DUFFERIN (GNB) – Les gouvernements provincial et fédéral établissent un partenariat pour accroître la surveillance sur le terrain et la collecte de tiques pendant deux ans afin de suivre de près la distribution des tiques et le risque de contracter la maladie de Lyme.

La région où l’on retrouve des tiques à pattes noires, qui peuvent transmettre la maladie de Lyme, s’est étendue.

« La maladie de Lyme est une maladie émergente au Nouveau-Brunswick et dans d’autres régions du Canada », a affirmé le ministre de l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches, Rick Doucet. « Cette surveillance accrue fournira au gouvernement provincial des données à jour sur la distribution actuelle de la population reproductrice de tiques et sur les pathogènes portés par les tiques au Nouveau-Brunswick. »

M. Doucet parlait au nom du ministre de la Santé, Victor Boudreau.

L’Agence de la santé publique du Canada versera 69 000 dollars sur deux ans au ministère de la Santé du Nouveau-Brunswick afin de lui permettre d’étudier l’étendue géographique des populations de tiques à pattes noires et les régions de la province où il existe un risque émergent de contracter la maladie de Lyme.

« Ce partenariat est un exemple parmi d’autres de la façon dont le gouvernement du Canada travaille avec les autorités sanitaires provinciales et territoriales et d’autres partenaires afin de lutter contre la maladie de Lyme », a déclaré la ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott. « Ce projet est essentiel à l’accroissement de nos connaissances à cet égard afin que nous puissions mieux renseigner les gens sur les régions où ils sont le plus à risque de contracter la maladie de Lyme et sur les mesures préventives à adopter pour se protéger. »

Des mesures de surveillance seront mises en place dans les régions à risque, comme Grand Manan, Grand Bay-Westfield, Saint John, Rothesay, Quispamsis, St. Stephen, Saint Andrews et St. George. De cette manière, il sera possible de déterminer l’étendue de la maladie de Lyme et d’autres pathogènes portés par les tiques au sein des populations locales de tiques. Des mesures de surveillance seront également entreprises ailleurs afin de repérer les nouvelles zones à risque potentielles.

De plus amples renseignements sont disponibles dans la Stratégie du Nouveau-Brunswick sur la maladie de Lyme 2017 et dans le document La maladie de Lyme au Canada – Cadre fédéral.