FREDERICTON (GNB) – Dans le cadre des nouveaux plans d’éducation de 10 ans, le gouvernement provincial investira dans le secteur de l’éducation publique les plus importantes sommes de l’histoire de la province. Les plans permettront au gouvernement d’établir les objectifs tout en donnant aux écoles locales et aux districts scolaires les outils pour atteindre ces objectifs en fonction de leurs propres défis et possibilités.

« Nous comprenons que l’éducation est importante pour les Néo-Brunswickois », a déclaré le premier ministre, Brian Gallant. « Nous comprenons qu’ils veulent que les chefs de file des écoles locales aient de la souplesse relativement à la meilleure façon de scolariser nos enfants. Lorsque j’étais enfant, j’ai vécu un peu partout au Nouveau-Brunswick et j’ai fréquenté plusieurs écoles différentes dans le secteur anglophone et dans le secteur francophone. La publication des plans d’éducation nous permettra d’obtenir des résultats et de nous assurer que les générations futures auront un système d’éducation de haute qualité qui est tenu de rendre des comptes. »

Les plans, intitulés Donnons à nos enfants une longueur d’avance pour le secteur francophone et Everyone at Their Best (chacun à son meilleur) pour le secteur anglophone, fixent des objectifs pour le système d’apprentissage précoce et d’éducation et comptent des attentes claires pour les normes et le rendement.

Les plans comprennent des priorités comme établir une culture d’appartenance; améliorer les niveaux de littératie et de numératie; assurer la maîtrise fondamentale de la langue; et favoriser le leadership, la citoyenneté et l’esprit d’entreprise. Les domaines prioritaires pour la première année sont la littératie, la numératie, la planification vie-carrière et le développement de la petite enfance.

Un processus de gestion du rendement servira à établir des objectifs et à suivre les progrès. Avant chaque année scolaire, le ministère travaillera avec les districts scolaires et les partenaires des services à la petite enfance afin d’élaborer un plan de mise en œuvre pour chaque secteur, qui exposera les objectifs pour l’année et la façon de les atteindre. En retour, les progrès seront mesurés, et des rapports de reddition de comptes seront préparés.

« Nous savons qu’il n’y a pas de solutions rapides lorsqu’il est question d’améliorer notre système d’apprentissage précoce et d’éducation », a affirmé le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, Brian Kenny. « Ces plans à long terme sont axés sur les domaines prioritaires dans lesquels nous devons voir des résultats, comme l’amélioration de la littératie et de la numératie, ainsi que le développement de la petite enfance. Au cours de l’été, nous avons travaillé avec les districts scolaires à établir les objectifs des plans respectifs et, comme l’ont recommandé les coprésidents, nous continuerons de collaborer avec les districts, les écoles et les intervenants de la petite enfance afin de déterminer les façons qui nous permettront d’atteindre ces objectifs ensemble. »

Pour la première fois, une vaste consultation publique a été menée pour orienter l’élaboration des plans d’éducation. De l’été 2015 au printemps 2016, les coprésidents chargés de l’élaboration des plans, Karen Power et Gino LeBlanc, ont écouté les points de vue des experts, des enseignants, des partenaires des services à la petite enfance, des élèves, des parents, des dirigeants communautaires et des chefs d’entreprise, du personnel des districts scolaires, des conseils d’éducation de district, des communautés des Premières Nations et d’autres parties intéressées dans le cadre d’une série de journées portes ouvertes, d’ateliers et de réunions et grâce à des outils d’engagement en ligne. Plus de 3400 Néo-Brunswickois ont pris part à la consultation. Mme Power et M. LeBlanc ont soumis leurs recommandations au gouvernement en juin 2016. Les objectifs décrits dans ces plans sont basés sur les commentaires reçus dans le cadre de la consultation.

Les plans d’éducation sont disponibles en ligne.