FREDERICTON (GNB) – Le premier ministre, Brian Gallant, et le gouverneur du Maine, Paul LePage, ont rencontré le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross Jr., aujourd’hui, à Washington.

Lors de la rencontre, ils ont discuté du bois d’œuvre résineux, des échanges commerciaux, et des négociations de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) en cours.

En tant que membre haut placé du Cabinet du président Donald Trump, M. Ross est chargé des négociations menées dans le cadre de l’Accord sur le bois d'œuvre résineux. Il s’agit de la troisième rencontre entre MM. Gallant et Ross au cours de la dernière année.

« Cette rencontre nous a permis de discuter à nouveau des raisons pour lesquelles les droits appliqués à l’encontre des producteurs de bois d’œuvre résineux du Nouveau-Brunswick sont injustes et injustifiés, a déclaré M. Gallant. Le gouverneur LePage et moi avons expliqué pourquoi l’imposition de droits sur le bois d’œuvre du Nouveau-Brunswick nuit à l’économie américaine. »

En novembre, le gouvernement provincial a annoncé des initiatives visant à contrer les mesures commerciales qu’il considère injustes, que le gouvernement des États-Unis a imposées à l’industrie du bois d’œuvre résineux du Nouveau-Brunswick. Ces initiatives consistent à :

  • travailler à l’amélioration et à l’élaboration de corridors stratégiques pour accroître l’efficacité du réseau de transport pour les industries, y compris l’industrie forestière;
  • favoriser l’innovation au sein de l’industrie forestière en effectuant davantage de recherche, en multipliant les possibilités comme celles offertes par la biomasse et les biocarburants, et en faisant la promotion des marchés qui existent pour les produits du bois à valeur ajoutée du Nouveau-Brunswick, et ce, conformément aux obligations du Nouveau-Brunswick dans le cadre d’accords commerciaux internationaux;
  • travailler à protéger le secteur forestier en augmentant ses efforts pour surveiller et contrer la menace de la tordeuse des bourgeons de l’épinette, par l’entremise de partenariats continus avec l’industrie et le gouvernement fédéral;
  • travailler avec l’industrie afin de trouver de nouveaux marchés d’exportation et de réduire sa dépendance au commerce avec les États-Unis; et
  • embaucher une société d’experts pour examiner le marché forestier du Nouveau-Brunswick et, le cas échéant, formuler des recommandations appropriées pour traiter les questions relatives au Nouveau-Brunswick qui font actuellement l’objet du différend commercial entourant le bois d’œuvre résineux.

« Nous continuons d’être solidaires des producteurs de bois d’œuvre du Nouveau-Brunswick et des communautés qui dépendent de ce secteur important, et nous travaillons fort afin de lutter contre les droits imposés par les États-Unis », a dit M. Gallant.

Depuis 2014, M. Gallant et d’autres représentants gouvernementaux participent à des réunions avec le gouvernement fédéral et le gouvernement américain et militent en faveur de l’industrie du bois d’œuvre résineux du Nouveau-Brunswick. Le gouvernement provincial a formulé des propositions auprès du département du Commerce des États-Unis afin de démontrer que le marché du bois d’œuvre du Nouveau-Brunswick est ouvert, équitable et exempt de distorsion.

David Wilkins, ancien ambassadeur des États-Unis au Canada de 2005 à 2009, a été nommé envoyé spécial du Nouveau-Brunswick dans le dossier du commerce et du bois d’œuvre résineux en mai 2017, et il travaille à promouvoir les intérêts du Nouveau-Brunswick à Washington.

Le président du Conseil du Trésor, Roger Melanson, était à Boston, en avril 2017, pour discuter de la question avec des représentants du gouvernement de l’État du Massachusetts, et il a fait de même dans le cadre d’une mission de promotion à Augusta, au Maine, plus tôt ce mois-là. Le vice-premier ministre, Stephen Horsman, s’est rendu en Chine, au printemps 2017, dans le cadre d’une initiative de promotion économique et de défense des intérêts. Il y a fait la promotion de l’industrie du bois d’œuvre résineux du Nouveau-Brunswick afin d'aider les entreprises à diversifier leurs activités. Le ministre du Développement de l’énergie et des ressources, Rick Doucet, a pris part à une mission de suivi en Chine le mois dernier.

« Le commerce et les relations entre le Canada et les États-Unis demeurent au centre des préoccupations des gens du Nouveau-Brunswick, a dit M. Gallant. Nous continuerons de travailler ensemble et de préconiser une résolution aux différends commerciaux en cours entre nos pays. »

La dernière ronde de négociations de l’ALENA s’est déroulée récemment à Montréal. La septième ronde devrait commencer le 26 février au Mexique.

Le gouvernement provincial travaille avec le gouvernement fédéral, en lui expliquant comment l’ALENA touche les gens du Nouveau-Brunswick et leurs intérêts.