FREDERICTON (GNB) – La déclaration suivante a été émise, aujourd’hui, par la présidente de la Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick, Nathalie Chiasson :

La nouvelle Loi sur les droits de la personne est maintenant en vigueur, et son application permet d’éliminer des inégalités dans les mesures de protection et de défense en ajoutant deux nouveaux motifs de discrimination interdits, soit la « situation de famille » et « l’identité ou l’expression de genre ». Ces changements découlent du projet de loi 51, la Loi modifiant la Loi sur les droits de la personne, qui a reçu la sanction royale aujourd’hui.

Les notions de famille et d’identité ou d’expression de genre ont grandement changé aux cours des ans et restent en constante évolution. Il était donc impératif que la Loi sur les droits de la personne du Nouveau-Brunswick, qui a pour but de protéger les droits fondamentaux de chaque résident de notre province, soit un reflet de cette réalité changeante afin d’être un outil efficace dans la protection de nos droits fondamentaux. Ces modifications étaient nécessaires afin de soutenir les concepts de respect de chaque personne dans sa diversité et d’inclusion.

Les personnes ayant des obligations en matière de soins pour les membres de leur famille seront heureuses de l’ajout du motif de la « situation de famille », car il crée un mécanisme de protection contre la discrimination découlant de leurs engagements de veiller au bien-être de leurs proches en les soignant.

De plus, l’ajout de « l’identité ou de l’expression de genre » comme motif de discrimination interdit permettra d’offrir une protection inclusive pour les personnes transgenres, bisexuelles, transsexuelles, et intersexes qui habitent notre province.

La Loi sur les droits de la personne n’avait pas fait l’objet d’une révision approfondie depuis 25 ans. Les modifications à la loi amélioreront aussi la capacité de la commission d’enquêter sur les plaintes et de les régler et lui permettra de mieux répondre aux inquiétudes et aux préoccupations des gens.

Notre société est en évolution constante, et la modernisation de la loi est primordiale pour veiller à ce que les gens du Nouveau-Brunswick puissent accéder aux services de la commission.

La commission est une voix influente dans l’élaboration de politiques publiques et joue un rôle prépondérant dans la reconnaissance du droit à l’égalité. Depuis 1967, elle s’affaire à régler les plaintes de discrimination et à sensibiliser les résidents du Nouveau-Brunswick à l’importance des droits de la personne dans notre société. Elle collabore avec le gouvernement afin de renforcer les dispositions législatives sur les droits de la personne et d’assurer le respect de ces droits dans les lois et les politiques.

De plus amples renseignements sur les services offerts par la commission et pour consulter le calendrier des activités prévues pour souligner son 50e anniversaire sont disponibles en ligne.