FREDERICTON (GNB) – Le premier ministre, Brian Gallant, a souligné les progrès accomplis par le gouvernement provincial au cours des trois dernières années relativement aux engagements pris envers la population du Nouveau-Brunswick.

« En travaillant avec les gens du Nouveau-Brunswick, notre province a connu au cours des trois dernières années sa plus forte croissance économique en 10 ans », a déclaré M. Galant.

En 2015, l’économie du Nouveau-Brunswick a affiché le troisième meilleur taux de croissance parmi toutes les provinces au Canada. En 2016, la croissance économique du Nouveau-Brunswick a été supérieure à la moyenne canadienne. On prévoit que l’économie du Nouveau-Brunswick poursuivra sa croissance en 2017.

« Depuis que nous sommes votre gouvernement, nous avons réduit de moitié le déficit budgétaire de la province, tout en investissant davantage en éducation et en santé chaque année », a dit M. Gallant.

M. Gallant a indiqué que le gouvernement travaille avec acharnement pour assurer une croissance économique constante, créer des emplois et offrir une meilleure qualité de vie aux Néo-Brunswickois et à leur famille.

Il a dit que grâce à ces efforts, l’économie provinciale est en progression :

  • En 2015, le produit intérieur brut de la province a connu la troisième plus forte croissance au Canada. En 2016, la croissance du produit intérieur brut a été supérieure à la moyenne canadienne, la croissance du produit intérieur brut réel atteignant 1,4 pour cent. Et ce, après que le Nouveau-Brunswick a connu en 2015 sa plus forte croissance économique en 10 ans.
  • La croissance observée en 2016 a dépassé la moyenne nationale et surpassé les prévisions de 0,4 pour cent que le gouvernement et les analystes économiques avaient faites lors du dépôt du budget de 2017-2018.
  • Les investissements privés en immobilisations ont fait un bond, dépassant les niveaux de 2013 en 2014 et en 2016. En 2015, ils ont atteint près de deux milliards de dollars, du jamais vu depuis 2011.
  • La rémunération hebdomadaire moyenne a augmenté de 2,3 pour cent en 2016 – comparativement à une croissance de 2,8 pour cent en 2015 – et elle a dépassé la moyenne nationale, qui s’élevait à 0,4 pour cent. À égalité avec l’Île-du-Prince-Édouard, le Nouveau-Brunswick a affiché la plus forte croissance pour la rémunération hebdomadaire moyenne à l’échelle du pays en 2016.

Les mesures suivantes ont été prises par le gouvernement provincial pour appuyer la création d’emplois :

  • réduction du taux d’imposition du revenu des petites entreprises de 33 pour cent en vue de stimuler la croissance, ce qui permet aux entrepreneurs d’investir et de créer des emplois;
  • augmentation du salaire minimum à trois reprises depuis décembre 2014 afin de mettre plus d’argent dans les poches des Néo-Brunswickois;
  • hausse de l’impôt sur le revenu des Néo-Brunswickois les plus nantis, soit un pour cent de la population, afin que le gouvernement puisse investir dans l’économie, les soins de santé et l’éducation;
  • hausse des investissements au sein du ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture ainsi que dans l’infrastructure, ce qui reflète l’engagement du gouvernement à développer le tourisme au Nouveau-Brunswick;
  • mise en œuvre et maintien de l’équité salariale dans le cadre de l’engagement continu du gouvernement visant à atteindre l’égalité pour les femmes de la province, ce qui permet d’améliorer la qualité de vie des femmes, des enfants et des familles;
  • élaboration d’une stratégie globale de cybersécurité avec les dirigeants de l’industrie, le milieu universitaire et le gouvernement pour permettre au Nouveau-Brunswick de s’établir comme plaque tournante de la cybersécurité et de créer des emplois de qualité; et
  • soutien du projet de la mine Sisson, qui créera des emplois et des possibilités d’affaires pour la province.

Le gouvernement investit dans l’éducation plus que jamais dans l’histoire de la province :

création de plans d’éducation de 10 ans afin que les jeunes aient le meilleur système d’éducation possible;

  • investissement de plus de 292 millions de dollars au cours des trois dernières années pour rénover les écoles actuelles et en bâtir de nouvelles;
  • conclusion d’un accord bilatéral de trois ans sur l’apprentissage et la garde des jeunes enfants avec le gouvernement fédéral, évalué à 71 millions de dollars;
  • création du Programme des droits de scolarité gratuits et du Programme d’allègement des droits de scolarité pour la classe moyenne afin d’offrir une aide financière immédiate aux étudiants du Nouveau-Brunswick, ce qui rend les études postsecondaires plus accessibles et plus abordables;
  • mise sur pied du Fonds d’emploi pour les jeunes afin d’offrir aux jeunes davantage de possibilités qui les encouragent à demeurer au Nouveau-Brunswick et qui leur permettent d’acquérir de l’expérience de travail pratique;
  • lancement de la stratégie Exploiter le pouvoir de la littératie : la stratégie globale du Nouveau-Brunswick en matière de littératie afin d’améliorer les niveaux de littératie dans la province; et
  • enseignement des métiers dans les écoles afin de mieux préparer les jeunes pour l’avenir, et investissement pour rénover les espaces réservés à l’enseignement des métiers dans les écoles et aménager de nouveaux locaux.

Le gouvernement contribue également à la qualité de la vie dans la province :

  • investissement de 56 millions de dollars dans le logement abordable avec le gouvernement fédéral afin que les personnes les plus vulnérables aient un chez-soi;
  • recrutement actif afin d’accroître la présence de femmes dans les postes d’influence dans la province;
  • ajout, à compter de février 2018, du jour de la Famille, un jour férié visant à reconnaître les familles néo-brunswickoises;
  • présentation de deux nouvelles lois, la Loi sur la gouvernance locale et la Loi sur l’urbanisme, qui remplacent deux anciennes lois, soit la Loi sur les municipalités et la Loi sur l’urbanisme. Cette mise à jour est la première en 40 ans et elle vise à attribuer aux gouvernements locaux des responsabilités et pouvoirs réels et adéquats;
  • modification de la Loi sur les véhicules à moteur afin d’accroître la sécurité des cyclistes en créant ce que l’on appelle la « loi d’Ellen » à la mémoire d’Ellen Watters, une cycliste du Nouveau-Brunswick qui est décédée en décembre après avoir été blessée à la suite d’une collision avec un véhicule à moteur lors d’une excursion d’entraînement, près de Sussex;
  • dépôt de la Loi sur l’intervention en matière de violence entre partenaires intimes afin d’offrir aux victimes de violence de la part d’un partenaire intime d’autres outils qui leur permettront d’accroître leur sécurité en attendant de trouver une solution plus permanente;
  • renforcement de la protection des animaux en modifiant la Loi sur la Société protectrice des animaux et de la Loi sur les municipalités;
  • élargissement du modèle de prestation des services intégrés, qui propose une équipe de professionnels de l’intervention et du soutien qui travaillent en collaboration dans la communauté pour offrir aux enfants et aux jeunes un soutien en santé mentale et en traitement des dépendances, un soutien social et affectif, ainsi que d’autres services;
  • signature d’un accord bilatéral sur la santé de 10 ans avec le gouvernement fédéral, ce qui se traduira par un investissement supplémentaire évalué à 230 millions de dollars pour les soins à domicile et la santé mentale au Nouveau-Brunswick; et
  • création du crédit d’impôt pour la rénovation domiciliaire des personnes âgées du Nouveau-Brunswick afin d’aider les aînés à rendre leur domicile plus sécuritaire et plus accessible et ainsi faire en sorte qu’elles puissent rester à la maison plus longtemps.

« Nous investissons pour aider les familles à avoir accès aux services de garde d’enfants, pour améliorer les niveaux de littératie et pour rétablir l’enseignement des métiers dans nos écoles, a affirmé M. Gallant. Nous permettons maintenant aux infirmières praticiennes, aux travailleurs paramédicaux en soins avancés, aux pharmaciens et aux sages-femmes d’assurer dans notre système de soins de santé les rôles pour lesquels ils ont été formés. »

M. Gallant a dit que le travail acharné du gouvernement est récompensé, soulignant que le Conference Board du Canada a placé le Nouveau-Brunswick en tête de son indice de la société et lui a attribué un A+ relativement à la satisfaction de vivre. Ce rapport confirme ce que les gens du Nouveau-Brunswick savent déjà, c’est-à-dire que notre province est un merveilleux endroit où vivre, travailler et élever une famille.

« Nos efforts des trois dernières années démontrent que nous écoutons, que nous comprenons ce qui est important pour la population de la province, et que nos initiatives portent leurs fruits », a déclaré la ministre des Finances, Cathy Rogers. « Nous savons que l’avenir nous réserve des défis, mais il nous réserve aussi des possibilités. En travaillant ensemble, nous continuerons à instaurer des changements positifs pour le Nouveau-Brunswick. »