Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Direction de l'égalité des femmes
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrite.
Vous n’êtes plus intéressée? Se désabonner
  Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB

Newsletter Banner-F

 

WOMEN FEMMES NB

 

 

DANS CE NUMÉRO :

Article en vedette :
Lancement d’une campagne visant à encourager les femmes à se lancer en politique   

Avis

Le saviez-vous ?

Actualités :
    -  Journée internationale de la femme
    -  Un cri du cœur devient viral contre la violence conjugale
    -  Islam et féminismes : la fausse antinomie  

Réflexions

 

Lancement d’une campagne visant à encourager les femmes à se lancer en politique
09 mars 2016

FREDERICTON (GNB) – Le premier ministre, Brian Gallant, qui est également ministre responsable de l’Égalité des femmes, a annoncé, aujourd’hui, que le gouvernement provincial encourage les femmes à poser leur candidature à l’occasion des prochaines élections municipales.

« Il faut augmenter la présence des femmes parmi les décideurs, a déclaré M. Gallant. Les études montrent que cela contribue à améliorer les résultats en matière d’économie et de gouvernance. »

Les femmes représentent la moitié de la population, mais elles sont traditionnellement sous-représentées parmi les décideurs à tous les ordres de gouvernement. À l’échelon municipal, en 2012, seulement 31,8 pour cent de tous les postes de conseillers étaient occupés par des femmes et 18,1 pour cent des maires élus au Nouveau-Brunswick étaient des femmes.

Au cours des deux prochaines semaines, le premier ministre, le gouvernement provincial et la Direction de l’égalité des femmes feront campagne dans les médias sociaux afin d’encourager davantage de femmes à présenter leur candidature. Cette initiative met l’accent sur la participation des femmes et prend appui sur la campagne Entrez dans la course que mène actuellement Élections NB pour encourager toutes les Néo-Brunswickoises et tous les Néo-Brunswickois à poser leur candidature en vue des élections du 9 mai. Les femmes seront encouragées à pourvoir des postes offerts au sein des administrations locales, des conseils d’éducation de district et des régies régionales de la santé partout dans la province.

« Nous invitons toute la population du Nouveau-Brunswick à se joindre à nous afin d’encourager les femmes qui ont les qualifications requises à présenter leur candidature pour ces élections », a affirmé M. Gallant.

On s’attend à ce que plus de 1000 femmes et hommes de la province posent leur candidature en vue des élections du 9 mai prochain et briguent un poste au sein des conseils municipaux, des conseils d’éducation de district et des régies régionales de la santé.

Les mots-clics #DevenezCandidate et #GetintheRace seront utilisés dans le cadre de la campagne sur Twitter. Les femmes intéressées à présenter leur candidature peuvent visiter le site Web d’Élections Nouveau-Brunswick ou téléphoner au 1-888-858-8683.

http://bit.ly/1U3zIdT
 

Retour en haut

 

 

AVIS

Journée de la femme.  Oui… C’est possible!  Le samedi 12 mars, inscription 14h00, mot de bienvenue 14h30.  Souper inclus.  Cafétéria de la Polyvalente Thomas-Albert, à Grand-Sault.  Billets disponibles : Jean-Coutu, Société culture régionale Les Chutes et membres de la journée de la femme (Lise Morin 506-473-4760). Pour plus d’informations : 506-473-4329.

La Fédération canadienne des municipalités - Femmes dans les gouvernements locaux – Vous pouvez écouter les webinaires suivants sur la formation sur les campagnes électorales municipales pour les femmes :
·  Financement de campagne
·  Briguer les suffrages
·  Relations avec les médias
·  Médias sociaux
·  Documents de campagne
Pour en savoir plus: http://bit.ly/1VTcYef

Élections municipales au Canada: Guide à l’intention des candidates. Pourquoi les femmes devraient-elles être actives sur la scène municipale? Parce qu’avec une bonne représentation des femmes au sein des conseils, il est plus probable que leurs préoccupations aient du poids dans toutes les discussions politiques. http://bit.ly/1Lxfl0p

Femmes dans les gouvernements locaux. Le nouveau programme Voix plurielles pour le changement de la FCM vise à accroître le nombre de femmes de diverses communautés qui participent activement et qui sont informées sur les processus décisionnels des gouvernements locaux. Avec la collaboration d'un petit nombre de municipalités participantes et d'élues déjà regroupées dans un réseau de mentors régionaux, la FCM soutiendra des élues et des élus dans leurs efforts pour établir un système municipal de prise de décisions plus inclusif auprès des femmes de différentes communautés. Cela consistera à soutenir les élues et les élus dans leurs efforts pour inclure, inciter et appuyer la participation de femmes de différentes communautés dans la démocratie municipale et à des postes de leadership, notamment des comités consultatifs, des organismes locaux, des conseils et des commissions. http://bit.ly/1mVt5vF

Le Service public d’éducation et d’information juridiques du Nouveau-Brunswick (SPEIJ-NB) est fier d’offrir les ateliers en droit de la famille suivant pendant le mois de mars
·  Oromocto – 9 mars, 18h30-20h30 au Centre de ressources pour les familles des militaires, A45 rue
   St. Lawrence - Doing Your Own Divorce
·  Bathurst – 14 mars, 18h30-20h30 - Preparing for a Family Court Hearing (pour plus d’informations,
   cliquez ici pour l’affiche
)
·  Edmundston – 24 mars, 18h30-20h30 - Modifier une ordonnance de pension alimentaire pour enfants
   (pour plus d’informations, cliquez ici pour l’affiche)
·  Fredericton - 31 mars, 19h-21h - Changing a Child Support Order (pour plus d’informations, cliquez ici
   pour l’affiche
)
·  Saint John - 23 mars, 18h30-20h30 - Changing a Child Support Order  (pour plus d’informations,
   cliquez ici pour l’affiche
)
·  Moncton - 30 mars, 18h30-20h30 - Separation: Legal Considerations (pour plus d’informations,
   cliquez  ici pour l’affiche
)
·  Woodstock- 29 mars, 19h-21h, Salle Communautaire à Sobey’s, 370 rue Connell - Separation: Legal 
   Considerations
·  Tracadie-Sheila - 29 mars, 18h30-20h30 -  Demander le divorce (pour plus d’informations, cliquez ici
   pour l’affiche
)
·  Miramichi - 31 mars, 18h30-20h30- Preparing for a Family Court Hearing (pour plus d’informations,
   cliquez ici pour l’affiche
)
Vous devez vous pré-inscrire pour les ateliers. Pour s’inscrire, complétez le formulaire électronique ou téléphonez la ligne sans frais en droit de la famille au 1-888-236-2444.

Condition féminine Canada aimerait recevoir des projets qui donneront aux femmes les outils nécessaires pour participer plus activement à la vie démocratique et publique du Canada. Les organismes peuvent proposer un projet en vertu du Volet 1 de cet appel de propositions – Outiller les femmes autochtones pour renforcer les communautés – en présentant un dossier de candidature d’ici le 1er juin. Les organismes peuvent proposer un projet en vertu du Volet 2 – Outiller les femmes pour la vie politique et Outiller les femmes pour l’action communautaire – en présentant un dossier de candidature d’ici le 20 avril. Pour en savoir plus : http://bit.ly/1Kv5NZ3 ou http://bit.ly/1QAFnaL

Bourse d'études mairesse Andrée P. Boucher. Depuis 2006, une bourse de la FCM est remise à une étudiante de niveau collégial ou universitaire ayant soumis le meilleur travail de recherche portant sur les femmes en politique. En juin 2008, la bourse a été rebaptisée Bourse d'études commémorative mairesse Andrée P. Boucher en l'honneur de la regrettée mairesse de la ville de Québec. La Bourse d'études commémorative de la mairesse Andrée P. Boucher est une bourse de 4 500 dollars décernée à deux étudiantes de niveau collégial ou universitaire (premier cycle et cycles supérieurs sont admissibles). La FCM attribuera deux bourses par année, l'une à une étudiante inscrite dans un collège ou une université canadienne, et l'autre à une étudiante universitaire diplômée. Voir les critères d'admissibilité.

Bourse pour les femmes dans les gouvernements municipaux.  Le programme de bourses d'études de la FCM pour les élèves du niveau secondaire a été lancé en 2010. Il se compose de cinq bourses de 1000 dollars, pour chacune des cinq régions du Canada (à savoir la Colombie-Britannique, les Prairies et les Territoires, l'Ontario, le Québec et le Canada atlantique). Cette bourse d'études s'adresse aux femmes de toutes les années du secondaire qui participent aux équipes d'animation ou au conseil étudiant de leur école.  Voir les critères d'admissibilité

Le Prix FMMF – appel de candidatures : La Fondation Muriel McQueen Fergusson lance un appel de candidatures pour le Prix de la Fondation Muriel McQueen Fergusson. Le Prix a été créé en 1992 dans le but de reconnaître les contributions exceptionnelles envers l’élimination de la violence familiale au Canada. Au nom du lauréat, la Fondation fera un don à un organisme de bienfaisance enregistré choisi par le lauréat, dont les objectifs  appuient ceux de la Fondation. Toutes les mises en candidatures pour le Prix doivent être reçues au plus tard le 21 mars. Pour plus d’information sur la façon de proposer une candidature, veuillez communiquer avec nous : mmff@unb.ca.

Perspectives actuelles au sein des organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick : Les femmes et les hommes les plus qualifiés et ayant une intégrité personnelle et professionnelle des plus élevées sont invités à poser leur candidature pour rendre service au public au sein des organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick. Pour plus d'informations, consultez le lien suivant : Opportunités actuelles d'OCC

Forum de concertation – Les voix des femmes du Nouveau-Brunswick : Contactez-nous : Édifice Sartain MacDonald, 551, rue King, Bureau 103,  Fredericton NB E3B 1E7, T. 506.462.5179, 1-844-462-5179,  F. 506.462.5069, C. forumdesfemmes@gnb.ca,  www.voixfemmesnb-voiceswomennb.ca

 

Retour en haut
 

Text images4

 

Margaret Labillois a été la première femme élue chef de bande au Nouveau-Brunswick; elle a également été décorée de l’Ordre du Canada et de l’Ordre du Nouveau-Brunswick. Mme Labillois était originaire de la Première Nation d’Eel River Bar, près de Dalhousie. Elle est décédée le 19 avril 2013, à l’âge de 89 ans.
 
Text images3

 

Actualités :

Journée internationale de la femme
08 mars 2016

FREDERICTON (GNB) – Le premier ministre, Brian Gallant, qui est également ministre responsable de l'Égalité des femmes, célèbrera le rôle essentiel joué par les femmes du Nouveau-Brunswick dans le développement social et économique de la province lors de la Journée internationale de la femme, le 8 mars.

Cette année, le thème du Canada est Outillées pour l’égalité. Il souligne l’importance de l’accès à l’éducation, de la participation des femmes à la vie collective, de l’autonomie financière, et du respect du droit des femmes à une vie sans violence. Il rappelle également à la population canadienne qu’il est essentiel d’outiller les femmes pour faire de l’égalité des sexes une réalité, et que les femmes et les filles outillées pour l’égalité peuvent non seulement réaliser leur potentiel, mais aussi mettre leurs talents au service de la société.

« Il est important qu’il y ait davantage de femmes dans des postes d’influence au Nouveau-Brunswick, a déclaré M. Gallant. Avoir des femmes à la table nous mènera vers l’égalité, et il est prouvé que ce sera bénéfique pour notre économie. »

La population du Nouveau-Brunswick est invitée à souligner les efforts et les réalisations des femmes et des filles dans leurs communautés.

« La Journée internationale de la femme est l’occasion de réfléchir aux progrès réalisés, de lancer un appel au changement et de célébrer les actes de détermination des femmes qui ont joué un rôle extraordinaire dans nos communautés », a affirmé M. Gallant.

Les gens du Nouveau-Brunswick sont invités à participer aux activités qui sont organisées dans toutes les régions de la province le 8 mars et tout au long du mois. De plus amples renseignements sur les activités sont disponibles sur le site Web de la Direction de l’égalité des femmes.

http://bit.ly/1p7QM5n


Retour en haut

 

Un cri du cœur devient viral contre la violence conjugale

Une jeune mère qui a eu le courage de raconter dans une vidéo «l’enfer de la violence conjugale» pour inciter les autres femmes à dénoncer leur agresseur est secouée par l’appui qu’elle a reçu.

«Je me suis dit: “Je ne vais pas mourir ce soir” et j’ai réussi à m’enfuir. J’ai quitté ce cercle de violence, se rappelle Marylin Huet, de Saint-Georges de Beauce. Je veux passer un message: qu’il est possible de s’en sortir et qu’il y a de l’aide.»

Dans sa vidéo, la jeune femme de 26 ans explique en utilisant des affiches qu’elle fait défiler, les sévices qu’elle dit avoir subis par celui qu’elle poursuit pour voies de fait. C’est aussi pour elle une façon de mettre des mots sur «cet enfer» et d’encourager les gens à dénoncer.

En seulement quatre jours, son témoignage a été vu plus de 800 000 fois sur Facebook. Elle a d’ailleurs reçu des centaines de messages.

«En lisant les témoignages, j’ai éclaté en sanglots. Des femmes vivent la même détresse que j’ai dû traverser. Grâce à la vidéo, elles posent des questions et s’ouvrent. Des proches d’une victime me confient leur inquiétude. J’essaie de les aider à trouver des ressources», dit Mme Huet. (…)

«J’ai porté plainte»

Tout a basculé, le 21 mars 2012, soit le «jour où il a voulu me tuer», dit-elle.

«Il a tenté de m’étrangler et de me mettre dans le coffre de sa voiture. Il l’avait déjà fait auparavant, se souvient-elle. J’ai alors poussé de toutes mes forces avec mes pieds pour ne pas entrer dans le coffre. Il a perdu l’équilibre et j’ai pu me réfugier dans ma voiture pour appeler le 9-1-1. J’ai alors porté plainte.»

Depuis ce jour, Mme Huet dit vivre avec des séquelles psychologiques, dont des cauchemars et de l’insomnie. Ce sont sa famille et son conjoint, père de ses deux enfants, qui l’aident à se reconstruire.

«J’ai gardé le silence trop longtemps. Nous méritons tous une vie heureuse», conclut-elle.

Suite : http://bit.ly/1ROPWEq

 

Retour en haut
 

Islam et féminismes : la fausse antinomie

Demandez à des gens autour de vous de mettre les mots "islam" et "féminisme" dans une même phrase. Nul doute que les résultats seront polarisés. Les deux notions sont-elles vraiement [sic] incompatibles ? Pour en discuter, nous rencontrons l’auteure Asmaa Ibnouzahir qui affirme que féminisme et religion coexiste, même si la jonction entre ces deux sphères est présentée comme paradoxale.

Question(s) technique(s)

D’abord, puisqu’il s’agit d’un exercice essentiel aux fin [sic] de la compréhension des notions abordées, nous parlerons de féminisme islamique. Pour l’auteure, le féminisme islamique n’est pas celui par lequel des femmes musulmanes se réclameraient simplement féministes, mais plutôt celui qui fait référence aux textes religieux. En effet, Asmaa Ibnouzahir affirme qu’il y a une place indiscutable pour les femmes en islam. Pour elle, si on croit en un Dieu juste qui promeut l’égalité, celui-ci sait faire une place aux hommes tout comme aux femmes. Une discrimination basée sur le genre ne saurait en aucun cas être cohérente à un Dieu qui se réclame juste. L’auteure ajoute également que « […] si des textes peuvent nous sembler être contre cette justice, il faut se pencher sur l’interprétation des textes et sur le contexte de celui-ci ». Rejeter le religieux sous la considération féministe est donc un leurre, ces deux éléments n’entrant pas en contradiction.

Le féminisme, une colonisation moderne ?

(…) Mais pour quelle raison certains courants musulmans refusent toujours l’intégration de la notion de(s) « féminisme(s) » ? Malgré la popularité du mouvement auprès des femmes musulmanes depuis les années 1990, certains-es demeurent réfractaires à cette appellation, qui, rappelons-le, désigne l’équité économique, sociale et politique entre tous les genres. Selon les explications de l’auteure, le féminisme peut encore perçu comme une « tentative supplémentaire de colonisation culturelle occidentale ». Aussi, tel que le rappelle Asmaa Ibnouzahir, les féminismes, reliés au principe de modernité (souvent perçu comme un indice de développement d’une société), peuvent être entendus comme une négation de la sphère religieuse. Pourtant, tel que mentionné, il est tout à fait possible de conjuguer sa foi et la pratique de celle-ci à l’équité entre les sexes. (…)

Suite : http://bit.ly/1UN3pPy  

 

Réflexions

« Pour atteindre l’égalité entre les hommes et les femmes, nous devons mobiliser les
parlements, mais surtout la population. Je ne parle pas seulement de la société civile,
mais de toutes les sociétés. »

-Phumzile Mlambo-Ngcuka
ONU Femmes

 

 

Pour désabonner, cliquez ici.
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel web-edf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266

Direction de l'égalité des femmes
551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1