à la COVID d’après le nombre de cas dans une zone si deux éléments dans deux des trois colonnes sont présents; deux éléments dans une colonne en plus d’un élément dans les deux autres colonnes sont présents et trois éléments sont présents dans une colonne et un élément est présent dans une autre colonne. De plus, tout facteur parmi les suivants peut déclencher un confinement :

  • Une forte augmentation du nombre de cas non liés à un foyer d’éclosion ou à une chaîne de transmission connue
  • La preuve d’un cas super-contaminateur ou variant ayant exposé les personnes dans l’ensemble d’une zone
  • L’importation d’un cas lié aux voyages et la transmission observée de cas à l’extérieur de leur ménage
  • Au moins quatre des secteurs suivants sont touchés par un cas ou une éclosion de COVID-19 :
    • Soins de courte durée
    • Garderies
    • Soins de longue durée
    • Parcs et loisirs extérieurs
    • Restaurants
    • Écoles
    • Transport
    • Lieux de travail  

Épidémiologie
  • Le nombre de cas double en moins de six jours (ce critère ne s’applique pas si le nombre de cas est toujours faible).
  • On a dépisté plus de trois chaînes de cas de transmission communautaires non reliées en moins de six jours.
  • Les éclosions dans les milieux très vulnérables où il y a un risque de transmission à la collectivité.
  • L’indication d’un événement super-contaminateur lorsque 10 % des participants manifestent au moins un symptôme (minimum de 20 participants)

Santé publique
  • Dix pour cent (10 %) des contacts ou plus ne peuvent être joints par Santé publique dans les 24 heures après avoir été repérés au moyen de l’entrevue avec le cas.
  • Santé publique ne peut pas joindre ou surveiller activement tous les contacts étroits d’un cas dans un délai de 48 heures depuis le dernier contact.
  • Des établissements insuffisants pour les personnes infectées par la COVID-19 qui ne sont pas hospitalisées, auxquelles il n’est pas possible de fournir des soins en toute sécurité (les populations vulnérables, les milieux qui comptent des personnes vulnérables, lesquels ne se prêtent pas à l’auto-isolement).
  • Les directives et les recommandations de Santé publique ne sont plus respectées par le public (p. ex., distanciation physique, port du masque, fêtes, tenue inadéquate de registre dans les entreprises, etc.).
  • Il y a un grand nombre d’expositions publiques dans des endroits très fréquentés (p. ex., concerts, bars, écoles).

Soins de santé
  • Il est impossible d’augmenter pour soutenir une augmentation soudaine du nombre de patients soignés dans les unités de soins intensifs par rapport au nombre actuel (entre autres, il n’y a pas suffisamment de personnel pour le faire).
  • Le système de santé ne peut plus procéder au dépistage et effectuer de test au nombre requis de patients asymptomatiques en temps opportun.
  • Il reste du stock d’équipement de protection individuelle pour moins de quatre semaines pour le double du nombre de cas actuel.
  • Il n’y a pas suffisamment de masques pour tous les patients qui veulent recevoir des soins, notamment si le nombre de cas devait doubler.
  • Il y a plus de cas de COVID-19 qui sont admis à l’hôpital qu’il y en a qui obtiennent leur congé pendant trois jours consécutifs.
  • La capacité de base est menacée dans les services de santé cliniques.
  • Les établissements de soins de santé ne peuvent plus structurer leurs installations de manière à minimiser les risques d’exposition au triage et dans toutes les autres aires.
  • Il y a une augmentation du nombre de cas d’infection chez les travailleurs de la santé (ce qui a une incidence sur l’effectif et indique que les pratiques de prévention et de contrôle des infections sont inadéquates).
  • Il y a un grand nombre de travailleurs de la santé en auto-isolement, ce qui nuit à la capacité de fournir les services de santé.

Évaluation des risques

Rouge

  • Il y a trois chaînes de transmission communautaire non liées dans un délai de 6 jours.
  • Le système de santé est dépassé.
  • Les mesures de santé publique ne sont plus efficaces.
  • Les éclosions et les nouveaux regroupements ne peuvent plus être contrôlés par des tests, la recherche des contacts et les mesures d’isolement.

Orange

  • Les cas associés aux voyages et les nouvelles chaînes de transmission communautaire accélèrent.
  • Le système de santé est encore capable de faire face à la situation, mais est sous pression.
  • La conformité avec les mesures de santé publique diminue.
  • Les éclosions peuvent encore être contrôlées par des mesures de santé publique.

Jaune

  • Les cas sporadiques liés aux voyages et les éclosions isolées surviennent.
  • Les cas individuels et les éclosions peuvent être contrôlés par des tests, la recherche des contacts et l’auto-isolement.

Vous n’avez pas trouvé ce que vous cherchez?

Coordonnées