FREDERICTON (GNB) – Le gouvernement provincial a présenté une approche globale à plusieurs volets visant à aborder l'intimidation dans les écoles.  

Le ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance, Jody Carr, a présenté aujourd’hui des modifications à la Loi sur l’éducation en vue de mettre davantage l'accent sur la prévention, la dénonciation, les enquêtes et les mesures à prendre en cas d'intimidation dans le système scolaire.

Les modifications comprennent la définition de l'intimidation comme une inconduite grave, pour inclure également les incidents qui se produisent en dehors des heures scolaires et à l’extérieur de l'école dans la mesure où ils affectent le climat scolaire.   L’approche prévoit aussi la production d’un rapport annuel par le ministre et les conseils d'éducation de district, l’instauration d'une discipline clairement définie et des protocoles d'intervention, ainsi que le renforcement du rôle et des responsabilités des directions d'école, des éducateurs, des parents et des comités parentaux d'appui à l'école.

Les directions d'école devront en outre signaler les cas d'inconduite grave au directeur général du district. Elles devront s'assurer qu'un plan visant à créer un milieu propice à l'apprentissage et au travail en milieu scolaire est établi et mis en œuvre en collaboration avec les élèves, les enseignants et les comités parentaux d'appui à l'école.

« Ces dispositions législatives rehausseront la responsabilité partagée à tous les niveaux du système scolaire, a déclaré M. Carr. De cette façon, les écoles auront une approche constante sur la façon de procéder dans une situation d’intimidation.»

En plus des modifications à la loi, le ministre a annoncé diverses mesures qui seront prises par le ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, notamment la nomination de deux coordonnateurs provinciaux de la lutte contre l'intimidation et l’instauration d’une semaine annuelle de la prévention et de la sensibilisation à l'intimidation.

Les deux coordonnateurs provinciaux de la lutte contre l'intimidation, un pour chaque secteur linguistique, seront embauchés pour superviser la prévention de l'intimidation et les efforts de sensibilisation dans les districts, y compris pour s'assurer que les protocoles sont en place et suivis de près.

Ces initiatives font suite aux travaux du Comité consultatif ministériel sur le milieu propice à l'apprentissage et au travail.

Lorsque le comité aura soumis ses recommandations finales, le ministère entend rendre public un plan d'action général qui servira de complément aux dispositions annoncées aujourd’hui.

« Pour remédier au problème de l'intimidation, il faut une solution à volets multiples et la collaboration de tous les intervenants, a affirmé M. Carr. Le gouvernement provincial continue d'appuyer les initiatives de lutte contre l'intimidation à tous les niveaux du système scolaire en travaillant avec les districts scolaires, les écoles, les directions d'école, les éducateurs, les élèves, les parents et les collectivités en vue d'établir une approche à plusieurs phases qui permet de créer des milieux d'apprentissage et de travail sains et sécuritaires. »