Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Le gouvernement comprend que la promotion de la santé des femmes grâce à un accès équitable aux services de santé aura une incidence positive sur la qualité de vie de la population du Nouveau-Brunswick.

D’abord et avant tout, nous devons veiller à ce que les femmes aient accès à des services appropriés à leurs besoins particuliers en matière de soins de santé et à ce que leurs droits dans ce domaine soient protégés.

Soins préventifs et accès aux services de santé :

  • Les programmes de dépistage du Nouveau-Brunswick permettent de détecter le cancer dès les stades précoces. Les tests de dépistage des cancers du sein et du col de l’utérus sont établis de longue date dans la province. Cependant, nous pouvons encore prendre d’autres mesures préventives.
  • Le virus du papillome humain (VPH) est l’une des principales causes de cancer du col de l’utérus. Bien qu’un programme de vaccination contre le VPH en milieu scolaire soit en place pour les filles depuis 2008, des études révèlent que la prévention est plus susceptible d’être efficace si l’ensemble de la population est vaccinée. À compter de septembre 2017, le Nouveau-Brunswick offrira le vaccin contre le VPH aux garçons de la 7e année, en plus des filles. La vaccination pour les garçons contribuera à promouvoir l’immunité collective parmi la population et à protéger la santé des jeunes femmes du Nouveau-Brunswick pour les années à venir.
  • Des centres de santé et de bien-être communautaires ont ouvert leurs portes à Fredericton et dans le comté de Charlotte en 2017.Ces centres offrent un meilleur accès aux soins primaires pour les femmes et les familles, ainsi que des services et des programmes de bien-être expressément conçus pour les femmes.

Santé reproductive et sexuelle :

  • La profession de sage-femme s’implante actuellement au Nouveau-Brunswick. L’établissement d’un site de démonstration à Fredericton a permis d’intégrer quatre sages-femmes au système de soins de santé. Le site sera géré par le Réseau de santé Horizon.
  • L’intégration des sages‑femmes dans le système provincial non seulement accroît l’accès aux soins primaires, mais offre en outre plus d’options pour les femmes enceintes et les familles en croissance. Les sages-femmes fournissent des soins sûrs et de qualité pour les grossesses et les accouchements courants.
  • Le gouvernement poursuit son travail afin de supprimer les obstacles au droit des femmes de choisir et de veiller à ce que celles-ci aient accès à des options en matière de reproduction.
  • Le 1er janvier 2015, on a intégré les procédures de santé reproductive à la catégorie qui regroupe tous les services médicaux assurés. À cette fin, on a éliminé l’exigence selon laquelle deux médecins devaient certifier par écrit qu’une procédure était médicalement nécessaire avant que l’accès aux services d’avortement soit autorisé. Le gouvernement a également supprimé la disposition législative stipulant que les services devaient être fournis par un spécialiste.
  • Le gouvernement collabore avec les autorités afin d’améliorer l’accès aux services en temps opportun ainsi que la disponibilité de renseignements qui ne reflètent aucun jugement.
  • En mars 2016, le gouvernement a élargi le Programme de santé sexuelle à l’ensemble des Néo-Brunswickois. Avant l’élargissement du programme, les services qu’il prévoyait n’étaient offerts qu’aux personnes âgées de 19 ans et moins.
  • Le médicament Mifegymiso a été offert gratuitement aux Néo-Brunswickoises au moment du lancement du Programme d’avortement médical, le 28 juin 2017.Le Nouveau-Brunswick a été la première province à offrir une couverture universelle relativement à Mifegymiso. Il s’agit d’un produit médicamenteux combiné utilisé pour mettre fin à une grossesse de 49 jours ou moins.
  • En juin 2016, le gouvernement a annoncé qu’il allait de l’avant avec son projet visant à inscrire la chirurgie de confirmation de genre médicalement nécessaire à la liste des services assurés au Nouveau-Brunswick et qu’il procéderait à des changements devant permettre aux personnes transgenres de faire modifier leur certificat de naissance afin qu’il corresponde à leur identité de genre.

 

Mise à jour : août 2017

RENSEIGNEMENTS POUR LES MÉDIAS : Véronique Taylor, communications, ministère de la Santé, 506-444-4583, veronique.taylor@gnb.ca