Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Direction de l'égalité des femmes
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrite.
Vous n’êtes plus intéressée? Se désabonner
  Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB

Newsletter Banner-F

 

WOMEN FEMMES NB

 

 

DANS CE NUMÉRO :

Article en vedette :
Mois de la prévention de la violence familiale

Avis

Le saviez-vous ?

Actualités :
    -  Violence conjugale : quand les mots frappent autant que les coups
    -  Malgré des résultats spectaculaires, aucun changement significatif dans le pourcentage de
       femmes élues au Parlement
    -  Depuis que je ne cache plus le fait d’avoir été agressée

Réflexions

 

Mois de la prévention de la violence familiale

FREDERICTON (GNB) – La déclaration suivante a été émise, aujourd’hui, par le premier ministre, Brian Gallant, qui est également ministre responsable de l’Égalité des femmes, pour souligner que novembre est le Mois de la prévention de la violence familiale au Nouveau-Brunswick :

La violence familiale est un enjeu sociétal sérieux qui ne fait pas de discrimination; elle touche nos familles et nos communautés, et elle se passe souvent derrière des portes closes. Trop souvent, nous entendons parler de tragédies liées à la violence familiale à l’égard des femmes. Les gens du Nouveau-Brunswick devraient être outrés que cette situation abusive perdure.

En tant que gouvernement, nous sommes déterminés à mettre fin à la violence familiale. Nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires communautaires pour offrir des services aux victimes et pour renforcer les programmes de sensibilisation et de prévention de la violence.

Notre gouvernement est fier d’appuyer divers programmes et initiatives qui offrent aux femmes de cette province des services dont elles ont grandement besoin :

  • des services d’approche en matière de violence familiale;
  • le programme simultané en groupes pour les enfants exposés aux mauvais traitements et leurs mères;
  • l’hébergement à long terme;
  • le forum Partenariats provinciaux en action;
  • le Fonds d’action communautaire;
  • des services au titre de la Stratégie provinciale en matière d’agression sexuelle et des services connexes; et
  • le Cadre stratégique pour mettre fin à la violence faite aux femmes abénaquises au Nouveau-Brunswick.

Chaque année, la Fondation Fergusson, anciennement la Fondation Muriel McQueen Fergusson, invite la population du Nouveau-Brunswick à souligner, en novembre, le Mois de la prévention de la violence familiale. La fondation œuvre depuis près de 30 ans à éliminer la violence familiale en subventionnant la recherche sur les causes de la violence familiale, en faisant la promotion de programmes de sensibilisation du public et en appuyant des organismes qui offrent des services aux personnes victimes de violence et d’abus.

 

Retour en haut
 

 

AVIS

 

Le Gala des métiers et technologies pour filles – Shédiac. Il y aura un Gala des métiers et technologies pour filles le mercredi 18 novembre de 17h30 à 20h à la Polyvalente Louis-J.-Robichaud. Toutes jeunes filles du secondaire de la 9e année à la 12e année sont invitées de venir explorer des carrières non-traditionnelles et de rencontrer des femmes fascinantes qui travaillent dans ces domaines. Cet événement est gratuit et un souper de pizza sera fourni. Veuillez noter que cet évènement se tiendra en français.  Pour vous s’inscrire ou pour plus d’information, veuillez visiter notre site Web: http://bit.ly/1JxunGn, envoyez un courriel à jessica.gerges@gnb.ca ou appelez le (506) 444-3027.


 

Est-ce que vous allez au CCNB ou à un collège privé cet hiver? Si oui, n'oubliez pas de soumettre votre candidature pour la Bourse égalité femmes-hommes !  La date limite pour soumettre votre demande est le 30 novembre pour les programmes qui débuteront dans la session d’hiver. La bourse est d'une valeur de 2 000 $ par année. Le programme a pour but d’encourager et de supporter les femmes et les hommes qui poursuivent une carrière dans les domaines non traditionnels. Tout emploi dans lequel les femmes et les hommes forment moins de 25 % du total de la main-d'œuvre est considéré comme un emploi « non traditionnel ».  Pour en savoir plus, veuillez visiter : http://bit.ly/1LfldMe

Pourquoi était-ce important d'avoir un Cabinet paritaire?  « Parce qu'on est en 2015 », répond Justin Trudeau. https://www.facebook.com/cbcnews/videos/10153769328249604/ http://bit.ly/1l7FQ68 

Le Centre Muriel McQueen Fergusson pour la recherche sur la violence familiale (CMMF) et la Faculté des arts, UNB vous invite à une Journée de sensibilisation 2015 : La voix de la femme immigrante dans les initiatives d’intervention communautaire en matière de violence conjugale et familiale le jeudi 12 novembre de 8h30 à 16h00 au MacLaggan Hall (Faculté de Nursing), Local ML53, 33 promenade Dineen, UNB, Campus de Fredericton. Le tarif d’inscription: 50 $ / étudiant 30 $ - vous devez vous inscrire d’avance. Des services de traduction simultanée seront disponibles. Pour plus d’information ou pour vous inscrire à l’atelier : https://www.eventbrite.ca/e/collaborating-with-immigrant-women-in-responding-to-family-violence-la-voix-de-la-femme-immigrante-tickets-18867737912 ou appelez au ou 506-453-3595.

La Fondation Marichette Inc., un organisme à buts non-lucratifs, a été créée afin d’aider des femmes du Nouveau-Brunswick désireuses de poursuivre des études que ne leur permettent pas leurs ressources financières. Des bourses seront accordées à des femmes résidentes du Nouveau-Brunswick engagées à se sortir d’une situation de dépendance économique.  Les études doivent être en français et peuvent comprendre des cours d’alphabétisation et des études menant à un diplôme ou un certificat provincial d’un collège communautaire ou d’une université reconnue. Montant annuel maximum des bourses : de 5 000$ à 10 000$. Pour en savoir plus ou pour faire un don, contactez La Fondation Marichette Inc. au 51, rue Williams, Moncton, NB E1C 2G6. Tél :  506.204.5950

Le Service public d'éducation et d'information juridiques du Nouveau Brunswick offre les ateliers suivants en novembre:

Cliquez ici pour s'inscrire.

Les organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick : Les femmes et les hommes les plus qualifiés et ayant une intégrité personnelle et professionnelle des plus élevées sont invités à poser leur candidature pour rendre service au public au sein des organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick. Postes à pourvoir : Fondation des bibliothèques publiques du Nouveau-Brunswick, Membres du conseil des fiduciaires. La Fondation fait la promotion du réseau des bibliothèques publiques, mène des activités de collecte de fonds et fournit des ressources appuyant la collecte de fonds. Pour en savoir plus et pour poser votre candidature : Fondation des bibliothèques publiques du Nouveau-Brunswick. Pour d'autres opportunités, consultez le lien suivant : Opportunités actuelles d'OCC

Forum de concertation – Les voix des femmes du Nouveau-Brunswick – Contactez-nous : Édifice Sartain MacDonald, 551, rue King, Bureau 103,  Fredericton NB E3B 1E7, T. 506.462.5179, 1-844-462-5179,  F. 506.462.5069, C. forumdesfemmes@gnb.ca,  www.voixfemmesnb-voiceswomennb.ca

 

Retour en haut
 

Text images4

 

Parmi les 338 élus, 88 seront des femmes - ou 26 pour cent de femmes - jusqu'à un seul point de pourcentage de la dernière législature.
 
Text images3

 

Actualités :

Violence conjugale : quand les mots frappent autant que les coups

Bruno Roussel a frappé un mur quand sa conjointe l'a quitté il y a presque deux ans. À l'époque, il ne comprenait pas vraiment ce qu'elle lui reprochait dans sa façon de parler. Il admet aujourd'hui que la relation entre lui et son ex-conjointe a commencé à déraper après la naissance de leurs deux enfants.

« Ils appellent ça le post-partum. Moi, je ne croyais pas à ça. À la place de l'aider, je lui nuisais… »

Les chicanes se sont multipliées. Le ton a monté. Les paroles ont fait mal. « Je pouvais lui dire : "t'es conne. Tu m'énerves. T'es ben pas lumière à soir. T'es rien qu'un paquet de troubles" », explique l'homme originaire de Dolbeau-Mistassini.

« ‘Plus tu dis des mots violents, plus tu te fais respecter’, c'était un peu ça que j'avais dans la tête. On a souvent vu nos grands-parents se chicaner à 60-70 ans, pour moi c'était une manière de vivre. C'était normal. » (…)

Lutter contre la violence conjugale à la source

C'est l'organisme communautaire Le Cran d'arrêt du Lac-Saint-Jean qui a aidé Bruno Roussel à s'engager sur la voie pacifique… « C'est sûr que lorsqu'on pense à la violence conjugale, on pense à la violence physique. Les campagnes de sensibilisation sont souvent axées là-dessus. En réalité, nous, c'est peut-être une personne sur cinq qui présente des comportements de violence physique. La majorité, c'est surtout la violence verbale et psychologique », explique le directeur du Cran d'arrêt, Jasmin Tremblay.

Selon lui, les services d'aide et de prévention comme le sien permettent d'intervenir dans des cas de violence conjugale avant qu'ils ne dégénèrent jusqu'à l'intervention des policiers et coûtent encore plus cher à la société.

« Les hommes se voient comme des héros de films d'action. Ils vont essayer de gérer de façon autonome très longtemps jusqu'à ce que ça ne fonctionne plus. Quand le gars a un peu le visage écrasé dans le mur et commence à craquer du nez, c'est là qu'il décide de revirer de bord. C'est à ce moment-là que c'est important d'être là pour eux. »

Suite : http://bit.ly/1KmIiLS


Retour en haut



Malgré des résultats spectaculaires, aucun changement significatif dans le pourcentage de femmes élues au Parlement

Ottawa: Alors que de nombreux électeurs ont pu choisir changement dramatique au paysage politique du Canada la nuit dernière par l'élection d'un gouvernement libéral majoritaire, une chose est demeurée pratiquement inchangée: la proportion de femmes qui serviront.

Parmi les 338 élus, 88 seront des femmes - ou 26 pour cent de femmes - jusqu'à un seul point de pourcentage de la dernière législature.

Le Parti libéral élu le plus de femmes, 50 (dont 42 sont nouveaux au Parlement).Ces 50 femmes comprendront 27 pour cent du caucus régissant. Le NPD a élu 18 femmes, la plupart du scrutin et une nouvelle, et ils comprendront 42 pour cent du caucus du NPD. Les conservateurs ont élu 17 femmes représentant un peu plus de 17 pour cent de son caucus de 99 membres. 2 femmes de 10 ont été élus députés du Bloc québécois. Seulement, Elizabeth May, a été élu du Parti Vert du Canada.

"Alors que de nombreux Canadiens voulaient du changement, avec seulement 33 pour cent de femmes sur le bulletin de vote pour les cinq principaux partis, élire une proportion plus élevée de femmes avéré extrêmement difficile. Il est pas sorcier. Pour obtenir plus de femmes élus, nous avons besoin de beaucoup plus de femmes à courir, », dit Joan Weinman, vice-président national.

Malgré les meilleurs efforts de tous, il était énorme variabilité entre les parties quand il est venu au pourcentage de femmes candidates. Par conséquent, les Canadiens ne pouvaient tout simplement assez d'occasions de voter pour des femmes. 97 des 338 circonscriptions fédérales au Canada a aucune femme sur le bulletin de vote pour les trois principaux partis. Lors de la comptabilisation pour tous les 5 parties [sic], ce nombre est tombé à 53. En fin de compte, cependant, le Bloc québécois et le Parti vert ont été élus en seulement 11 sièges - avec seulement trois femmes parmi eux...

"La course est pas chose facile et le résultat est jamais garanti." (…)

Suite : http://bit.ly/1MBOANX 

 

Retour en haut

Depuis que je ne cache plus le fait d’avoir été agressée

Court résumé d’une longue année d’agressions non dénoncées

Ça va faire un an dans moins de deux semaines. Je me souviens que j’étais soufflée par la force des femmes qui s’exprimaient, par l’union de leur voix. Ce qui était perçu comme de la fragilité se transformait en puissante affirmation. C’était un cri immense, aussi magnifique qu’effrayant.

Elles prenaient d’assaut Twitter pour se livrer. Elles osaient associer leur visage et leur nom à un sujet tabou : les agressions non dénoncées. Je lisais leurs témoignages et je les trouvais admirables de prendre parole publiquement. J’ai réfléchi longtemps avant de me joindre à elles. J’avais peur. Principalement parce qu’internet, c’est un milieu hostile. Surtout aux femmes. Je me disais qu’on nous reprocherait de chercher de l’attention, qu’on nous accuserait d’inventer des histoires, de jouer aux victimes. Et ça m’a sauté au visage : le simple fait de ressentir cette appréhension justifiait le mouvement #AgressionNonDenoncee.

Alors j’ai écrit moi aussi. Sans préciser l’ampleur des agressions vécues ni leur nature. Parce qu’au final, on s’en fout. On ne peut pas hiérarchiser les abus. On ne sait pas comment on va les vivre tant qu’on ne les a pas subis.

Ça va faire un an.

Depuis, j’ai l’impression que tout a changé.

Et que rien n’a changé.

Ce fut une grosse année dont je n’aurais jamais pu prévoir l’étrange solitude. Le 5 novembre 2014, nous étions des milliers de femmes unies, derrière autant d’écrans. Ça vrombissait, c’était enivrant. Nous étions nombreuses et solidaires. Le 6 novembre 2014, … je me sentais tout de même terriblement seule… Mon entourage entier savait maintenant des choses humiliantes à mon sujet et je ne me sentais pas la force de supporter ce qui venait avec : la pitié ou pire, le dégoût. J’en étais convaincue, les gens me trouvaient maintenant repoussante. Et faible. (…)

Suite : http://bit.ly/1NfzXKM

 

 

 

Réflexions


« N’attendez pas que les autres prennent la parole ou posent un geste afin
de provoquer les changements nécessaires pour atteindre l’égalité entre les hommes
et les femmes. Prenez l’initiative! Si vous ne réussissez pas à parler à une cinquantaine
de personnes, vous pouvez au moins parler à dix, deux, ou même une seule personne. »

-Dhruv Arora
Co-créateur de GotStared.At et #itsnotyourfault, dans le but de
mettre fin au harcèlement de rue envers les femmes et les jeunes filles

 

 

Pour désabonner, cliquez ici.
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel web-edf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266

Direction de l'égalité des femmes
551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1