FREDERICTON (GNB) – Un groupe de travail interministériel continue de collaborer avec ses partenaires afin de faire face à l’utilisation abusive et aux surdoses d’opioïdes au Nouveau-Brunswick.

« Votre gouvernement est préoccupé par la crise des opioïdes qui sévit actuellement dans de nombreuses régions du pays », a déclaré le ministre de la Santé, Victor Boudreau. « Voilà pourquoi nous avons mis sur pied un groupe de travail interministériel chargé de fournir une expertise et une surveillance pour l’élaboration de lignes directrices et de plans de prévention, de surveillance, de préparation et d’intervention en ce qui concerne la consommation d’opioïdes au Nouveau-Brunswick. »

Les opioïdes sont des médicaments utilisés pour traiter la douleur d’intensité modérée à aiguë. La plupart des opioïdes sont vendus sur ordonnance seulement; la dose et le type prescrits peuvent varier d’un patient à l’autre. La consommation abusive de médicaments sur ordonnance a de nombreux effets dangereux et imprévisibles, y compris la dépendance, la surdose et la mort.

Le fentanyl est une drogue synthétique qui peut être jusqu’à 100 fois plus puissante que les autres opioïdes. Ce médicament sur ordonnance est généralement utilisé pour gérer la douleur.

L’émergence du fentanyl sur le marché des drogues illicites est particulièrement préoccupante, car sa puissance élevée augmente considérablement les risques de surdose, surtout lorsqu’il est mélangé à d’autres drogues vendues dans la rue.

« Les opioïdes, notamment le fentanyl, ont des effets dévastateurs dans l’ensemble du Canada », a affirmé la médecin-hygiéniste en chef par intérim, la Dre Jennifer Russell. « En collaborant avec ses partenaires provinciaux, le Bureau du médecin-hygiéniste en chef souhaite promouvoir et renforcer les stratégies de prévention, de sensibilisation et d’intervention face à ce problème de santé publique croissant. »

Afin de contribuer à la lutte contre les surdoses d’opioïdes, le groupe de travail provincial met l’accent sur cinq secteurs principaux : la surveillance; les ressources et l’information; les interventions en matière de traitement, la sensibilisation et l’évaluation; l’équipement de protection individuelle pour les premiers intervenants et les intervenants de première ligne; et les communications publiques.

Dans le cadre du travail relatif aux interventions en matière de traitement, le gouvernement provincial étudie les possibilités de rendre la naloxone disponible aux populations vulnérables. La nalaxone est un médicament qui peut arrêter une surdose d’opioïdes ou annuler ses effets. De plus amples renseignements seront disponibles au cours des prochains mois.

Le groupe de travail, auquel participent divers ministères, les régies régionales de la santé, Ambulance Nouveau-Brunswick, la Gendarmerie royale du Canada et des groupes autochtones et communautaires, est à l’œuvre depuis plusieurs mois déjà.

De plus amples renseignements, y compris un rapport du gouvernement provincial et un rapport du gouvernement fédéral sur les décès possiblement liés à une surdose d’opioïdes, sont disponibles en ligne.