Gouvernement du Nouveau-Brunswick
  • écoutez attentivement la personne;
  • demandez-lui si elle a déjà été malheureuse pendant de longues périodes et rassurez-la en lui disant que les choses vont changer;
  • soyez tout particulièrement inquiet si la personne consomme de l’alcool ou
    des drogues de façon abusive car son jugement pourrait être compromis;
  • demandez-lui si elle songe au suicide;
  • donnez-lui le numéro de téléphone de la ligne d’aide CHIMO et assurez-vous qu’elle place un appel;
  • restez avec la personne. Organisez une activité ensemble;
  • avisez un adulte responsable ou quelqu’un en qui vous avez confiance dès que possible si la personne est suicidaire et qu’elle refuse de l’aide;
  • faites es projets concrets avec la personne pour le lendemain de façon à ce qu’elle
    ait une raison de vivre. 
 

Que dire à une personne en détresse

  • « Je suis là. »
  • « Je veux savoir ce qui te préoccupe. »
  • « Tu es important pour moi. »
  • « On peut discuter et essayer d’arranger les choses. »
  • « C’est difficile en ce moment, mais ça va aller mieux. Tiens bon. Je vais t’aider. »
  • « Ça me ferait beaucoup de peine si tu te faisais mal. Je ne veux pas que tu meures. »
  • « Si je ne peux pas t’aider, je peux trouver quelqu’un qui pourra. »
  • « Il n’y a personne ou rien d’assez important pour que tu te suicides. »
 

Évitez

  • d’ignorer la personne;
  • de l’abaisser;
  • de changer de sujet;
  • d’essayer de régler la situation par vous-même si la personne
    ne réagit pas à vos efforts en vue de l’aider;
  • de suggérer des médicaments ou de l’alcool comme solution.

L’alcool et/ou les médicaments contribuent fréquemment au suicide. Soyez très attentif si la personne consomme des médicaments ou de l’alcool pour régler ses problèmes.

 

 

Pour obtenir de l’aide, contactez

  • le centre de santé mentale communautaire de votre région;
  • le service d’urgence de l’hôpital le plus près;
  • la ligne d’aide Chimo (24 heures) 1 800 667-5005;
  • la ligne Jeunesse j’écoute 1 800 668-6868;
  • 9-1-1 en cas d’urgence;
  • la GRC (506) 654-0489
  • l’Association canadienne pour la santé mentale;
  • les Services de santé mentale ambulatoires;
  • les médecins de famille;
  • les membres du clergé de la localité. 
 

Rappelez-vous

Si vous êtes inquiet qu’une personne ait des pensées suicidaires, écoutez-la attentivement, restez avec elle et obtenez de l’aide d’un professionnel dès que possible. Vous ne pouvez être responsable de la vie d’une autre personne - cette décision lui revient.

Toutefois, vous pouvez aider la personne à trouver d’autres solutions pour régler ses problèmes ou atténuer sa douleur.