TRACADIE BEACH (GNB) – Le Bureau du défenseur des enfants et de la jeunesse et le Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick ont rendu public, aujourd'hui, le sixième Rapport sur l'état de l'enfance, à Tracadie-Beach.

La première partie du rapport, intitulée Nos enfants à coeur : Des données brutes à la responsabilité, porte principalement sur l'article 19 de la Convention relative aux droits de l'enfant des Nations Unies, qui précise que les enfants ont droit à la protection contre toute forme de violence, d'atteinte ou de brutalités physiques ou mentales, d'abandon ou de négligence, de mauvais traitement ou d'exploitation, y compris la violence sexuelle.

Elle fait aussi partie d'une discussion plus approfondie sur les façons de prévenir les préjudices à l'égard des enfants et des jeunes du Nouveau-Brunswick.

« Notre bureau collaborera avec le gouvernement, le milieu des affaires, les collectivités, les enfants et les familles afin d’élaborer une stratégie provinciale de prévention des préjudices à l'égard des enfants », a déclaré le défenseur des enfants et de la jeunesse, Norm Bossé. « L’objectif est d’élaborer cette stratégie au cours des 12 prochains mois en fonction des commentaires recueillis dans le cadre des consultations amorcées par la publication de ce rapport. »

La stratégie traitera de toutes les questions liées aux préjudices à l'égard des enfants et permettra de dresser un plan holistique de respect des droits pour le Nouveau-Brunswick, en commençant par les cas urgents d'abus, de négligence et de mauvais traitement. La stratégie visera les objectifs suivants :

●    veiller à ce que les enfants placés dans le système de protection de l'enfance soient dans un milieu sûr et sécuritaire;
●    améliorer la santé mentale des enfants et des adolescents;
●    soustraire le plus d'enfants possible à des conditions de pauvreté;
●    réduire les préjudices causés aux enfants placés dans les établissements de l'État à la suite d'un contact avec le système de justice pénale; et
●    protéger les enfants qui prennent part à des programmes communautaires à vocation artistique, culturelle, sportive, récréative, religieuse ou autre.

La deuxième partie du rapport fait ressortir des préoccupations et des facteurs de risque liés aux préjudices à l'égard des enfants et des jeunes du Nouveau-Brunswick, comme en fait foi la troisième version annuelle du Cadre des droits et du mieux-être de l'enfance qui accompagne le rapport. Voici certaines de ces préoccupations :

●    58 pour cent des jeunes de la sixième à la 12e année au Nouveau-Brunswick affirment qu'ils ont déjà été victimes d'intimidation;
●    le taux d'obésité a bondi de 23 à 28 pour cent chez les adolescents;
●    le taux d'hospitalisation des enfants et des jeunes de la province relativement à des troubles comportementaux et d'apprentissage est plus de trois fois supérieur à la moyenne nationale; et
●    le Nouveau-Brunswick a le quatrième taux le plus élevé parmi les 10 provinces canadiennes en ce qui a trait aux enfants et aux jeunes qui sont victimes de violence familiale.

« Le portrait annuel que dresse le Cadre des droits et du mieux-être de l'enfance est un outil important pour surveiller ce qui se passe à l'échelle provinciale », a affirmé le directeur général du Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick, Stéphane Robichaud. « Cet outil nous aide à développer une culture qui permettra d'améliorer le mieux-être de tous les enfants et de tous les jeunes du Nouveau-Brunswick. »

Le rapport contient également un document de consultation visant à inciter les Néo-Brunswickois à participer à un exercice collectif de réflexion, à informer la population et à guider la stratégie provinciale de prévention des préjudices à l'égard des enfants.

« En incitant la population à prendre part à une discussion sur la prévention des préjudices, nous voulons nous assurer que nos enfants grandissent dans un milieu où règnent la résilience, le respect, le bonheur et la santé, a dit M. Bossé. Quand nous nous acquittons de notre responsabilité collective en faisant preuve de compréhension et de détermination et en posant des gestes concrets, nous pouvons améliorer la vie des enfants. Protéger les enfants contre les préjudices constitue un bon point de départ pour cette transformation sociale. »

En élaborant cette stratégie, le Bureau du défenseur des enfants et de la jeunesse mettra l'accent sur le besoin de consulter les enfants et les jeunes du Nouveau-Brunswick qui ont été victimes de brutalité, de négligence ou de mauvais traitements. Toutes les personnes qui souhaitent fournir des conseils ou parler de leur expérience sont invitées à communiquer avec le Bureau du défenseur des enfants et de la jeunesse.

« Nous croyons que le Nouveau-Brunswick peut et devrait être un chef de file mondial en respectant les droits des enfants, en leur permettant de faire entendre leur voix, en garantissant l'égalité des chances à tous les enfants, et en les protégeant des préjudices », a affirmé M. Bossé.