MONCTON (GNB) – Le gouvernement provincial a rendu public un rapport sur le soutien aux personnes ayant des dépendances et des problèmes de santé mentale. Le rapport découle du processus de mobilisation des intervenants visant à dresser le Plan du Nouveau-Brunswick pour les familles.

« Une bonne santé mentale est essentielle à la résilience des personnes, des familles et des communautés », a déclaré le premier ministre, Brian Gallant. « L’amélioration de la santé mentale permettra aussi d’augmenter la productivité de nos entreprises et de notre économie. »

Le rapport désigne l’élaboration du Plan d’action amélioré des services de santé mentale et de traitement des dépendances en tant qu’initiative prioritaire qui permettra de régler les problèmes d’accès et de continuité des soins pour un segment plus large de la population. Misant sur le succès du modèle de prestation des services intégrés dans les écoles, des équipes du Modèle de traitement communautaire dynamique fonctionnel et flexible dans les collectivités et de la mise en œuvre des cadres de soins communautaires supervisés, le plan d’action visera avant tout à assurer des services fondés sur données probantes et axés sur le patient.

Pour combler les lacunes et veiller à ce que les personnes et les familles aient accès aux programmes et aux services dont elles ont besoin, le rapport prévoit également des mesures dans les domaines suivants :

  • adopter une approche proactive d’amélioration de la santé mentale;
  • éliminer les disparités au sein des programmes et des services existants comme le traitement des dépendances;
  • offrir un modèle de soins de collaboration dans le cadre d’une approche de prestation des services intégrée et centrée sur la personne;
  • offrir des soins et des services pertinents sur le plan culturel, en prenant en considération le contexte social de la personne; et
  • améliorer les connaissances des personnes, des familles, des fournisseurs de soins de santé et des fournisseurs d’autres services, et sensibiliser ceux-ci davantage.

« Notre organisme croit qu’une stratégie globale en matière de santé mentale en est une qui est créée pour nous tous, donc, en retour, elle devient la responsabilité de tous », a affirmé la directrice générale de Centraide de la région du Grand Moncton et du sud-est du Nouveau-Brunswick, Debbie McInnis. « Tous les secteurs doivent travailler ensemble pour veiller à ce que les personnes et les familles puissent établir des relations d’entraide et de soutien et que les services gouvernementaux et communautaires soient intégrés afin de les aider à avoir accès aux systèmes de soutien dont ils ont besoin. »

« Nous sommes encouragés par cette initiative et par ce rapport, particulièrement aujourd’hui, la première journée de la Semaine de la santé mentale », a dit la directrice générale de l’Association canadienne pour la santé mentale du Nouveau-Brunswick, Christa Baldwin. « Les gens que nous élisons doivent entendre qu’il n’y pas de santé sans santé mentale, et ce message leur a été transmis lors du sommet pour les intervenants. Ce ne sont pas toutes les personnes qui ont besoin de soins cliniques : il faut investir plus de ressources dans les services communautaires afin de répondre aux besoins croissants des gens du Nouveau-Brunswick. Avec ce rapport et ce plan, le Nouveau-Brunswick a une réelle occasion de se démarquer en tant que chef de file en matière de santé mentale au Canada. »

Le Plan du Nouveau-Brunswick pour les familles repose sur les objectifs du Plan de croissance économique du Nouveau-Brunswick et des plans d’éducation de 10 ans. Il fonctionne également de pair avec ces plans pour faire en sorte que le gouvernement s’attaque aux enjeux importants en ayant recours à une démarche intégrée.

Le Plan du Nouveau-Brunswick pour les familles concentre l’action gouvernementale sur les sept domaines prioritaires suivants : améliorer l’accès aux soins primaires et aux soins de courte durée; promouvoir le mieux-être; soutenir les personnes ayant des dépendances et des problèmes de santé mentale; faciliter le vieillissement en santé et le soutien aux aînés; faire progresser l’égalité des femmes; réduire la pauvreté; et fournir un soutien aux personnes ayant un handicap.