FREDERICTON (GNB) – Énergie NB a déposé une demande générale de tarifs auprès de la Commission de l’énergie et des services publics qui, si elle est approuvée, aidera le service public à répartir ses dettes et à continuer à améliorer son service à la clientèle, à investir dans de nouvelles technologies, à augmenter le nombre de projets liés à l’énergie renouvelable et à renforcer la cybersécurité.

La demande d’augmentation tarifaire moyenne est de deux pour cent, ce qui équivaut à environ quatre dollars additionnels par mois pour une famille moyenne au Nouveau-Brunswick.

« Nous sommes conscients que toute augmentation peut être difficile pour nos clients. C’est pourquoi nous continuons à réduire les coûts de nos activités grâce à des améliorations continues, et ce, tout en aidant nos clients à réduire leur consommation d’énergie », a déclaré le chef des finances et vice-président aux services d’entreprise, Darren Murphy. « L’application de petites augmentations aujourd’hui va nous permettre d’investir dans un avenir durable afin de protéger nos clients à long terme. »

Si la demande est approuvée par la Commission de l’énergie et des services publics, les tarifs d’électricité du Nouveau-Brunswick seraient encore parmi les plus bas dans les Provinces maritimes.

La demande comprend également une proposition visant à développer une infrastructure de mesure avancée.

L’infrastructure de mesure avancée, une technologie bien établie et sécurisée comprenant 10 millions de compteurs au Canada et 50 millions de compteurs aux États-Unis, vise à améliorer l’efficacité, la fiabilité et la sécurité du réseau électrique.

« La technologie de l’infrastructure de mesure avancée nous permet d’établir une communication bidirectionnelle avec nos clients, leur donnant ainsi une meilleure idée de leur consommation d’énergie, a affirmé M. Murphy. Cette technologie permettra aussi à Énergie NB de repérer rapidement les pannes, sans que les clients aient à nous aviser, ce qui améliorera notre temps de réponse pour rétablir le courant. »

Une audience sur la demande générale de tarifs doit avoir lieu en février 2018 devant la Commission de l’énergie et des services publics.