FREDERICTON (GNB) – Le gouvernement provincial respectera son engagement de rétablir l’immersion française en 1re année à compter de septembre 2017.

« Les Néo-Brunswickois veulent des résultats et ils veulent la meilleure éducation pour leurs enfants », a déclaré le premier ministre, Brian Gallant. « Nous réalisons notre engagement et nous appuyons les gens qui veulent que leurs enfants aient la possibilité d’apprendre le français à un plus jeune âge. »

Le gouvernement s’est engagé à apporter des améliorations à l’ancien programme d’immersion française en 1re année, y compris des initiatives visant à régler les enjeux liés à la composition des salles de classe et à améliorer l’accès à l’immersion dans les régions rurales.

Un programme d’études basé sur les meilleures pratiques pour les jeunes apprenants dans l’enseignement d’une langue seconde est en cours d’élaboration, et des enseignants seront embauchés pour offrir le programme d’immersion précoce.

Le gouvernement travaillera avec les associations d’enseignants en vue de trouver des possibilités pour les enseignants qui seront déplacés en raison du rétablissement de l’immersion en 1re année, plus précisément au moyen d’initiatives comme offrir du soutien aux classes dont la composition représente des défis, utiliser les enseignants déplacés pour remplacer ceux qui partent à la retraite et appuyer les objectifs du plan d’éducation, notamment la littératie et l’inclusion. De plus, le gouvernement discutera avec les enseignants afin de trouver des façons de régler la question des heures d’enseignement pour les élèves de la maternelle à la deuxième année dans le but d’améliorer les résultats d’apprentissage et de réduire le nombre de défis futurs liés à la composition des salles de classe.

Le gouvernement cherchera à améliorer l’accès à l’immersion dans les écoles rurales en demandant une déclaration d’intérêt hâtive des parents et en travaillant avec les districts dans toutes les écoles pour offrir l’immersion dans le plus grand nombre d’écoles possible. Dans les écoles où il y a un intérêt envers l’immersion qui n’est toutefois pas suffisant pour créer une classe d’immersion, on cherchera des solutions innovatrices qui permettront d’avoir accès à un apprentissage amélioré du français dans les écoles rurales. Ces initiatives seront également lancées à l’automne 2017.

« C’est une demande que nous ont fait de nombreux parents, et nous sommes fiers de les appuyer », a affirmé le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, Brian Kenny. « Nous comprenons que, en tant que province bilingue, nous devons offrir de bonnes possibilités d’apprentissage du français langue seconde. »

Le huitième objectif du plan d’éducation de 10 ans, Everyone at Their Best (chacun à son meilleur), est d’améliorer le niveau de connaissance du français pour aider tous les apprenants à avoir accès à diverses possibilités et expériences de vie bilingues. Pour atteindre cet objectif, le système d’éducation appuiera une expérience d’apprentissage et un enseignement de grande qualité ainsi que des évaluations pour faire en sorte que tous les apprenants puissent acquérir au moins le niveau de compétence de base en français à l’oral, en lecture et à l’écrit. L’accès des élèves aux possibilités d’apprentissage du français langue seconde sera aussi amélioré à tous les niveaux scolaires.