FREDERICTON (GNB) – Le gouvernement provincial a renforcé sa politique en matière de nutrition dans les écoles publiques afin de s’assurer que les élèves ont accès à des aliments plus sains.

« Offrir des aliments plus sains en milieu scolaire aura des répercussions positives à long terme sur nos élèves », a affirmé le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, Brian Kenny. « Il est important de promouvoir un mode de vie sain, d’encourager nos élèves à en adopter un et de leur enseigner en quoi consiste un vrai repas. »

La Politique 711, Nutrition et amélioration de l’alimentation en milieu scolaire, établit les exigences minimales relativement à la création d’un environnement qui favorise l’alimentation saine dans les écoles publiques.

Le ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance s’est associé au Bureau du médecin-hygiéniste en chef, à des diététistes de la santé publique et à d’autres intervenants afin d’améliorer la politique actuelle de façon à ce qu’elle reflète les données probantes et pratiques exemplaires les plus récentes en matière de nutrition en milieu scolaire.

« C’est un moment palpitant et critique pour appuyer la saine alimentation dans nos écoles publiques et pour en faire la promotion », a affirmé la médecin-hygiéniste en chef, la Dre Jennifer Russell. « Je voudrais remercier les deux régies régionales de la santé et le ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance pour leur partenariat et leur collaboration au moment de réviser la politique provinciale en matière de nutrition dans les écoles. »

La politique s’applique aux boissons et aux aliments vendus, servis ou autrement offerts dans les écoles publiques et exige des aliments à valeur nutritive plus élevée et à faible teneur en gras saturés, en sucre et en sodium. De plus, les boissons telles que le lait aromatisé ou les jus ne seront plus vendues, servies ou offertes.

La politique vise entre autres les programmes de déjeuner, de dîner et de dîner chaud, les distributeurs automatiques, les aliments vendus à la carte, les cantines, les collations et les collectes de fonds. Elle vise également les éléments non destinés à la vente, comme les boissons et aliments offerts aux élèves pendant les activités en salle de classe ou dans toute l’école.

Les conseils d’éducation de district peuvent également élaborer des politiques concernant un environnement scolaire favorable à l’alimentation plus saine qui sont cohérentes avec la politique provinciale ou qui sont même plus exhaustives.

La politique est disponible en ligne.

Les plans d’éducation de 10 ans du gouvernement visent à améliorer les résultats scolaires et à mieux préparer les jeunes pour l’avenir. Des objectifs sont fixés dans des domaines prioritaires afin d’encourager les élèves à devenir des apprenants tout au long de leur vie, de soutenir les dirigeants du milieu de l’éducation et d’assurer la stabilité du système.