FREDERICTON (GNB) – La déclaration suivante a été émise par le premier ministre, Brian Gallant, relativement à la décision de TransCanada de ne pas aller de l’avant avec l’oléoduc Énergie Est :

La décision de TransCanada de ne pas aller de l’avant avec sa demande n’est pas une bonne nouvelle pour les gens qui souhaitaient voir la construction de l’oléoduc Énergie Est – et votre gouvernement provincial reste fermement dans ce camp. Comme bien d’autres personnes au Nouveau-Brunswick, nous sommes déçus. Le projet aurait permis de créer des emplois au Nouveau-Brunswick et aurait aidé l’économie canadienne.

C’est pourquoi nous avons exprimé notre appui envers ce projet au cours des dernières années. C’est également pourquoi je me suis entretenu personnellement avec presque tous les membres du Cabinet fédéral au sujet des mérites du projet, tant pour le Nouveau-Brunswick que pour le Canada. J’ai continué à promouvoir le projet lorsque j’étais à Ottawa cette semaine. J’ai discuté de l’importance du projet avec plusieurs ministres du Cabinet fédéral ainsi qu’avec mes collègues et le premier ministre fédéral, Justin Trudeau, lors de la réunion des premiers ministres.

De plus, après avoir entendu que TransCanada suspendait sa demande relative à l’oléoduc Énergie Est, j’ai écrit au premier ministre fédéral pour m’assurer que, si le projet va de l’avant, il sera soumis à une audience juste, impartiale et raisonnable devant le Cabinet fédéral lorsque viendra le temps de prendre une décision quant à son approbation.

Le gouvernement fédéral a répliqué promptement, par l’entremise des médias et avec une réponse écrite, et a clairement indiqué que le gouvernement fédéral évaluerait le projet en suivant « exactement le même » processus qui avait été utilisé pour approuver le projet de remplacement de la canalisation 3 et l’agrandissement du réseau de Trans Mountain. De plus, afin d’éviter d’ajouter aux dépenses de TransCanada, le gouvernement fédéral a accepté de payer les frais additionnels qui seraient engendrés par l’analyse des émissions de gaz à effet de serre en amont et en aval et qui seraient associées à l’oléoduc Énergie Est.

En raison des signaux positifs que le gouvernement fédéral a envoyés à TransCanada au cours des dernières semaines – en offrant une certitude au niveau du processus et en offrant de rembourser les frais additionnels relatifs à l’analyse des gaz à effet de serre –, nous croyons qu’il est évident que TransCanada ne va pas de l’avant avec sa demande pour l’oléoduc Énergie Est puisque les changements récents aux conditions du marché mondial et le prix du pétrole ont eu une incidence négative sur la viabilité du projet.

Nous pensions que le projet serait approuvé si TransCanada poursuivait le processus. Et nous le croyons toujours.

Je veux encore une fois rassurer les gens du Nouveau-Brunswick : les retombées économiques de l’oléoduc Énergie Est n’ont jamais été incluses dans nos cibles économiques et financières. Sans le projet d’oléoduc Énergie Est, nous avons quand même connu la plus forte croissance économique en 10 ans au Nouveau-Brunswick. Sans le projet, nous sommes quand même en voie d’équilibrer le budget d’ici 2020. Sans le projet, nous avons quand même investi des montants records en éducation et dans les soins de santé. Mais il ne fait aucun doute qu’avec le projet d’oléoduc Énergie Est, nous aurions pu en faire beaucoup plus pour stimuler l’économie, renforcer l’éducation et améliorer les soins de santé dans notre province.

Cependant, il est important de préciser aujourd’hui que, même si nous souhaitions la construction de l’oléoduc, il ne s’agit pas de la seule possibilité que notre gouvernement explore pour assurer la croissance de notre économie. Il ne s’agit pas, non plus, de la seule possibilité que le gouvernement explore pour la région de Saint John. À titre de base industrielle de notre économie, Saint John doit fonctionner à plein régime, et notre gouvernement est déterminé à s’assurer que ça continue d’être le cas.

Il y aura une nouvelle entente pour Saint John. Et peu importe ce qui adviendra de ce projet, l’énergie constitue toujours une occasion immense pour Saint John et pour le Nouveau-Brunswick. Nous développons un réseau intelligent qui aidera la province et les administrations du monde entier à avoir accès à davantage d’énergie renouvelable, et nous travaillons afin d’exploiter les possibilités en matière d’énergie marémotrice dans notre province.

Nous allons continuer de dénicher de nouveaux marchés pour l’énergie, ce qui nous permettrait d’augmenter notre production, et nous allons continuer d’être attentifs aux conditions du marché mondial. Nous croyons fermement que si une installation d’exportation de pétrole ou de gaz naturel liquéfié doit être établie sur la côte est de notre pays au cours des prochaines années, le Nouveau-Brunswick est l’endroit tout indiqué pour le faire.

Nous continuerons de travailler en vue de repérer et d’explorer de nouvelles possibilités de croissance et de continuer à remettre le Nouveau-Brunswick en marche.