FREDERICTON (CNB) - La vérificatrice générale a déposé aujourd’hui en Chambre son rapport sur l’examen des  commissions d'épuration des eaux usées de la province.

L’examen a été entrepris en réponse à des préoccupations exprimées par des particuliers et par un ancien ministre de l’Environnement.

La vérificatrice générale a examiné les pratiques de gouvernance, de reddition de comptes et de gestion financière des trois plus grandes commissions d'épuration des eaux usées de la province, soit la Commission d'épuration des eaux usées du Grand Moncton, la Commission des égouts de Shediac et banlieues et la Commission de contrôle de la pollution de la région de Fredericton.

Lors de la comparaison des trois commissions, des écarts importants dans les dépenses effectuées et les réserves ont été constatés pour la Commission d'épuration des eaux usées du Grand Moncton.

Le rapport reconnaît que la Commission d'épuration des eaux usées du Grand Moncton offre un service valable aux villes de Moncton, de Dieppe et de Riverview et qu'elle a acquis une reconnaissance nationale et internationale depuis sa mise sur pied en 1983. La vérificatrice générale a cependant exprimé des préoccupations quant aux pratiques du conseil en matière de gouvernance, à l’obligation de rendre compte de la Commission et aux pratiques financières discutables.

Elle a formulé des recommandations au ministère de l’Environnement concernant la Loi sur l'assainissement de l'environnement, selon laquelle les commissions furent créées, afin de renforcer la gouvernance et la reddition de comptes des commissions d'épuration des eaux usées de la province.

 À la lumière de ses constatations, la vérificatrice générale recommande également que le ministère de l’Environnement consulte les trois administrations municipales afin d’évaluer la composition du conseil de la commission.

Le  rapport est disponible dans son intégralité sur le site internet du bureau du vérificateur général.

LIEN :