Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Direction de l'égalité des femmes
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrite.
Vous n’êtes plus intéressée? Se désabonner
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB.

Newsletter Banner-F

 

WOMEN FEMMES NB

 

 

DANS CE NUMÉRO :

  • MAINTENANT DISPONIBLE: PROFIL ÉGALITÉ – FEMMES AU NOUVEAU-BRUNSWICK
  • AVIS
  • LE SAVIEZ-VOUS ?
  • DÉCLARATION : MARCHE DU RUBAN BLANC
  • MAI EST LE MOIS DE LA SENSIBILISATION AUX AGRESSIONS SEXUELLES
  • AGRESSIONS SEXUELLES : QUE SE PASSE-T-IL QUAND UNE VICTIME PORTE PLAINTE?
  • PRIVATISATION DES SERVICES DE SOUTIEN HOSPITALIERS: L’ÉQUITÉ SALARIALE EST EN JEU, AVERTIT LA COALITION POUR L’ÉQUITÉ SALARIALE

____________________________________________________________________________________

MAINTENANT DISPONIBLE: PROFIL ÉGALITÉ – FEMMES AU NOUVEAU-BRUNSWICK

 

Le Profil égalité 2014, publié par la Direction de l’égalité des femmes du gouvernement provincial, rassemble des données statistiques portant sur certains indicateurs clés de la condition des femmes au N.-B. en santé, en éducation, sur le marché du travail, dans les postes d'influence, en justice, et relatif au revenu, aux responsabilités familiales et à la violence.

Maintenant disponible en ligne sur le site Internet de la Direction de l’égalité des femmes : www.gnb.ca/femmes  http://bit.ly/1OvGqat

 

 

 

AVIS

Formation sur l’évaluation du danger (« Danger Assessment ») offerte par la Direction de l’égalité des femmes en collaboration avec le Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour et le Centre de Prévention de la Violence dans Kent. Il s’agit d’un outil d’évaluation des risques permettant de déterminer le niveau de danger qu’a une femme maltraitée d’être tuée par son partenaire intime. Qui devrait participer : La séance est ouverte aux intervenants des secteurs de la lutte contre la violence conjugale, de la santé, des services de police, des Ministères du Développement social et de la Sécurité publique, de l’aide juridique, des poursuites publiques, et à d’autres organismes et acteurs communautaires. Formation aura lieu en français au Centre multifonctionnel de Shédiac, 58, rue Festival, Shédiac (N.-B.) le mercredi 27 mai 2015 de 8 h 30 à 16 h 30. Des pauses santé et le dîner seront servis sur place sans frais. Pour s’inscrire : vroy-lang@preventionviolencekent.com ou 506-743-5449.

Service public d’éducation et d’information juridiques du Nouveau-Brunswick (SPEIJ-NB). - Ateliers en droit de la famille – Mai 2015:

·  Woodstock - le 20 mai - Preparing for a Family Court Hearing
·  Campbellton - le 27 mai - Doing Your Own Divorce
·   Moncton - le 27 mai - Changing a Child Support Order
·   Saint John - le 27 mai - Changing a Child Support Order  
Cliquez ici pour s'inscrire.

Formation de facilitateur en français du 2 au 4 juin 2015 à Fredericton. Le Centre pour les victimes d’agression sexuelle de Fredericton offrira une formation portant sur deux trousses d’outils. « Les vents du pouvoir » est une trousse de formation à l’animation d’ateliers sur l’autoprotection et l’assertivité à l’intention des femmes et des jeunes filles. « Entre hommes » est une trousse de formation destinée aux personnes qui offrent des ateliers aux hommes et garçons pour la prévention de l’agression sexuelle.  À qui est-ce destiné :  aux éducateurs communautaires, enseignants, conseillers d’orientation ou autres qui dispensent des services auprès des jeunes, des jeunes adultes ou des adultes en vue de prévenir la violence contre les femmes.   Pour suivre cette formation, contactez sans tarder Jenn Richard à j.richard@nb.aibn.com pour obtenir un formulaire de demande. Frais d’inscription de 150 $. 

Le Forum fédéral-provincial-territorial des ministres responsables de la condition féminine vous invite à inscrire ceci à votre calendrier : Échange de connaissances sur la violence sexuelle, mercredi 17 juin 2015 de 8 heures à 16 heures (heure normale du Centre), au Centre des congrès RBC à Winnipeg. Cet échange dynamique et opportun rassemblera les plus éminents esprits au pays dans le but de mieux faire connaître et comprendre la violence sexuelle dans le contexte canadien. Environ 200 places seront disponibles pour la participation en personne. L’échange sera diffusé sur le Web pour promouvoir une plus grande participation. La date limite d’inscription est le 20 mai. La participation sera gratuite. Pour plus d’information, veuillez contacter le Manitoba Status of Women au 1-800-263-0234 ou msw@gov.mb.ca. Formulaire d'inscription.

Semaine de sensibilisation à la situation des personnes handicapées : 31 mai au 6 juin. L’autonomie par l’emploi.  Pour plus de renseignements et un calendrier d’événements : http://bit.ly/1Fi9z4L

La 3ème Conférence mondiale des maisons d'hébergement pour les femmes victimes de violence se tiendra du 3 au 6 novembre 2015 à La Haye, aux Pays-Bas. Remplissez le formulaire d’enregistrement (cliquez ici).  http://www.worldshelterconference.org/fr/  

Nellie Bly ne pensait pas faire carrière dans le journalisme. Elle en est pourtant devenue une légende. Google célèbre l’anniversaire de sa naissance par un doodle mondial. http://bit.ly/1GY7NGd

ONU Femmes lance son rapport phare « Le progrès des femmes dans le monde » ! Cette édition s'intitule : « transformer les économies, réaliser les droits » et se centre sur comment réussir à avoir des économies qui marchent pour les femmes, en mêlant droits humains et élaboration de politiques économiques. Plus d'information: progress.unwomen.org/fr

Perspectives actuelles au sein des organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick : Les femmes et les hommes les plus qualifiés et ayant une intégrité personnelle et professionnelle des plus élevées sont invités à poser leur candidature pour rendre service au public au sein des organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick. Pour plus d'informations, consultez le lien suivant : Opportunités actuelles d'OCC

Forum de concertation – Les voix des femmes du Nouveau-Brunswick – Contactez-nous : Édifice Sartain MacDonald, rue 551 King, Bureau 103,  Fredericton NB E3B 1E7, T. 506.462.5179, F. 506.462.5069, C. Info@voixfemmesnb-voiceswomennb.ca,  www.voixfemmesnb-voiceswomennb.ca

 

Text images4

 

 

En 2012 au Nouveau-Brunswick,
492 agressions sexuelles (de niveaux 1 à 3)
ont été rapportées à la police. La victime
était de sexe féminin (tous âges confondus) dans 82 % des cas (404).
 
 
 

Visitez le Profil Égalité 
et envoyez-nous vos commentaires ICI

Text images3

 

DÉCLARATION : MARCHE DU RUBAN BLANC

L’hon. Brian Gallant
Cabinet du premier ministre
Égalité des femmes
08 mai 2015

Je me suis joint à plusieurs de mes collègues et à plus de 100 personnes au centre-ville de Fredericton afin de participer à la marche du ruban blanc.

La marche a donné aux personnes des deux sexes une excellente occasion de s’exprimer publiquement contre la violence faite aux femmes et aux filles par les hommes pendant que nous marchions de la place des Officiers à l’hôtel de ville.

C’était encourageant de voir de jeunes hommes des écoles locales, des parlementaires, mes collègues, des militaires, des agents de police et des gens de la collectivité qui s’unissaient pour faire preuve de solidarité envers les femmes et les filles dans nos vies.

Les gens qui ont pris la parole devant l’hôtel de ville nous ont inspirés à agir afin que les femmes et les filles de notre province soient en sécurité. 

Afin d’atteindre un tel objectif, je prends la parole à la Chambre aujourd’hui pour réitérer l’engagement que notre gouvernement a pris d’éliminer la violence faite aux femmes. J’espère que, en participant à la discussion sur la question, je peux inciter d’autres hommes et garçons à faire de même.

Je demande aux parlementaires des deux côtés de la Chambre de transmettre le message aux gens de leur circonscription, à leurs amis et à leur famille et de sensibiliser la population au fait qu’aucun acte de violence contre les femmes et les filles ne sera toléré dans nos collectivités.

Je remercie les organisateurs et toutes les personnes qui ont participé mercredi à l’activité. Vous avez de quoi être fiers d’avoir participé à l’importante activité et aux efforts visant à rendre le Nouveau-Brunswick plus sécuritaire et plus équitable pour tous et pour toutes.

En tant que premier ministre et ministre responsable de l’Égalité des femmes, j’ai hâte de travailler de concert avec vous afin d’éliminer la violence faite aux femmes et aux filles une fois pour toutes. http://bit.ly/1ExfXQ1

 

MAI EST LE MOIS DE LA SENSIBILISATION AUX AGRESSIONS SEXUELLES

Le premier ministre, Brian Gallant, qui est également ministre responsable de l’Égalité des femmes, a signé une déclaration avec le Centre pour les victimes d’agression sexuelle de Fredericton afin de désigner le mois de mai en tant que Mois de la sensibilisation aux agressions sexuelles au Nouveau-Brunswick.

« J’encourage tous les Néo-Brunswickois à démontrer que la violence contre les femmes sous toutes ses formes n’est pas tolérée dans nos communautés, a déclaré M. Gallant. J’espère que nous pourrons encourager une discussion qui s’étendra au-delà du mois de mai au sujet du besoin de modifier les attitudes et les croyances qui perpétuent la violence fondée sur le genre. »

M. Gallant a rappelé pourquoi le soutien de la collectivité et du gouvernement est essentiel afin d’offrir des services pour aider les victimes de violence.

« La violence sexuelle est un comportement dangereux qui a des conséquences disproportionnées sur les femmes et les filles, que ce soit chez elles, en ligne ou dans leur communauté, a affirmé M. Gallant. La violence se présente sous diverses formes et ses conséquences sont souvent désastreuses. »

Le centre de Fredericton apporte son aide aux femmes depuis 40 ans grâce à sa ligne d’écoute téléphonique 24 heures sur 24 et à ses programmes d’éducation et de sensibilisation. Cet organisme est aussi responsable de la mise en œuvre de la Stratégie provinciale en matière d’agression sexuelle.

La Direction de l’égalité des femmes est fière d’appuyer des initiatives visant à offrir aux femmes et à leurs enfants les services dont elles ont tant besoin, comme :

·  des services d’approche en matière de violence conjugale;
·  le programme simultané en groupe pour les enfants témoins de mauvais traitements et leurs mères;
·  des services de logement de deuxième étape;
·  des réseaux régionaux de lutte contre la violence familiale;
·  le Fonds d’action pour un monde meilleur pour les femmes;
·  l’initiative Les filles et la cybersécurité;
·  la Stratégie provinciale en matière d’agression sexuelle; et
·  le Cadre stratégique pour mettre fin à la violence faite aux femmes abénaquises au Nouveau-
   Brunswick.

« Nous sommes fiers de collaborer avec les organismes communautaires dans le cadre de nos efforts visant à éliminer la violence faite aux femmes afin de faire en sorte que notre province soit un endroit sécuritaire et économiquement viable où l’on peut vivre, travailler et élever une famille, et ce, chaque jour de l’année », a dit M. Gallant. http://bit.ly/1RzAmgd

 

AGRESSIONS SEXUELLES : QUE SE PASSE-T-IL QUAND UNE VICTIME PORTE PLAINTE?

Selon le ministère de la Justice du Canada, la grande majorité des agressions sexuelles restent inconnues. « Les infractions d'ordre sexuel sont parmi les actes criminels les moins déclarés au Canada - on estime que 88 % des agressions sexuelles n'ont pas été déclarées à la police en 2009. » (…)

Les différents types d'agressions sexuelles
Agression sexuelle simple (niveau 1) : Tout contact physique de nature sexuelle posé sans le consentement de la personne, allant des attouchements à la relation sexuelle complète.

Agression sexuelle armée, menaces à une tierce personne ou infliction de lésions corporelles (niveau 2) : Agression sexuelle dans laquelle l'agresseur porte, utilise ou menace d'utiliser une arme ou une imitation d'arme; menace d'infliger des blessures à une personne autre que la victime; inflige des blessures (lésions) corporelles à la victime; ou quand plusieurs personnes commettent une agression sexuelle sur la même personne.

Agression sexuelle grave (niveau 3) : Agression sexuelle au cours de laquelle la victime a été blessée, mutilée, défigurée ou encore que sa vie a été mise en danger par l'agresseur.

« Sa parole contre la mienne »

Nathalie Duhamel, coordonnatrice du Regroupement québécois des Centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS), explique que si seulement une femme sur 10 porte plainte à la police, c'est notamment parce que la plupart des victimes connaissent l'agresseur.

Un constat confirmé par les données disponibles. Selon le ministère de la Sécurité publique du Québec, 86 % des victimes mineures et 71 % des victimes majeures connaissaient leur agresseur. (…)

Les étapes d'une plainte

Si une victime choisit de porter plainte, le processus qui s'enclenche peut se résumer ainsi :

·  La plainte à la police…
·  L'enquête policière…
·  La dénonciation…
·  La comparution du suspect…
·  La reconnaissance de culpabilité…
·  La dénégation de culpabilité…
·  La négociation de plaidoyer…
·  L'enquête préliminaire…
·  Le procès…
·  Le verdict…
·  La peine…

Suite : http://bit.ly/1xQaceJ

 

PRIVATISATION DES SERVICES DE SOUTIEN HOSPITALIERS:
L’ÉQUITÉ SALARIALE EST EN JEU, AVERTIT LA COALITION POUR L’ÉQUITÉ SALARIALE

La Coalition pour l’équité salariale du Nouveau-Brunswick demande au gouvernement de renverser sa décision de privatiser les services de soutien hospitaliers.

« Nous sommes profondément préoccupées de l’impact que la privatisation de ces services peut avoir sur l’équité salariale. La plupart des emplois visés sont occupés principalement par des femmes », affirme Vallie Stearns, présidente de la Coalition. « L’expérience passée avec la privatisation de domaines à prédominance féminine par le gouvernement provincial démontre que les salaires risquent de chuter de façon dramatique ».

Une étude du Centre canadien de politiques alternatives confirme les craintes de la Coalition. Cette étude démontre que les salaires des femmes sont plus bas dans le secteur privé que public, alors que ceux des hommes sont plus élevés dans le secteur privé [2].

« Ce qui est ironique, c’est que les services de soutien hospitaliers ont complété des évaluations de postes dans le but d’assurer un salaire égal pour un travail de valeur égale pour les emplois à prédominance féminine en 2008. Maintenant, en transférant ces emplois au secteur privé, nous reculons au lieu de réaffirmer le droit des femmes à l’équité salariale. »

Trois secteurs sont visés par la privatisation:

·  Services d'entretien ménager, où la Coalition estime qu’environ 80 % des quelques 1170 employés
   sont des femmes.
·  Les services alimentaires, où près de 90 % des quelques 955 employés sont des femmes.
·  Les services de transport des malades, où environ 40 % des quelques 225 employés sont des
   femmes.

Vallie Stearns exhorte le gouvernement à respecter sa promesse de faire avancer l’équité salariale et d’utiliser une analyse selon le genre dans ses décisions, y compris dans la révision stratégique des programmes et les budgets provinciaux.

« L’annonce du 23 avril 2015 par le Ministre Boudreau nous alarme. Les femmes ne doivent pas porter le fardeau de la réduction du déficit. Elles attendent depuis trop longtemps l’équité salariale. C’est injuste. Le Nouveau-Brunswick peut faire mieux que ça », conclut Vallie Stearns. http://bit.ly/1F4FnXC

 

EN FIN DE COMPTE

« En général, notre société dévalorise les femmes, ce qui signifie
qu’il existe un débalancement qui ralentit notre progrès. »
-Emma Watson
Ambassadrice de bonne volonté d’ONU Femmes

 

Pour désabonner, cliquez ici.
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel web-edf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266

Direction de l'égalité des femmes
551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1