Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Le Nouveau-Brunswick a la plus forte proportion d’aînés au Canada, et ce pourcentage augmentera au cours des prochaines années. Bien que cette situation constitue un défi pour le système, il s’agit également d’une occasion d’offrir des services de soins de longue durée plus efficaces et durables afin d’améliorer la qualité de vie de tous les aînés de la province.

En 2016, le gouvernement a nommé un Conseil sur le vieillissement pour élaborer une stratégie sur le vieillissement au Nouveau-Brunswick. Quelques mois plus tard, le premier ministre a nommé une ministre des Aînés et des Soins de longue durée. En 2017, Faciliter le vieillissement en santé et le soutien aux aînés a été sélectionné comme l’un des principaux piliers du Plan du Nouveau-Brunswick pour les familles, qui vise à améliorer les vies de tous les Néo-Brunswickois en abordant les facteurs les plus importants pour la santé globale.

Trois initiatives en particulier ont un impact global sur le vieillissement en santé et le soutien aux aînés.

  • Mettre en application des mesures de soutien à la stratégie D’abord chez soi et à la stratégie sur le vieillissement afin d’améliorer l’accès aux soutiens à domicile et dans la collectivité, ainsi qu’une meilleure intégration des services de soins sociaux et de santé et une plus grande importance donnée à la prévention et au bien-être.
  • Améliorer les évaluations des soins de longue durée pour s’assurer que les aînés font l’objet d’évaluations efficaces dans des délais convenables.
  • Améliorer les évaluations des clients en placement résidentiel pour s’assurer que les options de placement répondent aux besoins de plus en plus complexes des aînés.

Le budget 2017-2018 du ministère du Développement social inclut 532,9 millions de dollars réservés aux soins aux aînés. Cela comprend plus de 2,3 millions de dollars de nouveau financement pour améliorer le processus d’évaluation des soins de longue durée. Le Ministère investira également plus de 56 millions de dollars au cours des trois prochaines années dans la construction, l’entretien et l’amélioration des foyers de soins du Nouveau-Brunswick.

  • Le système de foyers de soins est dans la phase finale de mise en œuvre d’un nouvel outil d’évaluation des nouveaux résidents, qui permettra d’améliorer la gestion et les soins apportés aux résidents des foyers de soins.
  • En 2016, le Ministère a investi 10 millions de dollars supplémentaires pour augmenter les indemnités quotidiennes des foyers de soins spéciaux et des foyers de soins pour personnes atteintes de troubles de la mémoire au Nouveau-Brunswick, des organismes de soutien familial et des activités de développement pour adultes.
  • Cet investissement a ouvert la voie à une augmentation de 1 $ par heure des salaires des travailleurs du secteur des services à la personne qui s’occupent des citoyens les plus vulnérables de la province.

De plus, le gouvernement a investi 5,5 millions de dollars en 2016 dans un élargissement à l’ensemble de la province du programme de réhabilitation et revalidation rapides.

  • Ce programme aide les aînés qui ont reçu leur congé médical de l’hôpital, mais ne peuvent pas rentrer chez eux sans services de soutien et soins de réadaptation intensifs.
  • Il permet également aux aînés de rester dans des foyers de soins spéciaux le temps de se rétablir d’une maladie ou d’une intervention chirurgicale.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a également investi 600 000 $ dans une étude sur l’utilisation des antipsychotiques et la démence.

  • Cette question revêt une importance particulière au Nouveau-Brunswick, car le taux d’utilisation des antipsychotiques chez les aînés y est parmi les plus élevés. En 2013, le taux d’utilisation de médicaments antipsychotiques était près de deux fois plus élevé dans la province que dans le reste du Canada.
  • Cette initiative permettra d’en réduire l’utilisation, ce qui permettra non seulement de réaliser des économies sur les médicaments, mais diminuera aussi les coûts liés aux effets secondaires tels que les chutes, l’incidence accrue d’accidents vasculaires cérébraux, et les transferts par ambulance à l’hôpital.
  • Les fonds serviront à offrir une formation et un encadrement pour aider le personnel des foyers de soins à utiliser les données disponibles pour cibler les patients qui pourraient bénéficier de traitements non médicamenteux afin de traiter des problèmes de comportement associés à la démence.
  • En 2016, 15 foyers de soins ont participé à ce projet. Ce dernier sera élargi à l’échelle de la province en 2017.

 

Mise à jour: août 2017

RENSEIGNEMENT POUR LES MÉDIAS : Anne Mooers, Communications, Développement social, 506-444-3494, anne.mooers@gnb.ca