Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Direction de l'égalité des femmes
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrite.
Vous n’êtes plus intéressée? Se désabonner
  Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB

Newsletter Banner-F

 

WOMEN FEMMES NB

 

 

DANS CE NUMÉRO :

Article en vedette :
Le gouvernement provincial appuie les groupes d’intervenantes travaillant à la prévention de la violence

Avis

Le saviez-vous ?

Actualités :
    - 
Signature d’une déclaration visant à souligner la Semaine du respect en milieu de travail au N.-B.
    -  Un groupe du Nouveau-Brunswick veut faire face à la traite des personnes
    -  Le 15 septembre marque la Journée des droits de la personne du Nouveau-Brunswick

Réflexions

 

Le gouvernement provincial appuie les groupes d’intervenantes travaillant à la prévention
de la violence

Le gouvernement provincial a appuyé les groupes d’intervenantes travaillant dans le domaine de la prévention de la violence dans le but d’aider les femmes et les familles du Nouveau-Brunswick.

« Les femmes et les enfants qui quittent une relation de violence ont besoin du soutien de leur communauté et de leur gouvernement afin de refaire leur vie, à l’abri de la violence », a déclaré le premier ministre, Brian Gallant, qui est également ministre responsable de l’Égalité des femmes.

En visitant les groupes d’intervenantes, M. Gallant a eu l’occasion de voir de ses propres yeux ce que ces groupes accomplissent et de réitérer l’engagement du gouvernement à aider les femmes et les familles.

« La violence envers les femmes continue d’être un problème sociétal grave, qui a une incidence profonde sur la qualité de vie ainsi que sur l’avenir social et économique de la province », a affirmé M. Gallant.

Il y a 13 maisons de transition et cinq programmes de logement de deuxième étape, ainsi qu’un centre pour les victimes d’agression sexuelle à Fredericton et une équipe d’intervention en cas d’agression sexuelle à Saint John.

« Surmonter les répercussions de la violence prend du temps et du courage, a dit M. Gallant. Avec des services de soutien et un logement abordable, les femmes et leurs enfants peuvent s’établir dans un environnement sain et sécuritaire et amorcer le processus de guérison. Nous sommes fiers de travailler avec des organismes communautaires qui œuvrent pour faire de notre province un endroit plus sécuritaire, rentable et durable pour les femmes et les familles. »

Cet été, M. Gallant a visité des logements faisant partie des programmes de logement de deuxième étape dans l’ensemble de la province, y compris le Carrefour pour femmes à Moncton; la Maison Oasis dans le comté de Kent; la Maison de l’espoir du Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour; Liberty Lane à Fredericton; Second Stage Safe Haven à Saint John, ainsi que l’équipe d’intervention en cas d’agression sexuelle de Saint John.

En 2015-2016, par l’entremise de la Direction de l’égalité des femmes, le gouvernement provincial a fourni un soutien financier de 330 000 dollars aux programmes de ces cinq établissements. Une somme supplémentaire de 50 000 dollars a été accordée à l’équipe d’intervention en cas d’agression sexuelle de la grande région de Saint John, située au centre de santé communautaire St. Joseph’s.

De nombreuses femmes cherchant à échapper à la violence n’ont pas suffisamment de revenus pour obtenir un logement et, ainsi, retournent souvent dans une situation de violence conjugale. Les logements de deuxième étape soutiennent les femmes et leurs enfants en leur offrant un logement abordable et un soutien individuel et collectif, ainsi qu’un soutien aux enfants, pour une période d’environ un an.

En 2013-2014, 51 femmes et 53 enfants ont habité dans un logement de deuxième étape au Nouveau-Brunswick. Le ministère du Développement social offre un supplément de loyer pour ces logements en fonction du revenu. Il existe 34 logements de deuxième étape dans la province.

La mise en œuvre de la Stratégie provinciale en matière d’agression sexuelle relève du Centre pour les victimes d’agression sexuelle de Fredericton.

L’équipe d’intervention en cas d’agression sexuelle de la grande région de Saint John offre un soutien bénévole, 24 heures par jour, aux hommes et aux femmes ayant survécu à des sévices sexuels et qui sont âgés de plus de 16 ans.

http://www2.gnb.ca/content/gnb/fr/nouvelles/communique.2015.09.0861.html

Retour en haut

 

AVIS

La Coalition contre l’abus dans les relations (CCAR) tiendra une activité vin et mets le mercredi 23 septembre dans la salle Cocoa de la Caserne de la rivière chocolat de Fundy.  La CCAR invite d’éventuels commanditaires, donateurs, et participants à se joindre à eux pour cette activité. À ce titre, vous serez en mesure d’aider à fournir des ressources qui appuient la prestation de services d’intervention gratuits aux clients dans le besoin.  Démontrez aux amis de la CCAR, à vos voisins et à vos collègues que vous supportez les services d’intervention auprès de personnes dans le besoin et devenez un commanditaire ou un donateur.  Les billets sont disponibles a un cout de 100$/billet ou une table (10 billet) pour 900$.  http://www.coalitionagainstabuse.com/  (506) 855-7222

Rencontre avec les membres et le personnel du Forum de concertation Les voix des femmes du Nouveau-Brunswick.  Le 3 octobre,  12 h à 13 h 30, Four Points by Sheraton (100, rue Rice) Edmundston, Un diner gratuit sera servi. Inscription préalable de préférence, mais les personnes non inscrites peuvent quand même assister à l'activité. Les membres et le personnel seront disposées à participer à des discussions informelles (individuelles ou en petits groupes) durant le diner. Renseignements : forum@gnb.ca ou 1-844-462-5179.  http://www.voixfemmesnb-voiceswomennb.ca/

La 3ème Conférence mondiale des maisons d'hébergement pour les femmes victimes de violence se tiendra du 3 au 6 novembre 2015 à La Haye, aux Pays-Bas. Remplissez le formulaire d’enregistrement (cliquez ici).  http://www.worldshelterconference.org/fr/  

Place au Débat demande à tous les partis politiques de s’engager à soulever la question de l’égalité des sexes et celle des droits des femmes à chaque étape de la campagne électorale, notamment de façon proactive au cours de chaque débat électoral. Signez la pétition ou visitez le lien pour en savoir plus : http://placeaudebat.ca/

Perspectives actuelles au sein des organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick : Les femmes et les hommes les plus qualifiés et ayant une intégrité personnelle et professionnelle des plus élevées sont invités à poser leur candidature pour rendre service au public au sein des organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick. Pour plus d'informations, consultez le lien suivant : Opportunités actuelles d'OCC

Forum de concertation – Les voix des femmes du Nouveau-Brunswick – Contactez-nous : Édifice Sartain MacDonald, 551, rue King, Bureau 103,  Fredericton NB E3B 1E7, T. 506.462.5179, 1-844-462-5179,  F. 506.462.5069, C. forumdesfemmes@gnb.ca,  www.voixfemmesnb-voiceswomennb.ca

Retour en haut
 

Text images4

 

Les taux de suicides sont bien plus élevés chez les hommes et les garçons – quatre fois l’incidence que chez les femmes et les filles en 2012 au Nouveau-Brunswick – mais plus de filles et de femmes tentent de se suicider, et ce dans presque tous les groupes d’âge. Parmi les jeunes de 15 à 19 ans, le taux d’hospitalisation suite à une tentative de suicide est trois fois plus élevé chez les filles que chez les garçons – 214 cas pour 100 000 filles, comparativement à 59 pour 100 000 garçons [2011].
 

Visitez le Profil Égalité 
et envoyez-nous vos commentaires ICI

Retour en haut

Text images3

 

Actualités :

Signature d’une déclaration visant à souligner la Semaine du respect en milieu de travail au N.-B.

La déclaration suivante a été émise, [le 9 septembre], par le premier ministre, Brian Gallant, qui est également ministre responsable de l’Égalité des femmes :

Le respect constitue une valeur fondamentale dans les milieux de travail au Nouveau-Brunswick. Pour souligner cette réalité ainsi que l’importance d’avoir des milieux de travail sains et sécuritaires qui sont exempts de discrimination et de harcèlement, la semaine du 7 au 11 septembre a été désignée comme la Semaine du respect en milieu de travail au Nouveau-Brunswick.

Il s’agit non seulement de la bonne chose à faire, mais nous croyons également que des milieux de travail plus harmonieux peuvent être plus productifs, contribuant ainsi à stimuler notre économie.

L’intimidation en milieu de travail est une forme de harcèlement consistant en un comportement subtil ou manifeste qui est persistant et répété, dangereux, indésirable, humiliant, intimidant ou apte à entraîner l’isolement et qui comprend le contrôle et l’abus de pouvoir.

La Semaine du respect en milieu de travail est une occasion pour les gens de travailler ensemble afin d’arriver à mieux comprendre et prévenir l’intimidation et d’autres formes de violence ou d’abus en milieu de travail.

Un milieu de travail sain et respectueux, c’est bon pour les affaires. Cela peut être avantageux pour les employés et les employeurs, car cela contribue à accroître la productivité et à améliorer le moral, ce qui aide à créer des conditions propices à la croissance économique et à améliorer la vie des familles.

Dans le cadre de cette initiative, une série de conférences publiques gratuites portant sur le respect au travail sera organisée par l’équipe sur la violence et l’abus en milieu de travail du Centre Muriel McQueen Fergusson pour la recherche sur la violence familiale. L’événement aura lieu à la Bibliothèque publique de Fredericton le 10 septembre.

L’intimidation en milieu de travail touche tout le monde. En tant que premier ministre et ministre responsable de l’Égalité des femmes, j’encourage chaque Néo-Brunswickoise et Néo-Brunswickois à s’opposer à toute forme de violence et d’abus pour montrer que de tels comportements ne seront pas tolérés en milieu de travail, à la maison ou dans la communauté.

http://bit.ly/1QZelpA
http://bit.ly/1iLPZog

 

Un groupe du Nouveau-Brunswick veut faire face à la traite des personnes

Un groupe du Nouveau-Brunswick travaille présentement avec la province et les corps policiers pour élaborer une stratégie afin de faire face à la question de la traite des personnes et de déterminer à quel point il s'agit d'un problème au Nouveau-Brunswick.

L'Alliance Pro-jeunesse a lancé un projet de trois ans avec l'aide financière de Condition féminine Canada, qui a déboursé 200 000 $.

Le président-directeur général de l'Alliance Pro-jeunesse, John Sharpe, soutient que l'organisation sait que les jeunes femmes du Nouveau-Brunswick sont attirées dans la prostitution, mais pas de manière précise.

M. Sharpe dit qu'une grande partie du projet sera de recueillir les données dont ils ont besoin pour résoudre le problème.

Martine Stewart, du Groupe de travail du Nouveau-Brunswick sur la traite des personnes, soutient que dans la plupart des cas, les jeunes femmes et les filles sont attirées hors du Nouveau-Brunswick pour travailler dans le commerce du sexe au Québec ou plus à l'ouest.

Le défenseur des enfants et de la jeunesse du Nouveau-Brunswick, Norman Bossé, dit qu'il ne traite pas des cas spécifiques de traite des personnes, mais croit que si ça se passe ailleurs, alors il est probable que ça se passe au Nouveau-Brunswick aussi.

http://bit.ly/1FtYaPO

 

Le 15 septembre marque la Journée des droits de la personne du Nouveau-Brunswick

La déclaration suivante a été émise, [le 14 septembre], par le président de la Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick, Randy Dickinson, à l'occasion de la Journée des droits de la personne :

Depuis 2002, la journée du 15 septembre commémore officiellement la reconnaissance des droits de la personne dans l’ensemble des communautés de la province et souligne l’entrée en vigueur, le 15 septembre 1967, de la Loi sur les droits de la personne au Nouveau-Brunswick. À cet égard, il est bon de se rappeler l’évolution du concept des droits de la personne et les progrès réalisés visant l’élimination de toute discrimination et l’établissement d’une vision pour l’égalité de tous et de toutes.

Mais en dépit de ces avancements, nous sommes rappelés quotidiennement qu’à  travers le monde les gens ne jouissent pas tous de ce respect des droits fondamentaux.  Les répercussions de la guerre civile en Syrie et la périlleuse migration d’un peuple entier en sont un triste rappel.

Les régions industrialisées du globe doivent continuer de faire preuve de clairvoyance afin de maintenir un idéal dynamique, et les mesures pour contrer les défis économiques actuels ne devraient pas être adoptées au détriment des institutions et des programmes, autant publics que privés, voués à la protection et au développement de la démocratie et des droits de la personne. Nous devons assurer leur pérennité en veillant à ce qu’ils évoluent toujours en fonction des changements sociaux actuels.

Les droits et avantages dont nous bénéficions aujourd’hui sont le résultat du travail continu d’innombrables groupes et personnes. En cette Journée des droits de la personne du Nouveau-Brunswick, je félicite chaque personne qui a posé un geste afin de promouvoir l’égalité et la paix au cours de la dernière année, et je vous demande de redoubler d’efforts pour protéger ces acquis.

http://bit.ly/1YBMWz8

 

 

Réflexions

« Pour être en mesure d’assurer la survie humaine de façon saine, nous devons traiter les deux genres avec le même respect et mettre fin à toutes formes de discrimination. »

-Rafiq Pathan
Dirigeante d’un conseil de village à Rajastan reconnue à travers
le monde et défenseure de l’écoféminisme

 

Pour désabonner, cliquez ici.
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel web-edf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266

Direction de l'égalité des femmes
551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1