FREDERICTON (CNB) - Selon la conclusion tirée par un cabinet international de consultants en économie dans son rapport publié aujourd'hui, les Néo-Brunswickois bénéficierait d'importantes économies sur les tarifs grâce à la nouvelle entente énergétique.

Le cabinet NERA Economic Consulting a réexaminé son analyse initiale sur les économies de tarifs afin de déterminer quelles seraient les incidences des changements annoncés dans l'entente sur les abonnés du Nouveau-Brunswick.

D'après le rapport présenté aujourd'hui à l'Assemblée législative par le ministre de l'Énergie, Jack Keir, les abonnés réaliseraient des économies d'environ cinq milliards de dollars dans le cadre de l'entente sur l'énergie conclue avec Hydro-Québec.

« Les tarifs résidentiels de l'entente modifiée seront inférieurs à ceux du scénario de l'entité autonome en raison du gel des tarifs pendant cinq ans, et cette économie croît sur la période de cinq ans », a affirmé NERA dans son rapport.

De plus, NERA confirme que les clients résidentiels et les petites entreprises recevront plus du double des économies des clients industriels au titre de l'entente définitive.

NERA précise aussi que les abonnés résidentiels et commerciaux bénéficieront de 68 pour cent des économies, alors que les usagers industriels du Nouveau-Brunswick profiteront des 32 pour cent qui restent.

NERA a constaté que les abonnés jouiraient de tarifs moins élevés, car l'entente énergétique protégerait Énergie NB des futures dépenses en capital substantielles, de la hausse des prix du carburant et des coûts potentiellement importants associés à la réduction des émissions de gaz carbonique.

Tel qu'il a été annoncé en janvier, Énergie NB demeurera une corporation appartenant au gouvernement du Nouveau-Brunswick. Le Nouveau-Brunswick touchera une somme de 3,2 milliards de dollars et profitera d'un approvisionnement en électricité propre, abordable et sûre, en quantité suffisante pour répondre à ses besoins existants, pour toujours.

« La réduction des tarifs est possible grâce au remplacement des coûts prévus de l'électricité produite dans les centrales existantes d'Énergie NB par les tarifs inférieurs de la réserve traditionnelle d'Hydro-Québec », précise NERA dans son rapport.