FREDERICTON (GNB) – Le comté de York a été reconnu comme une nouvelle zone à risque abritant des populations établies ou émergentes de tiques à pattes noires.

« Les morsures de tiques à pattes noires infectées peuvent transmettre la bactérie qui cause la maladie de Lyme », a déclaré la médecin-hygiéniste en chef, la Dre Jennifer Russell. « Vous courrez de plus grands risques d’être en présence de tiques à pattes noires dans les endroits où des populations sont établies ou semblent être établies. »

Les zones à risque sont délimitées à l’échelle des comtés parce qu’il est difficile de définir les limites géographiques exactes des populations de tiques.

« Il est important de prendre garde aux tiques, a affirmé la Dre Russell. Réduisez vos risques de contracter une maladie transmise par les tiques en vous protégeant lorsque vous habitez ou visitez une zone à risque. »

La population est invitée à suivre les lignes directrices suivantes pour se protéger contre les morsures de tiques :

•              Utilisez des insectifuges qui sont efficaces contre les tiques et approuvés par Santé Canada.

•              Évitez les zones où des tiques sont présentes. Marchez au milieu des sentiers et évitez le contact avec les herbes hautes, les arbustes ligneux, les feuilles mortes et les brindilles.

•              Couvrez-vous pour protéger votre corps contre les tiques. Portez de grandes chaussettes, un pantalon long et un chandail à manches longues.

•              Rendez votre terrain moins attrayant pour les tiques. Tondez la pelouse et placez l’équipement de jeu en plein soleil et loin des bordures.

•              Vérifiez la présence de tiques.

-       Vérifiez tout votre corps ainsi que celui de votre enfant après être sorti. Les tiques à pattes noires sont très petites et vous devez regarder attentivement. Vérifiez le cuir chevelu et le cou, l’intérieur et l’arrière des oreilles, le dos, les aisselles, la région pelvienne, dans le nombril, autour de la taille, entre les jambes et derrière les genoux.

-       Inspectez vos vêtements, votre équipement d’extérieur et vos animaux de compagnie et enlevez les tiques avant de revenir à l’intérieur.

-       Prenez une douche ou un bain dans les deux heures qui suivent votre sortie pour vous aider à trouver les tiques.

•              Enlevez les tiques avec précaution.

•              Enlevez toute tique accrochée immédiatement. Enlever la tique dans les 24 heures suivant la morsure prévient généralement l’infection.

•              Utilisez des pinces à échardes ou l’un des nombreux dispositifs de retrait de tiques en vente. Avec les pinces, saisissez la tête de la tique aussi près que possible de la peau. Tirez vers le haut doucement, en exerçant une pression soutenue.

•              Agissez si vous observez des symptômes de maladies transmises par les tiques.

-       Si vous êtes mordu par une tique, restez à l’affût des premiers symptômes de la maladie de Lyme ou de toute autre maladie transmise par les tiques. Les premiers symptômes peuvent comprendre de la fièvre, des douleurs (maux de tête, fatigue, douleurs musculaires et articulaires), ainsi que des éruptions cutanées (une éruption cutanée caractéristique appelée érythème migrant peut apparaître avec la maladie de Lyme).

-       Les symptômes de la maladie de Lyme peuvent apparaître au plus tôt trois jours après la morsure d’une tique et jusqu’à 30 jours après. Consultez votre médecin de famille si vous constatez une éruption cutanée ou des symptômes grippaux. La maladie de Lyme est traitée au moyen d’antibiotiques et d’un traitement précoce.

Des renseignements supplémentaires sur les maladies associées aux tiques et sur les mesures à prendre pour vous protéger sont disponibles en ligne. Une carte à jour des zones à risque est également disponible en ligne.

Cette année est la deuxième d’un programme de deux ans mené par les gouvernements provincial et fédéral visant à accroître la surveillance sur le terrain et la collecte de tiques.

Le comté de York s’ajoute aux comtés de Charlotte, Kings, Saint John, Westmorland et Albert dans la liste des régions du Nouveau-Brunswick qui sont considérées comme des zones à risque.