OROMOCTO (GNB) – Les membres actifs et retraités des Forces armées canadiennes qui résident au Nouveau-Brunswick et qui sont titulaires d’un permis de conduire du ministère de la Défense nationale (MDN 404) peuvent obtenir un permis de conduire pour véhicule utilitaire équivalent du Nouveau-Brunswick sans formation ou test supplémentaires.

La nouvelle mesure, qui entre en vigueur immédiatement, a été élaborée avec le soutien de l’organisme sans but lucratif Du régiment aux bâtiments Canada, qui collabore avec les associations des métiers de la construction à travers le pays ainsi qu’avec les gouvernements provinciaux pour offrir des possibilités de carrière aux anciens combattants et aux réservistes en service.

« La création d’emplois est notre priorité absolue, et nous devons d’abord nous assurer que nous avons une main-d’œuvre au Nouveau-Brunswick qui est prête à travailler », a déclaré le ministre de la Sécurité publique et solliciteur général, Stephen Horsman, qui assure également la liaison entre le gouvernement provincial et les forces armées. « Nous sommes fiers de collaborer avec l’organisme Du régiment aux bâtiments afin d’aider nos anciens combattants à avoir accès aux possibilités de carrière dans l’industrie du camionnage commercial en transférant leurs qualifications de permis de conduire militaire à un permis de conduire pour véhicule utilitaire. »

Le Nouveau-Brunswick se joint à d’autres provinces dans la mise en œuvre de ce processus de délivrance de permis de conduire, conçu pour faciliter la transition des anciens combattants et des membres actuels des Forces armées canadiennes vers la population active en tant que civils.

« Cette nouvelle mesure constitue une excellente occasion pour les nombreux militaires qui détiennent les qualifications de conduite de véhicules requises et qui retournent à la vie civile », a déclaré le commandant des Services techniques de la Base de soutien de la 5e Division du Canada Gagetown, le lieutenant-colonel Adam Zima. « Elle permettra un passage du service militaire à la main-d’œuvre civile plus rapide et plus abordable. Il s’agit d’une excellente nouvelle pour nos membres et pour le marché du travail du Nouveau-Brunswick. »

Les militaires actuels et retraités peuvent se rendre à un bureau de Service Nouveau-Brunswick pour mettre le processus en marche. Dans un premier temps, ils doivent présenter un permis de conduire de classe 5 du Nouveau-Brunswick doté de tous les privilèges, ou l’équivalent d’une autre administration, ainsi que leur permis de conduire militaire MDN 404.

Une fois que la documentation requise aura été soumise à la Direction des véhicules à moteur du ministère de la Sécurité publique, une mise à niveau d’un permis de conduire de classe 1, 2, 3 ou 4 du Nouveau-Brunswick sera délivrée.

Un militaire à la retraite est admissible à une mise à niveau du permis de conduire s’il dépose sa demande moins de deux ans après sa retraite.

« Bien que les compétences, la formation et l’expérience des membres des Forces armées soient souvent considérées comme étant de première classe, leurs qualifications ne sont pas communément reconnues sur le marché du travail civil », a dit le directeur général de l’organisme Du régiment aux bâtiments, Gregory Matte. « L’accréditation de classes de permis pour véhicule utilitaire équivalents au permis de conduire militaire MDN 404 offrira dorénavant d’exceptionnelles occasions aux anciens combattants ainsi qu’aux employeurs. »

Aucune formation ou test supplémentaires ne sont requis puisque les équivalences ont été établies en collaboration avec la Direction des véhicules à moteur et sont déterminées en fonction des essieux, du nombre de passagers et de l’utilisation de freins pneumatiques.

« Nous avons appuyé le travail à la fois du gouvernement provincial et de l’organisme Du régiment aux bâtiments concernant cette accréditation », a indiqué le directeur général du New Brunswick Building Trades Council, Gary Ritchie. « Cette nouvelle mesure ouvre la porte à d’exceptionnelles occasions pour les membres actuels et les anciens membres des Forces armées et nous aide à pallier les pénuries de main-d’œuvre dans l’industrie du camionnage. »