Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Qui est une joueuse ou un joueur compulsif?

Une joueuse ou un joueur compulsif est une personne qui :

  • est souvent préoccupée par le jeu ou par des moyens d'obtenir de l'argent en vue de jouer;
  • joue des sommes plus importantes et pendant des périodes plus longues que prévues;
  • a besoin d'augmenter l'importance et la fréquence de la mise afin d'obtenir le sentiment d'exaltation recherché;
  • éprouve de la nervosité et de l'irritabilité lorsqu'elle ne peut pas jouer;
  • perd de l'argent très souvent au jeu, mais retourne jouer le lendemain afin de gagner l'argent perdu (la poursuite);
  • essaie régulièrement de réduire les périodes de jeu ou de cesser complètement de jouer;
  • joue fréquemment lorsqu'elle doit rencontrer des exigences sociales ou professionnelles;
  • renonce à des activités sociales, professionnelles ou récréatives importantes pour jouer et;
  • continue de jouer malgré son incapacité de payer les dettes accumulées, ou malgré les problèmes sociaux, légaux ou professionnels sérieux qu'elle doit affronter même si elle est consciente qu'ils sont amplifiés par le jeu.

La personne qui a un problème avec le jeu manifeste beaucoup de ces comportements bien avant qu'elle ne subisse une crise financière importante.

Le phénomène du jeu comprend un cycle de trois étapes :

La période gagnante

  • Lorsque la joueuse ou le joueur gagne, elle ou il se sent chanceux, important et s'aime bien.
  • Ces personnes ont beaucoup d'amour-propre.
  • Les quelques pertes occasionnelles sont considérées comme une malchance.

La période perdante

  • Lorsque les pertes deviennent plus fréquentes, la joueuse ou le joueur perd sa confiance, commence à emprunter de l'argent pour essayer de gagner ce qu'il ou elle a perdu et cache ses pertes en empruntant des sommes plus importantes.
  • À ce moment, les mensonges, les emprunts frauduleux, l'absentéisme, les disputes familiales et les changements d'emplois sont des indices courants d'un problème.

La période désespérée

  • La joueuse ou le joueur est obsédé par l'idée de se refaire, de gagner de l'argent pour rendre l'argent volé, les retraits cachés des comptes de banque familiaux et les emprunts secrets.
  • La joueuse ou le joueur panique à l'idée de ne plus savourer l'action du jeu s'il perd son crédit ou s'il ne peut plus trouver quelqu'un pour le dépanner.
  • La joueuse ou le joueur peut éprouver de violentes sautes d'humeur et pourrait contempler le suicide comme moyen de s'en sortir.

Espoir de rétablissement

Le jeu compulsif est un désordre psychologique que l'on peut diagnostiquer et traiter et qui touche le joueur ou la joueuse, sa famille, son employeur et sa collectivité. Ce désordre s'appelle «la maladie invisible» puisque l'haleine n'a pas d'odeur, il n'y a pas de faux pas ni de voix hésitante. Pourtant, c'est un désordre aussi débilitant qu'un problème d'alcool ou de drogue.

Questions reliées au jeu compulsif

Voici une série de questions que vous pouvez vous poser si vous croyez avoir un problème de jeu :

  1. Avez-vous déjà perdu du temps au travail à cause du jeu?
  2. Est-ce que le jeu a déjà rendu votre vie familiale malheureuse?
  3. Est-ce que le jeu nuit à votre réputation?
  4. Avez-vous déjà ressenti des remords après avoir joué?
  5. Avez-vous déjà joué dans le but d'obtenir de l'argent avec lequel vous pourriez régler des dettes ou autrement résoudre des problèmes financiers?
  6. Est-ce que le jeu a causé une diminution de votre ambition ou de votre efficacité?
  7. Après avoir perdu, avez-vous ressenti le besoin de retourner aussitôt que possible en vue de regagner vos pertes?
  8. Après avoir gagné, avez-vous ressenti le besoin urgent de retourner et gagner davantage?
  9. Avez-vous souvent joué jusqu'à votre dernier sou?
  10. Avez-vous déjà emprunté de l'argent pour financer votre jeu?
  11. Avez-vous déjà vendu quelque chose pour financer votre jeu?
  12. Avez-vous hésité à utiliser votre «argent de jeu» pour des dépenses normales?
  13. Est-ce que le jeu vous a porté à négliger votre bien-être et celui de votre famille?
  14. Avez-vous déjà joué plus longtemps que vous l'aviez prévu?
  15. Avez-vous déjà joué pour échapper aux soucis ou aux problèmes?
  16. Avez-vous déjà commis ou considéré commettre un acte illégal pour financer votre jeu?
  17. Est-ce que le jeu fut la cause d'insomnie chez vous?
  18. Est-ce que les arguments, les désappointements ou les frustrations suscitent en vous un besoin urgent de jouer?
  19. Avez-vous déjà éprouvé un besoin urgent de célébrer un événement heureux en jouant pendant quelques heures?
  20. Avez-vous déjà considéré l'autodestruction comme résultat de votre jeu?

Si vous avez répondu «oui» à au moins sept des vingt questions, vous pourriez avoir un problème de jeu.