FREDERICTON (GNB) – La Semaine nationale de la sécurité civile, qui se déroule du 7 au 13 mai, est l’occasion de valoriser le travail de ceux et celles qui participent à la gestion des crises et à la préparation aux situations d'urgence. Le thème de la campagne de cette année est Planifier. Préparer. Prévoir.

« La tempête de verglas de janvier a démontré, plus que jamais, le risque de voir davantage d'événements majeurs toucher gravement nos communautés », a déclaré le ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Denis Landry. « Nous reconnaissons l'importance d'une préparation adéquate afin de travailler ensemble pour répondre aux besoins de tous les Néo-Brunswickois en situation d'urgence. »

M. Landry a dit que le gouvernement provincial demeure déterminé à améliorer la préparation et la résilience du Nouveau-Brunswick.

Il a indiqué que le gouvernement a lancé un processus d’analyse après action, y compris la tenue de réunions publiques, afin de tirer des leçons de la tempête de verglas. L’analyse est dirigée par la greffière du Conseil exécutif et chef de la fonction publique, Judy Wagner. Son rapport, assorti de recommandations, doit être terminé d’ici juillet.

M. Landry a souligné le rôle joué par l'Organisation des mesures d'urgence du Nouveau-Brunswick afin d’améliorer la préparation des collectivités aux situations d'urgence.

« Avec des coordonnateurs dans toutes les régions de la province et en offrant de la formation aux premiers intervenants, au personnel municipal et à toute personne impliquée dans une situation d'urgence, l’Organisation des mesures d’urgence du Nouveau-Brunswick aide à améliorer la capacité de notre province à répondre aux crises majeures », a dit M. Landry.

En plus d’assurer la coordination de la préparation en cas d’urgence, l’Organisation des mesures d’urgence du Nouveau-Brunswick coordonne les opérations provinciales d’intervention en cas d’urgence. Elle travaille à l’échelle provinciale, régionale et municipale pour veiller à ce que les communautés soient protégées. Elle s’occupe aussi de la gestion des programmes d’aide financière en cas de catastrophe lors des efforts de rétablissement.

« Les programmes d'aide financière en cas de catastrophe sont un élément clé des efforts de rétablissement en cas de crise, a affirmé M. Landry. Au cours des 25 dernières années, 25 catastrophes naturelles ont frappé le Nouveau-Brunswick, ce qui a exigé plus de 196 millions de dollars d'investissements dans les efforts de rétablissement. »

Le directeur de l’Organisation des mesures d’urgence du Nouveau-Brunswick, Greg MacCallum, a rappelé aux personnes et aux familles du Nouveau-Brunswick qu’il est important de se préparer activement aux situations d'urgence.

« Une urgence peut se produire n'importe où, à tout moment, et souvent avec peu ou pas d'avertissement, a-t-il dit. Tout le monde a un rôle à jouer en étant prêt à s’assurer que les familles et les communautés du Nouveau-Brunswick sont en sécurité. »

M. MacCallum a indiqué que chaque ménage devrait déterminer les risques possibles dans sa région, et avoir un plan d'urgence et une trousse d'urgence à sa disposition.

Une trousse d'urgence de base devrait inclure des articles essentiels pour répondre aux besoins d’une famille pendant 72 heures, comme de l’eau, de la nourriture, une radio à piles, des lampes de poche et une trousse de premiers soins. Les familles devraient aussi prévoir les articles nécessaires pour répondre à des besoins spéciaux, tels que des médicaments sur ordonnance, des couches pour bébé ou des préparations pour nourrissons.

De plus amples renseignements sur la préparation aux situations d'urgence de 72 heures sont disponibles sur le site Web de l’Organisation des mesures d’urgence du Nouveau-Brunswick.