Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Direction de l'égalité des femmes
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrite.
Vous n’êtes plus intéressée? Se désabonner
  Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB

Newsletter Banner-F

 

WOMEN FEMMES NB

 

 

DANS CE NUMÉRO :

Article en vedette :
Mai est le Mois de sensibilisation aux agressions sexuelles


Avis  

Le saviez-vous ?

Actualités :
    - Un projet de loi pour permettre au Conseil des femmes de remplir son mandat
    - Violence sexuelle : Les victimes se butent même à leurs proches   
    - Rogersville: élue conseillère à 18 ans à peine!

Réflexions

 

Mai est le Mois de sensibilisation aux agressions sexuelles
17 mai 2016

FREDERICTON (GNB) – Le premier ministre, Brian Gallant, qui est également ministre responsable de l’Égalité des femmes, rappelle que mai est le Mois de la sensibilisation aux agressions sexuelles au Nouveau-Brunswick.

« Notre gouvernement exprime clairement son intolérance face à la violence sexuelle, a déclaré M. Gallant. Il est de notre devoir en tant que gouvernement et en tant que société de sensibiliser la population à ce problème et ainsi, diminuer l’impact sur les victimes en leur apportant tout notre soutien.

« Ce mois de mai, j’encourage donc l’ensemble de la population à réfléchir à des mesures de prévention et de sensibilisation de la violence sexuelle. L’élimination de la violence sexuelle relève d’une responsabilité collective. C’est ensemble que nous devons modifier les attitudes et démontrer clairement que nous ne tolérons pas la violence sexuelle. »

De nombreux organismes d’aide, comme le Centre d’aide en cas d’agression sexuelle de Fredericton, existent dans toute la province afin d’offrir des services de qualité aux femmes et aux filles.

Le centre de Fredericton apporte son aide aux femmes depuis plus de 40 ans grâce à sa ligne d’écoute téléphonique 24 heures sur 24 et à ses programmes d’éducation et de sensibilisation. Cet organisme est également responsable de la mise en œuvre de la Stratégie provinciale en matière d’agression sexuelle.

La Direction de l’égalité des femmes est fière d’appuyer des initiatives visant à offrir aux femmes et à leurs enfants les services dont elles ont tant besoin, comme :

  • des services d’approche en matière de violence conjugale;
  • le programme simultané en groupe pour les enfants témoins de mauvais traitements et leurs mères;
  • des services de logement de deuxième étape;
  • des réseaux régionaux de lutte contre la violence familiale;
  • le Fonds d’action pour un monde meilleur pour les femmes;
  • l’initiative Les filles et la cybersécurité;
  • la Stratégie provinciale en matière d’agression sexuelle; et
  • le Cadre stratégique pour mettre fin à la violence faite aux femmes abénaquises au Nouveau-Brunswick.

« Mettre un terme à la violence envers les femmes est, pour notre gouvernement, une priorité, a dit M. Gallant. Nous devons continuer de mobiliser l’ensemble de la population face à ce problème de société et d’aider nos familles afin de faire du Nouveau-Brunswick un endroit où toutes et tous se sentent en sécurité. »
http://bit.ly/1Oyh1bL

http://bit.ly/1YAmfJs

 

Retour en haut

 

 

AVIS

Support aux parents uniques souhaite célébrer leurs 34 ans de succès avec vous et avoir l’occasion de vous dire au revoir. Joignez-vous à eux pour une soirée de plaisir et de célébration comprenant des conférenciers invités et des présentations spéciales. Le mardi 14 juin à 18h30 au restaurant Legends, Colisée de Moncton, 377 promenade Killam, Entrée C. Veuillez confirmer votre présence d’ici le 30 mai : admin@supporttosingleparents.ca ou 506-858-1303 poste 3301.

Recherche sur l’avortement au Nouveau-Brunswick : Une étudiante à la maîtrise en travail social de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) souhaite réaliser des entrevues avec des femmes ayant vécu un avortement. L’objectif est d’explorer et de décrire l’expérience de l’avortement, telle que vécue par les femmes résidant dans cette province.  Pour participer :
    ·    avoir eu un avortement au cours des dernières années
    ·    être résidente du Nouveau-Brunswick
    ·    âgée de 18 ans et plus au moment de l’avortement
Votre participation est volontaire et confidentielle. Pour participer à cette recherche contactez Sacha Cyr : 1-800-567-1283 #2396 ou cyrs09@uqo.ca.    http://bit.ly/1TXk5T0

Atelier : Efficacité des femmes au sein d’un conseil d’administration, Edmundston (en français) le mercredi 8 juin, de 13h à 16h au Centre de congrès Edmundston, 30 $. Animé par Aldéa Landry, l’atelier cible les femmes qui désirent d’améliorer leur propre efficacité en tant que membre du conseil, mieux comprendre les relations au niveau du conseil, évaluer la performance et explorer les avantages de la diversité femmes-hommes au sein d’un conseil. Contactez : audrey.poitras@cbdc.ca ou 506-473-9775. Places limitées, réservez dès maintenant !

Journée de sensibilisation et d’éducation en matière d'agression sexuelle (Edmundston), en collaboration avec le CVFNO (Comité de la violence familiale au Nord-Ouest), le mardi 31 mai de 8h30 à 16h30 à la salle multifonctionnelle (PSL-105) de l’UMCE et du CCNB. Une intervenante du Centre d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) sera la conférencière. Il y aura également le témoignage d'une survivante ainsi que des présentations de divers services régionaux, tels que : Services des forces policières, procureur et service aux victimes; Programme SANE (sexual assault nurse examiner); L'Escale MadaVic (Programme pour les survivantes d'agression sexuelle - la stratégie de collaboration); Programme Outreach. L'invitation est ouverte à tous. Nombre de places limité - faites vite pour confirmer et réserver votre place : coordinatricecf@escalemadavic.com ou (506) 739-7729.

Vous êtes invités au lancement du rapport sur les réalités auxquelles les fournisseurs de services ainsi que les survivantes de violence conjugale en milieu rural font face lorsqu’ils ont recours au système juridique le 30 mai (de 10 h à 11 h 30) ainsi qu’à l’atelier gratuit (13 h à 16 h 30) portant sur le même sujet. Crowne Plaza, 669, rue Queen, Fredericton. Veuillez confirmer votre présence d'ici le 27 mai auprès de Kim Wade, courriel: kwade@unb.ca. La traduction simultanée sera disponible. Pour plus d’information, vous pouvez contacter: Rina Arseneault, Directrice adjointe, CMMF au rinaa@unb.ca / (506) 458-7137 ou Martine Paquet, Consultante travaille sociale, ATSNB au mpaquet@nbasw-atsnb.ca / (506) 444-9196.

Le Service public d’éducation et d’information juridiques du Nouveau-Brunswick (SPEIJ-NB) est fière d’offrir les ateliers en droit de la famille suivant pendant le mois de mai: 
    ·   Saint John – 18 mai, 18h30 à 20h30 - Preparing for a Family Court Hearing à la Bibliothèque
        publique de Saint-John
    ·   Fredericton – 25 mai, 19h à 21h – Doing Your Own Divorce à UNB, Ludlow Hall
    ·   Moncton – 25 mai, 18h30 à 20h30 – Preparing for a Family Court Hearing à la Bibliothèque
        publique de Moncton
Vous devez vous préinscrire pour les ateliers. Pour s’inscrire, complétez le formulaire électronique ou téléphonez la ligne sans frais en droit de la famille au 1-888-236-2444.

« Ce  n’est pas correct! »  Comment reconnaître les signes de mauvais  traitements et aider les personnes âgées qui sont à risque. Ce que vous pouvez faire? Voisins, amis et familles peuvent apprendre à poser ces trois gestes :
    1.     RECONNAÎTRE : « Ce n’est pas correct! » Sachez reconnaître les indices de la maltraitance.
    2.     NOMMER : « On dirait une situation de violence. » Parlez à l’aîné concerné.
    3.     VÉRIFIER : « Est-ce qu’il s’agit de mauvais traitements? Que puis-je faire pour aider? »
            Posez des questions, obtenez les conseils d’un spécialiste, assurez-vous que la personne
            n’est pas en danger – aidez-la à préparer un plan d’urgence.

Semaine de sensibilisation à la condition des personnes handicapées 2016. Connaissez-vous une personne qui est votre héros de la Semaine de sensibilisation à la condition des personnes handicapées? Une personne qui a accompli des choses que vous jugez inspirantes et motivantes? Une personne qui a participé activement pour accroître la sensibilisation aux questions touchant les handicaps? Une personne qui a fait la promotion d’une société inclusive au Nouveau-Brunswick? Le Conseil du Premier ministre sur la condition des personnes handicapées veut vous entendre! Le Concours commence le 9 mai et se poursuit jusqu’au 4 juin. Pour en savoir plus : http://bit.ly/22mGBbC

Nouveau site Web du SPEIJ-NB (Service public d'éducation et d'information juridiques du Nouveau‑Brunswick) adapté aux appareils mobiles – www.legal-info-legale.nb.ca.  Jetez un coup d’œil à leur nouvelle brochure intitulée Droit de la famille à l’intention des immigrants au Nouveau-Brunswick

#Onestprêtes! Nouvelle trousse d’information, Projet Participation inclusive à la vie municipale, disponible ici : http://bit.ly/1SNNHPm. Ce petit guide à l’intention des femmes qui veulent se présenter en politique municipale est complémentaire à la formation On est prêtes.

La campagne de la Table ronde sur la criminalité et la sécurité publique, L’amour ne devrait pas blesser, tient à aider les communautés du N.-B. à s’attaquer à l’enjeu sociétal de la violence entre partenaires intimes (VPI). L’objectif de la campagne est d’aider à changer la façon dont les Néo-Brunswickois pensent et agissent relativement à l’enjeu de la VPI et à réduire la tolérance dont fait preuve la société face à un tel comportement. Les personnes intéressées peuvent suivre la campagne sur Twitter et Facebook. Voir aussi les ressources disponibles au www.gnb.ca/violence.

Perspectives actuelles au sein des organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick : Les femmes et les hommes les plus qualifiés et ayant une intégrité personnelle et professionnelle des plus élevées sont invités à poser leur candidature pour rendre service au public au sein des organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick. Pour plus d'informations, consultez le lien suivant : Opportunités actuelles d'OCC

Forum de concertation – Les voix des femmes du Nouveau-Brunswick : Contactez-nous : Édifice Sartain MacDonald, 551, rue King, Bureau 103,  Fredericton NB E3B 1E7, T. 506.462.5179, 1-844-462-5179,  F. 506.462.5069, C. forumdesfemmes@gnb.ca,  www.voixfemmesnb-voiceswomennb.ca


Retour en haut

 

Text images4

 

Parmi les couples ayant des enfants de 24 ans et moins à la maison, 85,3 % étaient des familles intactes, c’est-à-dire des familles dans lesquelles tous les enfants du ménage sont les enfants biologiques ou adoptifs des deux membres du couple, tandis que 14,7 % étaient des familles recomposées, c’est-à-dire des familles dans lesquelles au moins un enfant du ménage est un enfant biologique ou adoptif d’un seul des deux conjoints mariés ou en union de fait.
 
Text images3

 

Actualités :

Un projet de loi pour permettre au Conseil des femmes de remplir son mandat
17 mai 2016

FREDERICTON (GNB) – Le gouvernement provincial a déposé, aujourd’hui, un projet de loi qui vise à assurer le financement et l’indépendance du Conseil des femmes du Nouveau-Brunswick.

Des membres du Forum de concertation Les voix des femmes du Nouveau-Brunswick étaient à l’Assemblée législative lorsque le premier ministre, Brian Gallant, qui est également ministre responsable de l’Égalité des femmes, a déposé la Loi créant le Conseil des femmes du Nouveau-Brunswick.

« Grâce à cette loi, le forum dispose d’une loi habilitante lui permettant de remplir son mandat, a déclaré M. Gallant. Ce cadre législatif permet également de protéger son indépendance à l’égard du gouvernement. »

Créé il y a trois ans, le forum est le seul organisme consultatif public sur les questions féminines qui n’est pas régi par une loi au Canada. Le projet de loi créera le Conseil des femmes du Nouveau-Brunswick, dont le mandat et les objectifs reflètent ceux du forum.

« Promouvoir le statut de la femme est important pour l’économie du Nouveau-Brunswick et notre tissu social, a dit M. Gallant. Grâce cette loi habilitante, ces femmes dévouées et passionnées pourront travailler de façon indépendante et efficace au nom de la population du Nouveau-Brunswick. »

Le gouvernement provincial a collaboré avec le forum à la rédaction de la loi. Ce projet de loi découle du fait que des membres du forum ont demandé des changements, y compris de modifier le nom de leur organisme à Conseil des femmes du Nouveau-Brunswick.

« Nous accueillons favorablement ce projet de loi », a dit la coprésidente du forum, Jennifer Richard. « Il est essentiel que notre travail soit habilité par une loi qui assure l’indépendance et qui établit un mandat fort. »
http://bit.ly/1TesOmJ


Retour en haut

 

 

Violence sexuelle : Les victimes se butent même à leurs proches

Plus de la moitié des victimes de violence sexuelle en milieu universitaire se sont heurtées à une « réaction négative »lorsqu’elles se sont ouvertes à des proches. Et ce, même si ceux-ci avaient de « bonnes intentions ».

« Souvent, les gens banalisent, ils vont dire des trucs du genre : continue ta vie ou arrête d’y penser », illustre Francine Lavoie, l’une des chercheuses de l’enquête Sexualité, sécurité et interactions en milieu universitaire (ESSIMU), présentée au congrès de l’Acfas mardi.

Près d’une victime sur cinq dit avoir été blâmée d’une façon ou d’une autre par son confident. Ce dernier lui a soit répondu qu’elle aurait pu prévenir cette situation ou qu’elle a été irresponsable ou imprudente. Entre 5 à 10 % se sont senties stigmatisées à la suite de leur témoignage.

Mais le plus haut taux de réponse négative s’inscrit dans la catégorie « égocentrique », où le confident réagit avec tellement de force que c’est la victime qui doit le réconforter. « La mère qui dit que ça ne se peut pas, qui pleure, etc., ce n’est pas aidant. Il faut laisser la place à la victime », ajoute Mme Lavoie.

Ce haut taux de réactions négatives est lié à la « théorie du monde juste », qui prétend qu’il n’y a pas de victimes innocentes, estime la chercheuse. « C’est instinctif pour beaucoup de gens. »

Il faudrait davantage de sensibilisation pour préparer les gens à recevoir de tels témoignages et éviter « la victimisation secondaire », conclut la chercheuse.
http://bit.ly/1VTmdyy

 

Retour en haut

 

Rogersville: élue conseillère à 18 ans à peine!

Âgée de 18 ans et 24 jours, Gaétane Johnson est devenue lundi l’une des plus jeunes conseillères municipales de l’histoire du Nouveau-Brunswick.

L’Acadie Nouvelle a joint la jeune femme mardi pendant sa pause de dîner à l’école secondaire Assomption de Rogersville. À peine 12 heures après avoir été élue, elle est encore sous le choc.

«Chaque fois que quelqu’un me félicite, je me dis “oh wow, c’est vrai!”. Je n’ai pas encore l’impression que c’est vraiment arrivé», a-t-elle affirmé en riant.

«Je suis dépassée par le soutien que je reçois. J’ai reçu tellement de beaux mots de gens de la communauté pour m’encourager et même pour me remercier de m’être présentée.»

Celle qui entamera des études en science politique à l’Université de Moncton en septembre espère gagner de l’expérience dans le domaine. «Il faut commencer quelque part», souligne-t-elle.

Elle espère notamment apprendre de la maire Pierrette Robichaud, qui a été réélue lundi. Mme Robichaud est en poste depuis cinq ans et possède des décennies d’expérience en tant qu’employée de la municipalité.

«Pour moi, c’est une occasion d’apprendre. Je suis vraiment ouverte à tout. Je veux apprendre de Pierrette et des autres conseillers. Je valorise beaucoup leur expérience.»

Cela dit, Mme Johnson ne devrait pas avoir la langue dans sa poche, si on se fit [sic] à son expérience. Celle qui obtiendra son diplôme en juin a gagné l’or et l’argent aux deux derniers concours provinciaux de débat, en plus d’avoir pris part au Parlement jeunesse pancanadien à Ottawa, en janvier.

«On (les jeunes) a une différente façon de penser et de faire les choses aujourd’hui. On n’a pas grandi de la même manière (que les plus vieux), donc j’espère apporter ça au conseil.»

Elle souhaite aussi que son engagement inspire d’autres jeunes à se lancer en politique.

«C’était important que quelqu’un le fasse, même si ça n’avait pas été moi. Nous avons des voix fortes, nous aussi. Ils (les élus plus âgés) ne vont pas nous impliquer si on ne nous implique pas nous-mêmes.» (…)

Suite : http://bit.ly/1V7r3XY 


 

Réflexions

« Regardez-moi bien, les hommes. Je vais vous montrer de quoi est capable une femme…
Je traverserai le pays,
j’irai jusqu’à la lune,
et je ne regarderai jamais en arrière. »

-Edna Gardner Whyte

 

 

Pour désabonner, cliquez ici.
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel web-edf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266

Direction de l'égalité des femmes
551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1