FREDERICTON (GNB) – Le ministère du Développement social ne respecte pas toujours ses normes écrites pour les services des foyers d'accueil, selon le dernier rapport annuel de la vérificatrice générale, qui a été déposé, aujourd'hui, à l'Assemblée législative.

Le rapport, qui reflète les états financiers audités visant l'exercice financier qui s'est terminé le 31 mars 2013, a examiné si le ministère respectait ses normes écrites pour les services des foyers d'accueil afin d'offrir un milieu sûr et sécuritaire aux enfants qui doivent être séparés de leur famille naturelle.

« Bien que le personnel du ministère reconnaisse l'importance des normes d'approbation et croit qu'elles sont toujours respectées avant l'approbation d'une famille d'accueil, nous avons examiné un échantillon de dossiers de familles d'accueil et trouvé que seulement deux des 20 dossiers contenaient toute la documentation requise pour l'approbation d'une famille d'accueil », a déclaré la vérificatrice générale, Kim MacPherson.

On comptait 531 familles d'accueil au Nouveau-Brunswick en mars 2012. On compte en moyenne plus de 1100 enfants pris en charge par des familles d'accueil.

En ce qui a trait à la surveillance des foyers d'accueil approuvés, Mme MacPherson a constaté que les revues annuelles n'étaient pas toujours effectuées comme l'exigent les normes. En fait, seulement trois des 18 dossiers examinés contenaient de la documentation démontrant que les revues annuelles avaient été menées régulièrement. Mme MacPherson a formulé plusieurs recommandations pour remédier aux faiblesses en matière d'approbation et de surveillance des foyers d'accueil.

La vérificatrice générale a fait état de la chute de 41 pour cent du nombre de foyers d'accueil disponibles au cours d'une période de huit ans. Elle a recommandé que le ministère élabore une stratégie à long terme pour s'assurer qu'il y ait des foyers d'accueil suffisants et appropriés qui sont disponibles pour répondre aux besoins régionaux.

« La baisse importante du nombre de foyers d'accueil est très préoccupante, a affirmé Mme MacPherson. Les parties intéressées se sont dites préoccupées qu'une insuffisance de familles d'accueil pourrait occasionner des conséquences défavorables pour les enfants vulnérables qui ont besoin de soins. »

La vérificatrice générale a aussi présenté des observations sur le financement des foyers d'accueil. Elle a constaté que le taux mensuel pour un enfant âgé de 11 ans ou plus a augmenté de 15,3 pour cent entre 1996 et 2013, tandis que l'indice des prix à la consommation a augmenté de 38,7 pour cent au cours de la même période.

« Les modifications des taux mensuels pour les familles d'accueil depuis 1996 n'ont pas suivi le même rythme que l'inflation, a déclaré Mme MacPherson. Plusieurs taux de remboursement liés aux foyers d'accueil semblent désuets. Par exemple, les allocations vestimentaires et saisonnières versées actuellement aux parents de famille d'accueil pour des articles comme les manteaux d'hiver, les bottes, les gants et les fournitures scolaires sont fondées sur un taux vieux de 10 ans. »

Elle a poursuivi en formulant plusieurs recommandations relatives au financement des foyers d'accueil.

Mme MacPherson a également indiqué que le ministère ne rend pas compte de l'efficacité de son programme des Services résidentiels pour enfants dans des rapports destinés au public. Le ministère n'a pas établi d'indicateurs de rendement mesurables ou d'objectifs de rendement pour le programme, qui sont des conditions nécessaires pour rendre compte de l'efficacité. Elle a recommandé que le ministère présente de tels renseignements sur l'efficacité dans son rapport annuel.

Le rapport déposé, aujourd'hui, contient deux volumes. Le volume I porte sur des points découlant de l'audit annuel des états financiers du gouvernement provincial et des organismes de la Couronne. Le volume II présente les résultats des projets d'optimisation des ressources achevés en 2013. Les deux volumes sont disponibles sur le site Web du Bureau du vérificateur général.

LIEN :

●    Bureau du vérificateur général