Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Direction de l'égalité des femmes
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrite.
Vous n’êtes plus intéressée? Se désabonner
  Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB

Newsletter Banner-F

 

WOMEN FEMMES NB

 

 

DANS CE NUMÉRO :

Article en vedette :
Octobre est le Mois de l’histoire des femmes au Canada - Leur histoire,c’est la nôtre : hommage aux Canadiennes

Avis

Le saviez-vous ?

Actualités :
    -  Journée internationale de la fille
    -  Égalité salariale : 5 pays, 5 approches différentes
    -  Des robes rouges et des marches en mémoire des femmes autochtones disparues
       ou assassinées
    -  Relations sexuelles chez les ados: la culture du «double standard»

Réflexions

 

Leur histoire, c’est la nôtre : hommage aux Canadiennes

Octobre est le Mois de l’histoire des femmes au Canada - un mois pendant lequel Canadiennes et Canadiens célèbrent les réalisations de leurs concitoyennes ayant fait figure de pionnières au fil de l’histoire de ce pays. Le Mois est aussi l’occasion pour tous de se familiariser avec l’apport important des femmes et des filles à notre société et à notre qualité de vie au fil des ans.

En 2015, le Mois de l’histoire des femmes a pour thème Leur histoire, c’est la nôtre : hommage aux Canadiennes. Ce thème cherche à mettre en lumière les remarquables réalisations de femmes qui ont aidé à façonner le Canada d’aujourd’hui : des pionnières qui ont courageusement affronté l’inconnu, des innovatrices qui ont accéléré nos progrès et des militantes à l’avant-garde des transformations sociales. L’histoire du Canada regorge de femmes qui ont aidé à changer le monde et nous gagnons toutes et tous à les découvrir.

http://www.swc-cfc.gc.ca/commemoration/whm-mhf/index-fr.html

 

Retour en haut
 

 

AVIS

 

Le Salon sur les métiers et les technologies à l’intention des femmes – Saint John (cet évènement est en anglais seulement). Il y aura un Salon sur les métiers et technologies pour femmes le mercredi 21 octobre de 18h30 à 21h à NBCC Saint John. Venez découvrir des métiers non traditionnels et des carrières en technologies qui vous captiveront! Pendant cette soirée, vous aurez l’occasion de rencontrer des femmes passionnées qui travaillent dans ces domaines, d’écouter des histoires inspirantes et vous renseignez sur diverses possibilités de carrières. Cet événement est gratuit. Pour vous s’inscrire ou pour en savoir plus, envoyez un courriel à kate.mclean@gnb.ca ou appelez le 1-877-253-0266.



 

Est-ce que vous allez au CCNB ou à un collège privé cet hiver? Si oui, n'oubliez pas de soumettre votre candidature pour la Bourse égalité femmes-hommes !  La date limite pour soumettre votre demande est le 30 novembre pour les programmes qui débuteront dans la session d’hiver. La bourse est d'une valeur de 2 000 $ par année. Le programme a pour but d’encourager et de supporter les femmes et les hommes qui poursuivent une carrière dans les domaines non traditionnels. Tout emploi dans lequel les femmes et les hommes forment moins de 25 % du total de la main-d'œuvre est considéré comme un emploi « non traditionnel ».  Pour en savoir plus, veuillez visiter : http://bit.ly/1LfldMe                                     

Notre Santé est Importante! Octobre est le Mois de Sensibilis…http://bit.ly/1RkCmHK

Le Service public d'éducation et d'information juridiques du Nouveau Brunswick offre les ateliers suivants en octobre:
· Saint John - le 21 octobreChanging a Child Support Order
· Campbellton - le 27 octobreséparation: considérations juridiques
· Oromocto - le 28 octobreChanging a Child Support Order
· Moncton - le 28 octobrePreparing for a Family Court Hearing
· Miramichi - le 28 octobreséparation: considérations juridiques
Cliquez ici pour s'inscrire.

Les organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick : Les femmes et les hommes les plus qualifiés et ayant une intégrité personnelle et professionnelle des plus élevées sont invités à poser leur candidature pour rendre service au public au sein des organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick. Postes à pourvoir : Présidente ou président ainsi qu’une présidente suppléante ou un président suppléant des tribunaux et commissions de recours constitués en vertu de la Loi sur la santé mentale du Nouveau-Brunswick. Les candidates ou candidats doivent être membres en règle du Barreau du Nouveau- Brunswick. La présidence de chaque tribunal et commission de recours offrent des possibilités stimulantes et enrichissantes aux personnes qui s’intéressent aux questions de santé mentale et au droit. Les personnes choisies veillent à ce que les personnes dont la maladie mentale risque de causer des torts physiques ou psychologiques à elles-mêmes ou à autrui aient un accès égal aux traitements nécessaires et à ce que les droits qui leur sont garantis par la Charte soient respectés. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les postes vacants au sein des tribunaux et commissions de recours constitués en vertu de la Loi sur la santé mentale du Nouveau-Brunswick, consultez le lien suivant  : Opportunités actuelles d'OCC

Forum de concertation – Les voix des femmes du Nouveau-Brunswick – Contactez-nous : Édifice Sartain MacDonald, 551, rue King, Bureau 103,  Fredericton NB E3B 1E7, T. 506.462.5179, 1-844-462-5179,  F. 506.462.5069, C. forumdesfemmes@gnb.ca,  www.voixfemmesnb-voiceswomennb.ca

 

Retour en haut
 

Text images4

 


Les enfants qui vivent dans une famille dirigée par une mère seule sont beaucoup plus susceptible de vivre dans la pauvreté que les enfants de famille avec deux parents. En 2011, presque la moitié des enfants de famille dirigée par une mère seule vivaient sous le seuil de la pauvreté (MPC), ainsi que plus de 9 % des enfants de famille avec deux parents.

 
Text images3

 

Actualités :

Journée internationale de la fille

La déclaration suivante a été émise par le premier ministre, Brian Gallant, qui est également ministre responsable de l’Égalité des femmes :

Les filles du Nouveau-Brunswick ont le pouvoir de renforcer nos communautés et notre province. En misant sur leur brillant esprit, nous progresserons vers une société plus égalitaire qui joue un rôle important dans la création d’emplois, et nous verrons à ce que le Nouveau-Brunswick soit le meilleur endroit où travailler, vivre et jouer.

Le dimanche 11 octobre, nous nous joindrons à un mouvement de célébration mondiale à l’occasion de la Journée internationale de la fille. Je vous invite à profiter de cette occasion pour reconnaître les filles, nos futures dirigeantes, dans vos communautés, en leur permettant de s’autonomiser aujourd’hui.

Les défis associés à l’égalité des sexes commencent à un jeune âge. C’est pourquoi les Nations Unies ont proclamé cette journée de sensibilisation aux obstacles auxquels se heurtent les filles, afin de promouvoir un traitement égal et l’égalité des chances pour elles et d’offrir un moyen de célébrer et de passer à l’action.

Le thème de cette année, Le pouvoir de l’adolescente : horizon 2030, reconnaît que les filles nées cette année seront des adolescentes en 2030. Il souligne aussi comment l’investissement social, économique et politique dans le pouvoir des adolescentes est fondamental pour atteindre l’égalité.

Nous profitons tous de l’égalité – filles, garçons, femmes et hommes –, et elle apporte une grande contribution à notre bien-être personnel, social et économique. Le 11 octobre, nous devons nous unir et reconnaître les réalisations de nos futures dirigeantes pour renforcer l’importance d’investir dans nos jeunes aujourd’hui afin de bâtir un avenir plus prospère pour le Nouveau-Brunswick.

http://bit.ly/1koydI4

 


COP 21 : les femmes se mobilisent une justice climatique qui respecte leurs droits

Dans le cadre de la journée globale d’action des femmes pour la justice climatique, célébrée en ce 29 septembre 2015, l’AWID s’est entretenue avec Hindou Oumarou Ibrahim, coordinatrice de l’Association des Femmes Peules Autochtones du Tchad (AFPAT) et membre du Comité de coordination de l'appel Mondial des Femmes pour la Justice Climatique, pour en savoir davantage sur cette campagne internationale ainsi que sur les enjeux de la mobilisation en faveur des droits des femmes, et notamment des droits femmes autochtones à la justice climatique, en vue de la proche 21ème Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP 21). (…)

Dans ce contexte, des organisations de la société civile se mobilisent en faveur de la justice climatique. L’appel Mondial des Femmes pour la Justice Climatique, une campagne internationale lancée en juin dernier par un comité informel de coordination, cherche à encourager l’action de groupes de femmes, d’initiatives féministes et d’organisations alliées à travers le monde entier, tout en coordonnant certaines actions en vue de la COP 21. Un appel à soutenir cette campagne a été publié le 14 juillet 2015.

AWID : Qui a initié l’appel Mondial des Femmes pour la Justice Climatique et pourquoi ?

Hindou Oumarou Ibrahim (HOI) : Parallèlement à une réunion des membres de la CCNUCC qui s’est tenue en juin dernier à Bonn, en Allemagne, des organisations de femmes se sont réunies pour discuter des questions liées aux femmes et à la justice climatique. On a notamment constaté que ces questions étaient négligées et relayées au second plan dans le processus qui mène à la COP 21. Les organisations qui coordonnent cette campagne sont des associations et des mouvements de femmes et d’autres organisations membres et actives à travers le monde, ainsi que des personnalités militantes qui savent comment faire avancer la cause des femmes dans ce cadre.

AWID : Pourquoi les enjeux climatiques sont-ils particulièrement importants pour les communautés de femmes autochtones ? Comment leurs problématiques sont-elles prises en compte ? (…)

Suite : http://bit.ly/1W4zvZL  

 

Des robes rouges et des marches en mémoire des femmes autochtones disparues ou assassinées

En cette journée nationale de commémoration pour les femmes autochtones disparues ou assassinées, différentes activités ont lieu dans l'Ouest du pays. Certains affichent des symboles forts, comme des robes rouges, alors que d'autres préfèrent se rassembler et marcher en groupe.

Sur le site de l'Association des femmes autochtones du Canada, on peut lire que « la violence vécue par les femmes et filles autochtones du Canada est une tragédie nationale ».

Il est aussi mentionné que la date du 4 octobre a été retenue pour montrer de la solidarité avec les familles touchées par ces drames, mais aussi pour « continuer à réclamer des actions ».

À Winnipeg, l'artiste métisse Jaimie Black a lancé il y a quelques années une initiative appelée REDress Project. Il s'agit d'une installation regroupant des robes rouges, qui symbolisent la lutte menée au nom des femmes autochtones.

L'idée a été reprise par des citoyens qui accrochent des vêtements rouges devant chez eux ou sur leur balcon. Des militants affirment qu'il y en a près d'une centaine un peu partout dans la capitale manitobaine et ils encouragent d'autres citoyens à joindre le mouvement.

Marcher ou se rassembler pour ne pas oublier

Toujours à Winnipeg, un rassemblement a lieu devant le palais législatif, à partir de 15 h (heure locale). Des conférenciers et de la musique sont aussi prévus au programme.

En Saskatchewan, près de 200 personnes sont attendues à Saskatoon pour une marche. Les participants s'élanceront du Centre communautaire Station 20 West, sur les coups de 15 h 30 (heure locale).

« Je vois l'intérêt [pour cette cause] grandir à pas de géant que ce soit dans le milieu universitaire ou juste parmi la population », se réjouit Myrna LaPlante, l'une des responsables du groupe Women Walking Together, qui organise la marche. (…)

Suite et pour visualiser la vidéo : http://bit.ly/1j8PFA0

 

Relations sexuelles chez les ados: la culture du «double standard»

On ne «couche» pas impunément quand on est une adolescente. Une étude américaine vient de trouver que les jeunes filles perdent des amies ou amis après avoir eu une première relation sexuelle. Et pas qu'un peu : près de la moitié de leurs réseaux d'amitié y passe, en moyenne. Mais étonnamment, les garçons n'ont pas à payer ce tribut. Au contraire, ils semblent «glorifiés» par leur sexualité hâtive et voient leurs réseaux s'étendre - signe que la société, même dans le microcosme des ados, juge encore et toujours la sexualité sur un système de deux poids, deux mesures, selon les auteurs de l'article, présenté lors du dernier congrès de l'Association américaine de sociologie.

Culturellement, explique Derek Kreager, sociologue de l'Université de Pennsylvanie et premier signataire de l'étude, «on s'attend des hommes et des garçons à ce qu'ils montrent une motivation sexuelle forte, à ce qu'ils prennent l'initiative des contacts hétérosexuels, à ce qu'ils multiplient les partenaires et à ce qu'ils recherchent le sexe plutôt que la romance. Par contraste, on s'attend à ce que les femmes et les filles préfèrent la romance au sexe, qu'elles désirent des relations monogames et qu'elles agissent en "gardiennes" pour maintenir les pulsions des hommes dans les limites d'une relation sérieuse.»

Ce «double standard» est bien connu chez les adultes, mais il n'avait jamais été documenté chez les ados (…).

Résultats : en comparant cet indicateur avant et après la première relation sexuelle, l'équipe de M. Kreiger a constaté que le réseau d'amis des jeunes filles diminuait en moyenne de pas moins de 45 %. Cette sorte de «rejet» s'observait d'ailleurs chez les amis des deux sexes.

À l'inverse, les garçons étaient cités comme «bons amis» par 88 % plus de participants après avoir perdu leur pucelage. Les auteurs de l'étude y voient bien sûr l'effet du deux poids, deux mesures avec lesquels on juge une sexualité active - marqueur de virilité pour les hommes, mais comportement avilissant pour la femme. (…)

Suite : http://bit.ly/1UE8BSs

 

 

 

Réflexions

« Ceci ne concerne pas seulement les femmes, car nous devons aussi reconnaître
notre rôle en tant qu’hommes. Les vrais hommes traitent les femmes avec dignité et
leur donnent le respect qu’elles méritent. »

-Prince Harry

 

 

Pour désabonner, cliquez ici.
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel web-edf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266

Direction de l'égalité des femmes
551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1